Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Celui qui connait la poésie, depuis qu'elle nourrit le monde, sait qu'elle est la plus subtile des pensées. C'est en elle qu'habite la vérité. C'est pour cela qu'elle paraît souvent hermétique aux commun des mortels.

Le roman est fait pour le loisir quand bien-même il est philosophique, alors que la poésie habite deux mondes et elle construit un pont entre les deux pour les relier.

Elle passe donc du profane vers le sacré et du sacré vers le profane sans cesse pour que le pont soit.

Le poète qui ne ferait pas ce chemin du profane vers le sacré et du sacré vers le profane ne peut pas être authentiquement poète. A ceux qui aimeraient le faire, qu'ils osent tout simplement,  se moquant de ce que l'on pensera d'eux, car je sais combien nous nous créons d'ennemis à parler du sacré en notre époque si glauque ! mais la poésie n'a jamais été autrement, même chez les poètes les plus sombres.

Je n'ai pas lu un seul livre de poésie des siècles passés sans y lire au coeur de ses vers la profondeur du sacré quelque soit son appartenance.

il faut réintroduire le chemin du profane vers le sacré et laisser le sacré descendre vers le profane si nous voulons rester pleinement humains.

Béatrice Lukomski-Joly - © 2021

Testament de Gaspard

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Je suis votre enfant, Ô Anges célestes de mes années,

vous qui recueillez la myrrhe des destinées ;

vous qui recevez le fruit en offrandes altières ;

vous qui nommez ces offrandes, prières,

 

De toutes les ancres angélisées à quelques plumes,

je suis l'engendré, de votre Amour légère brume.

 

Ai-je assez donné à vos cœurs dans vos attentes

que du destin épousé avant ma belle descente,

propulsé par ma mère en un geste divin,

un matin d'un babil angevin, l'air mutin,

vous avez souri de tant d'espérance à ma naissance.

moi, l'épousé à l'alliance de vos vœux d'obédience.

 

Suis-je votre aile blanche au tissage si fin

que des neiges m'ayant un jour choisi dans l'Ain,

pour que de Christian Rose-Croix, je vois la Face ;

vertigineuse descente à la vie, j'ai vu sa grâce.

 

Témoin des Cieux, dans la nature manifestée,

J'ai reconnu votre allégeance à ma volonté

Et de la mienne offerte, j'ai entendu votre chant,

Ce chant relié à mes pas suppliants et trébuchants.

 

Que vos belles statures, ourlées de rayons auréïques

ont ravi la pesanteur dans l'espace des blancs angéliques,

que votre demeure s'embrasa d'or quand de mes mains,

au calice , toujours baignées d'huile de jasmin,

le front et les paumes ointes de la rose sur des éons,

j'ai adoré le voile levé, vous voyant grands et blonds.

 

Aurai-je pensé que, tous, si semblables vous êtes,

d'apparence ailée, aux robes si pures, sans paraître,

gravissant les marches de marbre blanc aux ciel plein,

que j'ai reconnu la source de la Pensée du Judéen,

 

Chatoyante, embellie de paix vers le soleil quitté.

j'ai, avec Vous, adoré le Trône, là, laissé inhabité.

 

Quand vous me montriez le gouffre à franchir,

celui qui rouge de colère argue que je peux lui nuire,

passée la ténébreuse vallée habitée par le feu fardé

des désastres humains, j'ai simplement regardé.

 

Quant aux odes du levant, vous me montriez au réveil

la Jérusalem Céleste aux coupoles de vermeil,

j'ai habité vos ailes pour l'Amour manifesté.

Sept sphères traversées pour que terre accueille le Gibet.

 

Que n'ai-je aimé davantage dans la douleur

quand à votre offrande de la croix vécue ailleurs,

j'ai pris l'hostie en mon corps meurtri des chutes

à votre volonté de me voir vivre de luttes,

 

L'affaissement du dos, manquant de souffle,

dans la plainte qui n'aurait pas du naître et souffre,

j'ai demandé votre regard charitable à mes vies.

m'avez-vous aimé quand, sans pas, affaibli,

j'ai pris le parterre de l'autel pour m'y cacher

sans que quiconque ne décèle ma pensée couchée,

 

j'ai supplier votre indulgence, le visage à terre.

