Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Compassion toujours

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Pensée du jour, pensée tous les jours, pour lui donner vie :

Lorsque nous serons parvenus à avoir de l'empathie, de la compassion, envers tous les hommes, alors viendra l'heure où nous aurons aussi de la compassion pour nos défunts les voyant souffrir dans leur Kamaloka. Certes, ce sont des souffrances ajoutées à notre destinée mais compassion dit Amour et crée Conscience, établissant un pont entre eux et nous.
La compassion ne se limite pas à nos frères incarnés mais bien à l'ensemble des âmes incarnées ou non.


BLJ

Le dôme et le flambeau

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Je suis Rose, simplement une rose,

Rose parmi huit, parmi treize, une rose,

l’unique qui n’est pas nombre,

l’invisible, la rose d’or sublime.

 

Coiffée du dôme de la Jérusalem,

ma si céleste, mon chemin,

mon unique voie, ma seule Cité !

je le porte. Casque et épée.

 

Je suis croix, pélican et cygne,

avec Michaël au ciel, je me signe ;

partageant du destin la lumière

et de l’aurore, la Vérité et Sa vie.

 

Défunte est Mars en décembre,

quand du soleil et de la lune

la brume a regardé la clarté ;

avec Christ, j’ai enfanté Mercure.

 

 

Avec Amour, sanglots et pureté,

Kaspar entre ciel et terre, je suis,

portant le flambeau avec Christian

quand l’ombre sévit dans l’abîme.

 

Détail du tableau de Rembrandt  "L'Homme au casque"

Haïr, c'est se priver de ...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Haïr, c'est se priver volontairement de ce qu'il y a de plus noble et de plus beau en soi : l'Amour.

L'amour : N'en parlez plus avant de l'avoir démontré ; montrez le en vous pour le démontrer et il sera.

Rayonnez de noblesse et de beauté. Car le petit verbe que l'homme parle n'est pas le Verbe résonnant en soi son écho.

BLJ

Un ami Néerlandais m'a fait ce superbe cadeau, c'est à sire traduire cette phrase en plusieurs langues ; les voici :

Thorvald Dudok van Heel

🇧🇶 Haten is jezelf vrijwillig beroven van wat het edelste en mooiste in jezelf is: Liefde.

 🇩🇪Hassen bedeutet, dass man sich selbst absichtlich das Edelste und Schönste in sich selbst vorenthält: die Liebe. 🇬🇧To hate is to voluntarily deprive oneself of what is most noble and most beautiful in oneself: Love.

 🇷🇺Ненавидеть - значит добровольно лишать себя того, что является самым благородным и самым прекрасным в самом себе: Любви. 

🇷🇴A urî înseamnă a te priva în mod voluntar de ceea ce este mai nobil și mai frumos în tine însuți: iubirea.

 

Poème pour un anniversaire - 02/04/2022

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau de Freydoon Rassouli - peintre Iranien -

 

Est venue l’étoile briller de ses mille feus,

en ce jour, ce matin, cette aurore, cette heure,

qu’hommes de bienveillance pleurent

de n’être pas entendu dans leur chant courageux.

 

Se font-ils l’écho d’En-haut dans la lumière

qu’ils sont dit contraire à leur verbe prospère,

afin qu’ils soient muets dans la vérité du Père,

et que la pureté de leur langue de feu se terre.

 

Les hommes ont versé sur sa tête la lie de la fable,

en actes et en paroles, sans voir qu’il rayonnait,

portant en lui et sur lui la grâce des Aethers

que seule la Lumière perçoit en Son vocable.

 

On disait de lui qu’il pensait et louait le mal,

parce qu’il incarnait le bien en sa pensée,

voulant que l’œil voit, derrière le voile étoilé,

qu’un homme accomplissait un futur Marial.

 

Chacun omit que Michaël avait levé l’épée,

renouvelant le geste qui sauve la sienne

aux âmes consacrant son leg contre le cri de la hyène,

et que lui avait saisi pour la justice révélée.

 

Il avait été affublé de tant d’ignominies

qu’il dut taire son combat au levant qui se bat,

car de Michaël, nul n’avait compris ici-bas

que le combat vit de ses deux faces la vie.

 

Les jours de malheur ont encore de beaux jours,

car nul ne voit le Soleil en les âmes qui L’ont vu,

qui du Monde témoignent la Vérité s’étant tue,

luttant contre la vile pensée niant l’Amour.

 

Il portait la Rose comme Manas en sa lumière

qui de vie en vie sculptait ce bel esprit,

et de ma joie à L’avoir vue en Son énergie,

je sus la même lumière en le flamboyant Aether.

 

De Margarita Woloshina

https://fr.wikipedia.org/wiki/Margarita_Volochine

Paroles d'ange " Entendez ! "

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Tableau de Vincent van Gogh "ange"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_van_Gogh

 

« Écoute bruire le souffle de mes vents !

Au gré de tes pas, raconte le temps

Qu'il a fallu au temps pour s'apprivoiser en homme.

Raconte le temps qu'il a fallu pour aimer ce que terre offre,

Dans sa chair de nature nous observe,

Dans le tintement de l'air, nous fait verve.

 

Écoute frémir l'herbe tendre quand ta peau caresse sa verdure !

Entends la terre se nommer dans son désir !

Ne se crée-t-il pas un amour tacite entre nous quand au jour,

Tu m'ignores, impudique en tes élans,

Et que je t'entends, malgré tout, m'implorer ?

Écoute les branches se froisser au vent !

Entends vibrer le bois au rythme des saisons !

Chaleur fait-il, qu'il se rétracte !

Froid fait-il, aimé de la pluie, il se dilate !

 

Homme ! c'est de cette vie que tu es tissé ! 

La pluie te frappe, tu gémis !

Homme ! tissé d'émotions, l'inertie t'a figé !

 

Semblable à la nature parce que né d'elle,

Tu vis d'égales ondées !

Pourquoi avoir cherché réponse, là, où tu pouvais regarder le monde ;

Là, où je me savais prompt à t'aider ?

Encore fallait-il que l'homme m'écoute et qu'il plie !


Jamais, je ne te châtierai, car de ce pouvoir, je n'ai aucune gloire !

ll te suffit de croire que j’œuvre en gardien

Pour t'assurer apaisement dans ce dédale des jours apeurés.

 

Écoute ! Plus encore ! Entends !

 

Entends la vie se nommer en ce qu'elle crée chaque décennie !

Ta terre, qui est aussi la mienne, te sera recueillement

Quant à l'heure des malfrats, guerres et massacres

Flamberont, sales !

Ta terre te recevra comme une opale.

Tu n'auras qu'à demander ma présence pour me voir.

Je serai ta certitude en ces jours de douleur qui adviennent.

 

Il ne faudra pas montrer sa peur,

Aller tête droite, le regard droit devant soi, le pas franc,

Il te faudra avoir des couvertures ;

Eteindre le feu qui embrasera les vêtements,

Se réchauffer, le corps et l'âme.

Entends !

 

Quand les chevaux blancs s’aileront

Et que les licornes vaillantes jailliront de ce ciel balafré par les blasphèmes,

Accroche-toi à mes ailes,

Car il vaudra mieux en ce troisième millénaire, être l'ami des anges

Que le gardien du mal que vous aurez honoré de bien d'étranges façons !

 

 

Crieras-tu aux tristes païens, devenus en nos temps, athées,

Le désespoir de nos faces, que d'autres s'arracheront nos ailes.

Dans la prière, qu'ils ont omise depuis tant d'années, ils s'affaisseront !

Nous serons là pour redorer les frêles incertitudes à qui voudra bien écouter,

Mais, redorer leur dorure ne durera qu'un temps,

Aux âmes fragiles, qui, point ne pensent à nous !

 

peinture Giotto di Bondonne

 

Entendez !

Ce sera chacun pour soi et en ces temps glauques.

Tu béniras ma divinité parce que tu m'es fidèle !

