Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Quand  la femme qui nous a mis au monde  vieillit et que les symptômes de la vieillesse envahissent le quotidien dans la mémoire des faits anciens, c'est chaque soir, vider le trop plein d'émotions sur les jours vécus ensemble dans des poèmes qui réparent  l'âme pour continuer le chemin.

Puis, elle rend son dernier souffle, laissant à la terre son habit flétri et usé, et enfin rayonne sans laisser l'écriture se taire.

" Solitude" ou i comme internet, comme i.phone

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

"Vieille dame lisant" M Knoop 1880-1900 de Rembrandt

http://artmic.eklablog.com/10-les-vieilles-dames-lisant-peintures-a112488838

 

À la longueur de mes saisons, le jour se lève.

Aux adieux faits sans rien avoir demandé,

Aux baisers donnés, oubliés dans la nuit,

Que ma terre a pourtant façonnés,

De mémoire, désespérée, je suis passée,

Sans que vous ne m'ayez vue de désirs !

Le jour se lève sur mes  matins sans réconfort,

 

Mon chant sur les mortes saisons de la modernité

Est un souffle perdu au vent.

Désormais absente, je ne ris plus, ne souris plus.

Mes cheveux ne balayent plus mon visage.

La terre s'est figée autour de ma mémoire,

L'a faite solitude, sans la caresse d'un enfant,

Qui a balayé de ses doigts frêles, ce qui reste,

De douceur à mon souvenir, ses rires !

 

Ai-je été d'Amour que je me demande

Les promesses fatiguées, mortes avant de naître.

Y eut-il eu un arbre qui abrita mes émois

Que désespérée sans plus l'être,

Forcée de solitude, habillée d'oubli,

Je vous attends, presque sereine,

Assise sur un banc, dans ma cour,

À vous attendre, endormie près d'une rose,

Bientôt alitée à force de vous attendre !

 

M'ont-ils tous laissée que, parfois, je reçois

Beau message, un : « Comment vas-tu maman ? »

Que j'en oublie le tendre geste et le rictus de complicité

Que l'enfant engendrait avant de vœux : « Ma maman à moi ! »

 

Oh ! mes enfants, portés jusqu'à l'a rondeur de mon corps,

Flanqué de lourdeurs du vieillir, me voyez-vous ?

Quand de vos « i quelque chose »

Vous pensez me faire plaisir :

«  Vois comme tu es importante à nos vies ! ».

 

Par pitié, âmes aimées de tant de labeur,

Aujourd'hui le dos fracassé par la douleur,

Les jambes ayant peine à me porter,

Quelle béquille pour porter ma mémoire

Si bellement offerte, riche d'ombres ?

Serait-ce votre "i" si léger en vos poches,

Que je porte si lourdement

De solitude assassine ? 

 

M'avez-vous aimée un peu pour que je vive

Vos absences par ces « i  » interposés ?

Merci pour vos jolie fleurs qu'un « i Flora » m'a apportées.

Mais sais-je si c'est geste de bienséance

Ou geste d'amour ?

J'ai bien la photo du petit dernier,

de la tendre épouse aussi, 

Mais je suis si seule que je ne pleure plus.

 

À nos amours tombés dans l'oubli,

Moi, qui croyais que l'amour était un beau lever,

Que faites-vous mes amis, mes enfants,

Si loin de ma tombe que je vous annonce 

Qu'un "i" prendra peut-être en photo ?

 

Pleurerez-vous sur ma table tombale

Quand du coin de mon ciel bleu,

Je vous enverrai un grand salut ultime

Que vous ne verrez pas et qui me laissera encore seule,

Car vous ne me croirez pas davantage vivante !

 

Que je vive là haut , bercée par les anges,

Dans la lumière des vies passées,

Vous laissera indifférents par ignorance

Et un rideau noir tombera sur nos souvenirs

Cachant vos vies à la mienne si haut dans les étoiles !

 

Ô Solitude !  

 

Texte écrit pour les personnes âgées ne recevant plus la  visite de leurs êtres chers,

mais recevant foultitude de sms : " les "i" messages , puisqu'elles ont des téléphones portables  !

Lorsque ce texte fut publié pour la première fois, il me fut crié que ce genre d'évènement ne pouvait pas exister et que j'écrivais n'importe quoi. Je n'écris que sur des faits vus, expérimentés, constatés, éprouvés.

 

Tchaikovsky - Hymn of the Cherubim

Mélancolie

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Edouard Burnes-Jones

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Burne-Jones

 

Le ciel est gris comme cendre ;

Point de blancheur ne perce l'horizon.

Est-ce cela un ciel tendre ?

