Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Un enfant rit

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photos personnelles non libres de droit

 

Un enfant rit,

c’est bonheur un enfant qui rit.

Le temps se fige d’émotions,

jouant sa partition,

car un rire d’enfant pianote,

c’est une suite de notes.

 

Papa plonge dans l’eau,

l’enfant sautille avec l’oiseau,

imitant le beau saut

qui fait flic et flac, flic et flac,

car l’eau aime chanter dans les roseaux,

sous le soleil, la pluie aussi. Flic, flac!

 

Un enfant sourit à la vie,

car papa aime son petit,

son tout petit à lui,

se mirant en son regard qui luit,

brillant de lumière, son éclat.

Il dit : c’est mon papa.

 

Papa clapote,

l’enfant aussi clapote,

faisant des vagues

quand soleil brûle les algues,

sur l’eau devenue de l’or

quand soleil brille fort.

 

Un papa et son enfant,

c’est de la lumière au levant,

lors des couchants rougeoyants,

lors des fêtes rêvant

le triomphant rêve lumineux

que l’enfant aime heureux.

 

La Loire -autre version-

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau de Gabrielle MOREAU -1920-

https://www.ebay.fr/itm/OLIVET-NAIF-Gabrielle-MOREAU-LEFEBVRE-PAYSAGE-LOIRET-1920-Tableau-Peinture-Huile-/301640663353

 

Ce soir, je pars refaire mes premiers pas d'enfant, 
du temps des berges de l'Allier qui coule en ami.
Ce soir, je rajeunis, car il me plaît d'être sans âge,
moi, l'enfant comblé d'années vieilles, que siècles volent !

Ce soir, je n'ai plus d'âge ! Ai-je eu quelques années
que mes fleuves et mes rivières encor me bercent ;
Blottie dans le ventre de leurs courbes, je me souviens.
Ô Allier de ma Loire, je redeviens Ligérienne, ce soir.

Te souviens-tu, mon beau canal, époux de ma Loire,
combien mes jeunes années t'ont épousé, enlisée
sur tes bancs de sable, que seule tu as glissées

à mes doigts, jouant dans tes eaux bleuies du deuil ?

Qui a vu le Martin pêcheur, fier de sa gloire lumineuse,
voler sous sa tonnelle, où grimpaient sans décence
mes rosiers que ma Loire enviait, sait que j'ai déposé
une pâquerette sur son cœur, un jour d'anniversaire.

Tu n'étais pas là ; je ne sais pourquoi le Rhin te prit,
insolent à mes jours d'abandon, les soirs de lune,
quand le soleil jouait sur mon beau canal Ligérien.
Combien de pâquerettes effeuillées sans toi ?

Je marchai, emmitouflée d'un capuchon rouge,
pour avoir moins froid dans le blanc ciel d'hiver.
Elie-Anne, aussi, aimait tes flancs ronds qui , toujours,
portent ton nom, toi, le Roman des jours oubliés.

 

Quand convolant avec le Loiret, près du moulin,

je vis les ondes devenir larmes, j'appelais ton nom.

Ô ma Loire amoureuse de mes jeux, qu'encore,

Orléans s'en souvient et peut-être rit de mon âge !

 

Me diras-tu, Loire, si je t'ai manquée un jour,
quand obligée, je te laissais à tes couchers ?
Que soleils m'attendent ! J'arrive ! Attends-moi !
Je veux griffer tes berges de mes jeux innocents.

Ce soir, je ne suis pas là ! Je vogue sur l'eau 
que la main de ma mère puisait au puits rond,
Comme le rêve tournant en rond toujours !
Pourquoi t'ai-je quitté, ô mon tendre opéra ?

Je pars me promener sur le chemin de sable
menant au lavoir des jours espérés heureux.
Non ! Ne dis pas que le Rhin est plus fort !
Il n'y a plus de fleuves, sinon l'Yonne qui rugit !