 

Ceux qui auront essayé de déjouer ton destin,

Connaîtront, à me louer, les même turpitudes en leur âme,

et le monde les aimera, ces infâmes, parce qu'ils seront pitoyables ! 

 

Pitié, je leur montrerai sans mesure !

Ils recevront ce qu'ils ont mérité, les douleurs achevées !

 

Là, où tu te seras reconnu enfant du monde, percera un faisceau blanc,

Grand glaive de justice qui protégera ton devenir en ma propre vie terrestre,

Car, qui, des hommes, sait que les anges habitent, invisibles, la terre ?

Tu seras le témoin des souffrances ensevelies

Parce que tu nous auras beaucoup aimés.

Bercé, adoré, je t’accueillerai, poète ! Mon ami !

 

 

Entendez !

 

Là, où tu verras des fleurs, mets-toi à genoux

Et cueille les belles dans ma foi !

Fanées, elles chanteront reconnaissantes !

 

Je t'aimerai sans complaisance,

Car il ne leur appartient pas de pousser, de fleurir joliment,

Pour ensuite se flétrir.

 

 

Entendez !

 

Là, où tu verras un arbre brisé,

Prends la peine de ramasser le bois et empile-le !

Il te chauffera quand l'énergie de l'homme reconnaîtra sa faiblesse.

Mais, il sera trop tard !

Ils auront froid.

Va chercher le bois en forêt !

 

Hâte-toi !

 

J'ai, pour toi, fait des réserves.

La vie réside dans ce que terre germe et croît.

Ce qu'un jour, vous avez maîtrisé,

Vous le perdrez par abus de traîtrise !

 

peinture Louis Janmot

 

Entendez !

Quand les sources s'épuiseront, maltraitées,

Prends le temps de recueillir les rares pluies d'été !

Abreuvées de soleil, elles te donneront vitalité.

Parfumées de ciel, elles apaiseront les douleurs de tes labeurs forcenés.

Ceux qui n'auront pas usé du labeur,

Ne connaîtront ni la soif éteinte, ni les plaies réparées

Quand bien même, ils les auront bues !

 

Entendez !

 

Là, où tu découvriras les océans,

Les hommes te diront de leurs traits ravagés,

Que ce sont leurs larmes qui ont creusé ce tombeau,

Tu n'en croiras rien, ma bien-aimée !

Les hommes n'ont pas créé leur terre !

Nous la leur avons offerte,

Et qu'ont-ils fait de notre présent ?

Un mensonge !

Tu nageras, sans rébellion, entre rochers et lames,

Conscient du danger que j'interposerai !

 

Entends !

 

Quand tu verras la lumière solaire

S'éteindre aux voiles posés par les dieux solitaires,

Des voiles et des averses qui dureront trois jours,

Découvre alors ta nudité, et va libre à toutes les nuitée qui adviendront,

Qui orneront ton front, grande main...

 

Entends !

 

Parfois, sentiras-tu l'impression de mon abandon

Qu'à ta tête lourde, tu croiras entendre le son des angoisses,

Mais point ne te frappera car tu auras su .

 

Entends ! Dis ce que je t'ai dit !

Qu'importe que les rires s'agitent !

Votre civilisation se meurt.

 

Nous l'éteindrons avec fracas,

Car de toutes les civilisations,

La votre fut la plus meurtrière en actes comme en pensées !

 

Va ! Je te protège .

 

Les hommes, déjà, se haïssent ;

Ils en sont contents.

Le feu et l'eau ont éteint vos passés,

La haine consumée fermera vos yeux.

 

Entendez !

 

Et... de mon épée, je fouillerai la terre,

De mes yeux perçants, je vois déjà vos avenirs.

Ne perdez pas de temps !

 

Aimez ! »

 

Extrait de la pièce " Le Génie", écrite en décembre 1984 , paru en 1991 aux éditions Gabriel Lardant à Hauteville Lompnes - Ain- Bugey

 

 

Ècrit en 1983, paru en 1984

 sur l'Adagio du concerto n° 23 de Wolfgang Amadeus Mozart

Fil RSS des articles de ce mot clé