M'avez-vous relevé des sanglots usant le verre

Curieusement inaudibles dans l'invisible,

Épuisé et cependant toujours paisible,

Comme si d'eux naissait le céleste mariage,

Avec tous les courages, vous être cépage !

 

Entre Vous et moi, oui, je vous ai vus gnose.

comme je vous ai aimés, Anges des roses

que vous avez déposées à ma coupe de valeur,

que je croyais si pleine à gémir la douleur !

 

Finalement griffé et giflé de heurts à mes heures,

je n'ai rien souffert comparé à Son Cœur.

 

Je vous dois Gaspard, Kaspar,  et Faust renaît à la vie.

Ai-je vécu chaque jour de ma vie la lie

comme s'il était le dernier afin de mieux vivre

et être à votre volonté le serviteur pour survivre,

qu'encore je vous sais infaillibles dans l'amour,

de Saturne à votre terre en glamour.

 

Ai-je souvent prié pour les hommes de doutes

pour que jamais leur Ange ne connaisse la chute !

Dans l'insupportable inconscience des hommes blêmes,

j'ai aimé les anges des hommes malades d'eux-même,

pour leur donner l'espérance de la lumière fidèle

qui, point, ne se ternit, tellement protégés par vos ailes.

 

Pardonnerez-vous mes grandes faiblesses et ma félicté

quand de l'amour des hommes, j'ai cru cueillir la beauté,

Je n'ai vu que leur misère, ceux qui n'ont rien à offrir,

tellement persuadés qu'ils sont le flambeau des rires,

qu'ils n'ont offert que l'ombre des clartés au seuil des odes

qui n'a de terrible que l'amère ombre qui toujours rôde.

 

Puis-je espérer que feu parti de la terre au Saint Graal,

à mon baiser si pur aux cygnes majestueux, enfin mort Baal,

aux vilains petits canards devenus des rois heureux,

vous amasserez l'or des vies fécondées à la pointe de la lance  ?

qu'à leur douleur, j'ai accompagné la semence.

Qu'à leur sourires, j'ai offert les gestes qui sauvent,

la mort de Siegfried au Dieux chauves !

 

Ô ! Anges, mes époux ! Où que j'aille,

je n'ai su renier nos épousailles !

 

Faut-il de la constance pour être votre épouse

et voir ce que vous voyez du ciel étoilé, jalouse,

pour être à votre Humanité l'alliancé fil

de la foi, de la joie, de l'Amour en le Fils.

 

Faut-il être chaque jour à la forge du manuscrit

pour que de l'airain naisse l'or en l'Esprit !

Je suis votre enfant que vous avez su lever,

de justes mesures grandir ma liberté.

 

Couvert de vos ailes de guidance chaque jour,

ramassant les affres laissées par les vautours

que faiblesse terrasse pour redorer la porte ailée.

 

Que vouliez-vous de moi, moi l'âme voilée,

du voile le plus beau que la Sophia honora,

que chacun vit dans l'invisibilité des auras,

presque terrifié au point de l'attaquer toujours,

Comme si on attaquait un saint voile d'amour !

 

Pardonnerez-vous, à ma demande, les âmes pauvres

ayant châtié votre parure en ma chevelure si pauvre ?

Vous souviendrez-vous des efforts faits vers les astres

jusqu'à l'usure de mes jours, les apparents désastres,

pour vaincre l'orgueil que vous vouliez lié au pilastre.

Et enfin être à l'humilité la châsse des beaux restes ?

Être sur terre votre manifeste !

 

Je suis fatigué, le corps usé, l'âme en partance,

Préparez votre soie au fin voile des repentances

Et que la terre ne pleure pas mon deuil, car j'ai été.

Je veux tout cueillir des roses fleuries et plantées.

 

J'ai vu Zoroastre habillé d'une robe blanche,

coiffé d'un turban, et portant une crosse franche,

suivi de ses prêtres, venant vers moi à l'aube d'un matin,

menant la divine confiance  vers mes pas sans venin.

 

Vous ai-je tous vu et reconnu....

à suivre

Le chemin des roses

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo issue du site

 https://blogs.futura-sciences.com/feldmann/tag/antares/

 

Au fort des murailles ensevelies

par presque mille printemps jolis,

j'ai vu tant de mousses d’ombrage

verdir les années sans dommage,

qu'au sermon pris telle l'offrande,

j'ai dessiné le temps qui transcende,

et de sa mine de graphite aiguisée,

aux écrits des Sages, ma vie, j’ai voué.


Des rides du pré jauni, avec Perceval,

lors des sécheresses estivales,

j'ai reconnu la branche vivante en Antarès,

sur la sève de l'arbre en détresse.


Combien de siècles faudra-t-il au végétal

pour élaguer une brindille pâle,

et aux hommes d'orgueil sans mesure

voir croître leur liesse dans l’azur ?


La pluie ravinait les flancs des collines,

ternis de traîtrise et de vermine,

quand sous le nuage parfumé de rose,

je vis se lever le voile des Atlantes.


Je vis trois soleils s’unir et tomber,

message aux hommes desséchés,

dans le vaste océan des ténèbres,

aux âmes terrifiées de leur lèpre.


Des flots montants, tout dévastant,

je demandai aux âmes sensibles s’élevant

de me suivre en ciel, et nous sommes envolées

pour une belle terre fraternelle levée,

que l'espace offrit à nos sagesses,

avant la source conduisant vers Hermès ;

le doux rayon couronna nos destins,

bien avant l'heure éternelle en ce noble matin.


Quand l'heure sombre s'acheva, vint la vertu,

un ange apparut tout de blanc vêtu ;

aux marches du temple solaire, feu le chaos ;

montra la clarté revenue sur les eaux,

monta avec moi le grand escalier blanc

tout de marbre céleste revêtu vers le Goéland ;

quand parvenus à son faîte dans les nuages,

il me dit de regarder l'en bas et l'en haut sans âge.


De l'en bas, je vis un gouffre de feu et de sang

fourvoyé de douleurs au serpent ;

de l'en haut, je vis une ville de lumière

étincelante d’aurores irisées en prières.


Sur un mont sans âge, brillant tel le levant,

Il était là à montrer les arpents en sa voie

que ma foi devait franchir de clarté et de joie,

et des portes franchies, être le servant.

 


 

Au chemin des roses sous l'embellie des lys

des jasmins parfumés et des corbeilles d’Adonis

j’entendis sa voix grave et douce me dire

accompagné de ciel sur sa lyre :


"Quand tu auras franchi la vallée de la peur,

va libre vers le Temple, Il t'attend à cette heure.

C'est un combat d'initié contre le venin !

Ne t’arrête pas en chemin. Vois Odin ! »

Tu souffriras tout ce que esprit endure

en franchissant cet effroi en sa Nature."


Je sus qu'entre l'initié antique qui n’est plus,

aux Atlantes dévoyés et ceux sauvés du reflux,

un mystère avait fait son entrée en lettres célestes

pour le baptême du Nord au Sud, de l’Ouest à l’Est.


Aux roses tant chéries parmi les épines à élire,

que ma Perse soignait les plaies d’avenir,

aux ronces rouges et au serpent sous les pieds,

j'ai vu le Graal de mille embrasés sur le sentier.


Alors que les roses dans le déluge fleurissaient,

j'ai vu la Lilith sur le cep que la vigne repoussait

près du voile à Saïs que nul ne doit voir avant l'aube,

et au levant, je me suis éveillée, baignée de psaumes.

 

L'âme foudroyée

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Va l’âme, comme foudroyée par le Jour,

ne pouvant contenir l’immensité de l’Amour

qu’elle devine derrière sa Nuit, Le dire,

qu’elle a vu sans pouvoir Le contenir.

 

Telle plongée dans l’abîme, elle pleure,

se lamentant sur l’avenir qu’elle effleure,

lui disant : «  Avance! », puis recule, non née,

car en l’Esprit elle ne peut se retourner.

 

Le Serpent frappe alors de sa langue.

Son venin coule d’abondance et la harangue :

"Tu as vu la vérité qui t’accable ;

Fuis ce chemin ! " Parlant implacable.

 

La tombe parle et communie

dans l’espace du silence qui fut du Génie

la sortie du tombeau en sa nuit

achevée lors de l’Épiphanie.

 

L’âme transie grelotte et sanglote :

« Je ne suis pas encore née de cette Coupe.

Que me montres-tu du Graal, l’Essence

et sa conscience, le Principe et le Sens? »

 

Le cœur dans l'Æther palpite en la Terre,

clamant : «  Je t’attends depuis la fin des Ténèbres,

et la nuit en ton âme reste nuit

tant que la nuit est la sente de la tyrannie. »

 

Va l’âme, comme foudroyée par le Jour,

ne pouvant contenir l’immensité de l’Amour

qu’elle devine derrière sa Nuit, Le dire,

qu’elle a vu sans pouvoir Le contenir.

 

Dédié à l'âme foudroyée d'avoir "vu"

 

L'Amour renouvelé

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Qui n'a pas dans les larmes trouvé l'Amour Cosmique
et dans la joie partagé le doux pain des heures Adamiques,
laissant derrière lui, père, mère, enfants, époux et épouse,
est encore sur le chemin des Heures loin des Douze,
pauvre de l'Amour renouvelé, éclairant et illuminant
toutes secondes dans l'instant de son éternité en l'Adam.

 


 

Il y eut ...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Jean-Léon GÉROME (1824-1904) "La fuite en Egypte ( la nuit)" ( détail )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-L%C3%A9on_G%C3%A9r%C3%B4me

 

Dans le large sillon, creusé par maints typhons,

Glanant dans la fosse de subtiles terreurs,

Pendant que fièvre s'essouffle sur ses erreurs

Vont d'amères voies, d'étranges vœux sans raison.

 

Jaugeant la force du vent que veut l'insolence,

Lors d'ingrates humeurs, d'affreuses impiétés,

Les nuits graciles se hissent dans l'immensité,

Ne regardant pas le dard qui mordrait d'arrogance.

 

Dehors, si c'est nuits, si c'est témoignage,

Orages chassent les fausses lueurs pour la vie,

Afin qu’œuvrent en silence les Hiérarchies

N'aimant que le fruit de l'Amour né en cet âge.

 

Calme et douceur, béatitudes et vertus,

Signent d'adoration l'avènement prodigue,

L'annonce aux brebis gardant sur la digue

Leurs doux bergers, car seul est sage le Salut.

 

Voient-elles passer un loup effroyable,

Reconnaissant en son écume son geyser,

Jusqu'à la fuite de l'enfant dans le désert,

Qu'elles guident l'Amour à dos d'âne sur le sable.

 

Et scrutant la trace laissée dans le sol aride,

Affirmant que connaître le soleil à minuit

Fait fuir vils chacals et noirs vautours dans la nuit,

Elles tissent de leurs toisons, le soleil torride.

 

Et pendant ce temps, diable s'agite, insoumis,

Ne sachant pas combien de saisons, il lui reste,

Avant que son abîme à sa forge funeste

Ne se comble de lauriers d'Amour pour l'Eurythmie.

 

Et mère, Ô ! céleste ! serre son enfant dans ses bras,

Pour que l'Humanité vers l'accomplissement

Règne sous une seule couronne d'achèvement,

Malgré les cris de celles n'allaitant plus sous le cédrat.

 

( en mémoire du massacre des Innocents et de la fuite en Egypte )

 

 

Fil RSS des articles de cette catégorie