Te parlerai-je de l'Ain, qui nous fait un ?
Tu ne l'as pas vu dans sa gorge bruyante
que cris disent mon souvenir vieux d'âge,
que je meurs à mon temps, vieille d'âge !

La Voulzie n'avait pas ta parure des dimanches,
que mon capuchon rouge meurt de t'avoir laissée !
Je me suis fanée lentement, mourant de ton absence.
Est-ce pour cela que je suis sans âge, ma Loire ?

Ne crois jamais que j'ai cessé de penser à toi,
ô ma mystérieuse compagne ! Voudras-tu, ce soir,
m'offrir ma dernière marguerite ? Car ce soir,
je n'ai pas d'âge au bord de mon canal bleu.

Me liras-tu Victor Hugo, assise sur le perron ? 
M'émouvras-tu encore avec ma triste Cosette
que j'ai pris sous mon bras, aimant mes soirs,
chagrine de ne plus lire mon Roman préféré ?

Ce soir, je suis si vieille, ma Loire ! ma source !
Si, fidèle, je te suis restée, c'est pour ta tonnelle
qui a rêvé ma vie en poésie, que pour toi j'écris.
Ô enfance sans âge ! Je suis si vieille ! Ce soir !

 

http://cecile-haristoy.eklablog.com/un-apres-midi-sur-le-gr3-du-cote-de-saint-jean-de-braye-et-combleux-a149385646

La petite fille et l’arbre de roses

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Aquarelle Charles Andrade - lazuriste et art Waldorf -

https://lazure.com/site/about-charles-andrade/

 

C’est une petite fille,

une enfante* jolie,

haute comme sept roses.

Son nom est Jean.

 

C’est une petite fille

aimant les fleurs.

Maman dit :

« Que veux-tu être plus tard ? »

 

L’enfante répond :

« Cueillir des fleurs.

- Est-ce un métier ? »

oppose la mère.

 

C’est une enfante,

délicate et rebelle.

« Je veux créer des roses !

Un arbre de roses ! " Naît le poète.

 

"Grand comme le ciel,

doux comme le miel,

beau comme le père,

bleu comme la mère."

 

Chaque rose blanche

est une étoile que Marie

de mai suspend à son arbre.

C’est une petite fille.

 

L’arbre de roses enfanté,

Jean éclairé d’astres parle,

et l’arbre fut, pieds en l’air, tête en terre,

que roses en touchent le ciel.

 

Bonjour ! dit le rosier.

« Tu as créé et je suis. »

Mes mains sont abîmées,

dit l’enfante.

 

Le rosier répond  :

« Demain, tu parleras, et naîtra la rose.

Tu n’auras qu’à chanter « Rosier »

et le rosier sera.

 

C’est une petite fille,

une enfante jolie,

haute tel un arbre de roses.

Jean est né sur deux branches.

 

La lumière était belle,

ainsi, Jean est entré,

là, au cœur du rosier habité de mille Êtres,

qui dansaient dans ses roses.

 

La petite fille est morte.

Ne pleurez point

car elle est Jean devenu,

lumière de la Lumière sur la terre.

 

à mes amis R Steiner et CRC

 

 

Tableau de Peter-Severin Kroyer " le jardin de roses"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Peder_Severin_Kr%C3%B8yer

 

* Enfante :  mot enfant  fémininisé pour

1/ féminiser le mot (!)

2/ elle enfante un arbre

Poème pour un anniversaire - 02/04/2022

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau de Freydoon Rassouli - peintre Iranien -

 

Est venue l’étoile briller de ses mille feus,

en ce jour, ce matin, cette aurore, cette heure,

qu’hommes de bienveillance pleurent

de n’être pas entendu dans leur chant courageux.

 

Se font-ils l’écho d’En-haut dans la lumière

qu’ils sont dit contraire à leur verbe prospère,

afin qu’ils soient muets dans la vérité du Père,

et que la pureté de leur langue de feu se terre.

 

Les hommes ont versé sur sa tête la lie de la fable,

en actes et en paroles, sans voir qu’il rayonnait,

portant en lui et sur lui la grâce des Aethers

que seule la Lumière perçoit en Son vocable.

 

On disait de lui qu’il pensait et louait le mal,

parce qu’il incarnait le bien en sa pensée,

voulant que l’œil voit, derrière le voile étoilé,

qu’un homme accomplissait un futur Marial.

 

Chacun omit que Michaël avait levé l’épée,

renouvelant le geste qui sauve la sienne

aux âmes consacrant son leg contre le cri de la hyène,

et que lui avait saisi pour la justice révélée.

 

Il avait été affublé de tant d’ignominies

qu’il dut taire son combat au levant qui se bat,

car de Michaël, nul n’avait compris ici-bas

que le combat vit de ses deux faces la vie.

 

Les jours de malheur ont encore de beaux jours,

car nul ne voit le Soleil en les âmes qui L’ont vu,

qui du Monde témoignent la Vérité s’étant tue,

luttant contre la vile pensée niant l’Amour.

 

Il portait la Rose comme Manas en sa lumière

qui de vie en vie sculptait ce bel esprit,

et de ma joie à L’avoir vue en Son énergie,

je sus la même lumière en le flamboyant Aether.

 

De Margarita Woloshina

https://fr.wikipedia.org/wiki/Margarita_Volochine

Le fol cri de guerre

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Satan s'adressant à Dieu (vers 1750) de

Corrado Giaquinto (1690-1765) Pinacothèque Musée du Vatican Rome Italie

 

Quand résonne le fol cri de guerre,

l’homme implore le Père,

laissant le Fils de côté, car il sait que le Fils aime ;

puis, transformant le Père en un Dieu autre qui sème,

quel Dieu est prié dans ce désordre de terreur ?

 

L’homme dit : « Dieu avec nous dans cette lutte ! »

Dieu répond : «  Quel dieu prient-ils ? Est-ce la brute?

Ou est-ce Moi ? Moi qui ne peux choisir

d’entre tous mes enfants si mal instruits. »

Le Père regarde la Brute qui n’est pas de son labeur.

 

Y a-t-il donc plusieurs Dieux qu’hommes

sans cesse se trompent ? La Vérité se nomme,

et soulevant son voile d’un léger pan

dit : « Ah! Ceux du mal et Moi céans.

Mais l’homme me soumet à ses erreurs. »

 

Et l’on voit Ceux du mal frémissant de joie

quand Père est inconnu. Car qui voit,

prompt à regarder des Dieux, les Cieux ?

Ceux servant le mal en sol vicieux,

ou ceux dont la connaissance est Valeur ?

 

Haine sévit à l’entour, aimant le mensonge,

tronquant la vérité pour cet horrible songe.

Et, nous voyons le fol cri de guerre couvrir l’âme

qui n’a pas compris que le monde est amour en son âme,

car des temps est venu la semonce à cette heure.

 

Satan, l'autre dieu, regarde son œuvre, fier d’être le mal,

les voit prier deux nuits par an, l’esprit animal,

et dit : «  Qu’ils me prient ces petits tous les autres jours!

Ignorants quelle graine ils sèment, sans amour,

raidissant leurs corps venus de ma fureur. »

 

Alors, nous voyons le Fils du Père souffrir,

car des hommes, peu ont compris Son martyr,

priant de leur égoïsme n’importe quel dieu

que les Âmes des peuples pleurent soucieux.

Mortels se trompent juste de prière en leur fol' ardeur.

 

"L'enfer" par William Blake http://www.philophil.com/biographie/blake.htm

http://www.philophil.com/philosophe/dante/enfer/enfer.htm

Pourquoi ai-je écrit ce poème ?

Parce que des hommes et des femmes prient la nuit de Noël et d'autres nuits saintes et leurs lendemains appellent à la guerre, à la haine. L'incohérence est totale dans la méconnaissance absolue des faits spirituels.

Fil RSS des articles de ce mot clé