 

Pourquoi cette mélancolie pérenne

Reprenant sans cesse son chemin

Dès que je meurs d'abandon ?

 

Neige ne tombe et semble attendre

Qu'innocence lève sa raison

Pour étendre son linceul d'amour.

 

Pourquoi vas-tu dans la brume,

Si loin perdu que je ne te vois,

Toi, si proche du fleuve de l'oubli ?

 

Vase se vide et rêves languissent.

C'est toujours ainsi quand je fléchis!

Ô mélancolie bouleversée !

 

Pourquoi m'avoir laissée ?

Je t'attends dans autre enfant

Qui dirait «  je suis revenu. »

 

Ciel n'a pas laissé ses cendres,

Poussière n'a rien révélé de mon spleen.

Est-ce cela une destinée faite de tristesse ?

 

Pourquoi suis-je née triste,

Sensibilité aiguisée que je ne mens

Et jamais ne fais de place à cette harpie ?

 

 

Alzheimer Poème à deux voix

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Auteur photo inconnu

 

Elle

- Oh ! Toi ! Je t’attendais. Mes heures te promettent.

Nuits sont trop longues.

Matins sont infinis ; il pleut, tes yeux aussi !

 

Qu’ai-je fait pour tant d’iris livides, fillette ?

Ne pleure pas !

J’assèche ma mémoire ; viens ! Me voici !

 

Moi

- Dis mon prénom ; pour toi, il brille au firmament.

Regarde-moi.

Qui suis-je? Ne m’oublie pas, nuitamment ! Maman.

 

Elle

- Vois ma mère sourire ; aidant patiemment.

Entends son chant.

Sa joie est immense. Vois ! Elle m’attend.

 

Moi

- Dans ses bras, elle me prend, dépose un baiser,

Ô Suzanne !

Clamant merci, nous aimant d’Esprit dans son ciel.

 

Elle

- Dis-moi qui tu es. Mon souvenir est inapaisé.

Qui est Éliane ?

Qui es-tu ? Je t’aime, car tu es pareille au miel.

 

Moi

- Prends ma main, viens sur mon épaule, vois le jour.

Vie est céleste,

La destinée s’achève, l’aurore t’étreint.

 

Elle

- Merci d’être. Que suis-je sans ton amour ?

Ô mon soleil !

Ne pleure plus, tu es lumière, toi mon gardien !

 

Merci ! Poème sur deux voix

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Odilon Redon

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Odilon_Redon

 

Elle

- Viens ! La nuit tombe ! Viens dans mes bras !

Les étoiles se lèvent ! Le ciel s'éclaire !

Viens ! Vois les nuages dans l'éclair !

 

Moi

- Vois ! Il n'y a plus de nuages dans le ciel si bas.

De nos deux cœurs, nous avons épuré l'avenir.

Viens ! Ce soir, ne me regarde pas partir !

 

Elle

- Entends le frisson du rideau en dentelle !

Lorsque je le soulève, devine mon soupir !

Vois ma main tenir cet au-revoir, sans plus te trahir !

 

Dis-moi encore ton amour ! Je suis si vieille !

Merci ! Merci d'être là ! J'ai si froid !

Touche mon dos ! il perle de tant de pluie.

 

Moi

- Viens ! Il n'y a plus d'orages. Le vent est sage.

Aimer chante le monde, ce soir.

Viens ! Ton fils porte déjà l'ostensoir.

 

Elle

- Dis ! Dis le verbe qui est l'écho du passage,

Et vole avec moi jusqu'à l'empyrée !

Sans toi, mes ailes sont fragiles et givrées.

 

Moi

- Viens ! Je ne te quitte jamais, même la nuit !

Laisse le passé gagner son levain, il est mûr.

Jetons l'ivraie dans le clair-obscur !

 

Elle

- Merci ! Merci ! Toi ici ! Toi seule de nuit !

Vois l'oiseau blanc près de ma couche parfumée,

Il me parle de toi quand tu es manifestée.

 

Moi

- Viens ! C'est le temps venu de la grâce juste !

Chaque étoile te bénit d'aimer, enfin !

Il n'y a plus de dette ! Karma est achevé, enfin !

 

Elle

- T'ai-je dit que je t'aimais, toi si auguste !

Toute cette lumière sur ton visage ! Qui es-tu ?

Pourquoi tout cet amour ? D'un voile, tu es née vêtue.

 

Moi

- Tu te souviens ? Grande est ma joie en cette nuit !

T'ai-je dit que je t'aimais, toi si magistrale !

Parce que mon amour est ! D'un voile, je suis née.

 

Paru dans : 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie