Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Le mépris des fantômes ou des morts-vivants

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Quand le mépris des fantômes est éloquent, c'est la tristesse qui s'engage.

Les fantômes sont les "absents" vivants - non les morts - exigeant de nous tant de choses, voire tout, sans jamais s'investir, ni partager quoi que ce soit de la vie, jusqu'à exiger que l'on se déplace sans même jamais répondre à une invitation par exemple, manquant de tous les respects ; nous piétinant, espérant que l'on offre, voire épuise la vie...

Absents voulant dire aller dans un sens unique... J'en connais un bon nombre forts en ce sens. 

Ils sont des morts-vivants, des sangsues ou des vampires ! Pire que des sangsues, des vautours , mieux ! les deux !

BLJ

la peinture dite moderne

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Il n'y a pire expression que la peinture dite moderne. Car la suite de tâches colorées qu'elle nous laisse voir est la réalité de l'âme, ce qu'elle nous donne à voir  de l'intériorité cachée de l'individu.  Noir et orange par exemple traduisent l'absence d'amour et d'empathie pour autrui, c'est l'orgueil menant en enfer qui nous est donné de voir.

La méconnaisance de ce fait  est cependant intéressante, car l'individu se dévoile tel qu'il est et s'offre au regard de ses contemporains qui saisissent de lui  la beauté ou la laideur.

BLJ

Disciples

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Il n'y a pire disciple que celui qui prend la place du maître afin de se glorifier et avoir foule de disciples, relèguant le maître au second plan. Vous les trouvez partout dans le monde et dans toutes les disciplines et écoles de pensées.

Les écrivains sont le plus souvent leur statut que le poète accuse, car il y a un abîme entre un écrivain et un poète. Le poète peut être écrivain mais il témoigne du maître, jamais ne prend sa place, car il est de par sa nature d'abord poète.

C'est la différence entre un écrivain et un poète.

Comme leur orgueil est grand !

Comme le mal fait est immense !

Le maître se témoigne ; nul ne le remplace.

C'est la forme d'un meurtre. Tout est compté.

BLJ

Ma nou, ma minou, mamours.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

 

C’est une douleur,

un enfant placé, investi,

famille en délit,

dodo avec l’éleveur,

écran grand sur son coffre poli,

petit écran entre les mains au lit.

Ma nou, ma minou, mamours.

Mamours, oh mamours !

 

Enfant dit qu’il a la fièvre

pour dormir avec l’amour,

et l’amour dans ses bras velours

se pelotonne sur sa lèvre

pour aimer avant de dormir,

pour plaire et frémir.

Mamours, oh ma mamours !

 

L’enfant aime bien, alors se tait,

car l’éleveur donne l’ordre de se taire.

Enfant parle ; oh désastre ! Lui plaire.

Donne-moi sa photo ; elle me plaît

que je câline le papier avant le dodo.

Elle est dans mon sac à dos,

bien cachée sous les vêtements.

C’est oh ! ma minou, doux moment !

 

https://www.disneyplus.com/fr-fr/movies/the-amazing-spider-man-le-destin-dun-heros/4h3EaB5DYH6g

 

Vivre encore

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo libre de droits

Vivre encore quelques temps sur terre parce qu’elle est ma gouvernante, ma maîtresse, mon oracle, elle, si belle, si glorieuse, malgré ses blessures nombreuses, son sang baignant mes pieds de sa sève, même morte, aussi de défauts, de richesses et de faiblesses, car elle mon guide.

Même si le diable s’incarne, se brûlant les pieds sur le sol divin, car point il ne peut supporter marcher sur l’argile et le loess, car point il ne peut courir les prés et les monts, toujours je me blottirai là loin de ses griffes, car, là, il ne peut aller. Montrerait-il le ciel couvert de sa suie pour effacer la lumière qui est nôtre, que la suie est la vision de la laideur qu’il montre.

Je me coucherai dans l’herbe à son heure venue, déjà arrivée, pour que les étoiles en mon âme brillent et aient pitié de nous, lors de mes larmes pour le monde.

Vivre encore sur terre, même triste, même joyeuse, pour être, et servir le Graal en sa demeure.

 

Fil RSS des articles de ce mot clé