Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Quand  la femme qui nous a mis au monde  vieillit et que les symptômes de la vieillesse envahissent le quotidien dans la mémoire des faits anciens, c'est chaque soir, vider le trop plein d'émotions sur les jours vécus ensemble dans des poèmes qui réparent  l'âme pour continuer le chemin.

Puis, elle rend son dernier souffle, laissant à la terre son habit flétri et usé, et enfin rayonne sans laisser l'écriture se taire.

Merci ! Poème sur deux voix

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Odilon Redon

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Odilon_Redon

 

Elle

- Viens ! La nuit tombe ! Viens dans mes bras !

Les étoiles se lèvent ! Le ciel s'éclaire !

Viens ! Vois les nuages dans l'éclair !

 

Moi

- Vois ! Il n'y a plus de nuages dans le ciel si bas.

De nos deux cœurs, nous avons épuré l'avenir.

Viens ! Ce soir, ne me regarde pas partir !

 

Elle

- Entends le frisson du rideau en dentelle !

Lorsque je le soulève, devine mon soupir !

Vois ma main tenir cet au-revoir, sans plus te trahir !

 

Dis-moi encore ton amour ! Je suis si vieille !

Merci ! Merci d'être là ! J'ai si froid !

Touche mon dos ! il perle de tant de pluie.

 

Moi

- Viens ! Il n'y a plus d'orages. Le vent est sage.

Aimer chante le monde, ce soir.

Viens ! Ton fils porte déjà l'ostensoir.

 

Elle

- Dis ! Dis le verbe qui est l'écho du passage,

Et vole avec moi jusqu'à l'empyrée !

Sans toi, mes ailes sont fragiles et givrées.

 

Moi

- Viens ! Je ne te quitte jamais, même la nuit !

Laisse le passé gagner son levain, il est mûr.

Jetons l'ivraie dans le clair-obscur !

 

Elle

- Merci ! Merci ! Toi ici ! Toi seule de nuit !

Vois l'oiseau blanc près de ma couche parfumée,

Il me parle de toi quand tu es manifestée.

 

Moi

- Viens ! C'est le temps venu de la grâce juste !

Chaque étoile te bénit d'aimer, enfin !

Il n'y a plus de dette ! Karma est achevé, enfin !

 

Elle

- T'ai-je dit que je t'aimais, toi si auguste !

Toute cette lumière sur ton visage ! Qui es-tu ?

Pourquoi tout cet amour ? D'un voile, tu es née vêtue.

 

Moi

- Tu te souviens ? Grande est ma joie en cette nuit !

T'ai-je dit que je t'aimais, toi si magistrale !

Parce que mon amour est ! D'un voile, je suis née.

 

Paru dans : 

 

L'éternelle lumière

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Au rayon de l’éternelle Lumière

vont les âmes en robes étoilées,

parmi voiles d’or et de bleu tissés,

et avec elles, je vais de piété altière.

 

Je franchis le pont sur les flammes

puisque toutes nuits, il nous faut le franchir,

et enfin être avec eux, les mains jointes en la lyre,

en adoration car adorer est bien, est une juste âme.

 

Elle, me tend la main, je lui offre la mienne,

de lumière fécondée qu’Amour éclaire.

Elle m’offre à chaque venue sept couleurs claires,

comme sur terre, nous offrons des fleurs pauliniennes.

 

Nos bras n’ont pas assez de longueur d’homme

pour s’aimer ; et nous les prolongeons d’un cœur

pour vivre le plus noble des sentiments-soeurs,

le plus pur, le plus grand, et nous sommes.

 

Au rayon de l’éternelle Lumière

vont les âmes en robes étoilées,

parmi voiles d’or et de bleu tissés,

et avec elles, je vais de piété altière.

 

Montserrat Caballé sur des paroles et musique de Vangélis

Pureté de la flamme

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Elle

- Bonjour ! Bonheur ceint mon esprit.

J’ouvre ta porte d’entrée, tu m’entends

appeler ton bienheureux prénom. En toi, je lis.

 

Moi

- Toi ici ! Pureté de la flamme. Quelle joie de te voir !

j’en pleure de liesse ; ne me quitte pas.

Oh ! cette perte ! Telle une fleur arrachée.

 

Elle

- Fleur arrachée et pour moi terre devenue infertile,

ma mort fut un désastre, privée de toi, seule.

Ils n’ont pas voulu que je te donne le baiser d’adieu.

 

Moi

- J’entends encore ton cri fendre mon espace

et dans le parc, je vois s’éteindre nos pas

qu’en hiver prirent nos semelles pleines de tracas.

 

Elle

- Je t’ai aimée ma fille, mal aimée mais aimée,

si fort aimé que mon ciel t’accompagne

désirant de toute sa force t’aimer davantage.

 

Moi

- Vois ta maison comme elle est belle,

d’amour, je l’ai purifiée, et baignée de mes larmes,

je l’ai assainie et ointe, te prêtant mon âme.

 

Elle

- Voyant ce geste, ici, lumineux et clair,

Semblable à la lumière ambrée angélique

que le rayon solaire dépose sur le champ, je t’aime.

 

Moi

- je les ai vus porter ton message en une rose

consolable en mon âme inconsolable,

et la vêtir d’un arc-en-ciel paré de tant d’amour.

 

Elle

- ô toi, sage comme la clarté du jour à l’aube,

je vois ici aussi ta lumière anoblie dans le ciel.

Tu n’as rien à regretter. Je t’attends déjà.

 

Moi

- On a dit de moi toute sorte de mal, voyant cet Amour

que même ceux croyant aimer accablent.

Et l’arc-en-ciel a éloigné ce vaste ciel noir.

 

Elle

- Je reviendrai pousser ta porte et avec toi m’asseoir,

parler de la Lumière qui nous enveloppe.

J’ai vu l’Amour et l’Amour m’a grandie.Merci.

 

 

Apparition ou visite

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

George Hillyard SWINSTEAD

The Angel’s Message

https://en.wikipedia.org/wiki/George_Hillyard_Swinstead

 

Elle est venue vêtue de blanc

 poser sa tête sur mon épaule,

et moi, assise sous le saule,

sursaute de ce sacre troublant.

 

Là, si près, née tel l’éclair,

descendant d’un ciel apparu,

je la vois, la vis, la sens, venue,

fendant à nouveau l’air.

 

Déposant un soudain baiser de l’au-delà

sur ma joue inattendue,

je prends, visite attendue,

beaucoup de joie dans son éclat.

 

Entre l'être incarné que nous connaissons ou avons connu et celui désincarné qui a laissé sur terre son habit de chair, il y a une incommensurable distance. L'un est terne, sombre, l'autre est lumière.

Ne vous privez jamais du baiser d'un défunt aimé  si la clairvoyance vous le permet. Le lien établi ne peut plus se fermer ni sa flamme s'éteindre.

Vous donne-t-il un conseil sous la forme  d'une image, ou introduit-il en votre vie un évènement en accord avec  les anges gardiens que vous ne pouvez ignorer la portée  d'une décision saine qui aurait été fatale ou désastreuse si il n'avait pas agi.

 

écrit sur Luciano Pavarotti & Lucio Dalla - Caruso

https://fr.wikipedia.org/wiki/Caruso_(chanson)

 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie