Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

La fleur de l'olivier

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

"Descente de croix" de Rembrandt

 

Je suis allé(e) cueillir la fleur de l’olivier

quand face à l’étoile, elle donna son fruit ;

lorsque la lune, devenue coupe pour le soleil,

accueillit le sacrifice du premier Homme.

 

Nous pouvions voir les graines de l’arbre

devenir fleurs, et d’elles, un doux parfum

exhalait la puissance du mouvement accompli

que les larmes des femmes versées ornaient.

 

Ces pleurs marials que nul ne peut oublier

se répandirent sur la terre à midi, et le jour durant,

s’unissant avec grandeur au sang versé,

et tout fut rayonnant d’Amour en cette union.

 

Là était le divin calice au pied de la croix.

De compassion vécue, nous étions avec et en Lui,

les arbres en fleurs au lointain du lieu chantaient

et croissaient déjà en bouquets ardents.

 

Nous voyions ces bouquets d’aurores

avant que le feu en ses flammes ne nous baigne,

laissant les aubes anciennes sur le chemin.

Le vent était glacial et griffait nos fronts.

 

Les cheveux des Femmes s’ornaient du nimbe.

Fleurs d’amandier, de pêcher, miroitaient l’instant,

et celles de nard pardonnaient aux hommes

l’ ignorance sans conscience de leurs âmes.

 

D’autres portaient de leurs inanimés vœux

des couronnes de paille flétrie les blâmant,

et d’autres encore, des lianes malodorantes

témoignant de leur vile imposture.

 

Un diadème d’étoiles cernait le front de la Mère

que nous pouvions voir sur le front du Fils ;

la terre frémit avec Elle lors de ses sanglots,

accompagnant avec Elle les premiers Frères.

 

La beauté de la clarté prise en la Coupe

côtoyait la laideur en son ombre qui regardait ;

l’impureté des hommes dits d’excellence

fut conservée pour leur futur en leur blasphème.

 

Ce fut l’heure la plus grave, aussi la plus légère,

qu’Humanité connut à cette heure,

dessinant en nous l’ébauche de nos avenirs

en Son chemin épousé qu’alors nous ignorions.

 

"Descente de croix"" de Paolo Véronèse.

 

Dis-moi, pèlerin

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo de Greg Rakozy 

https://unsplash.com/fr/@grakozy

 

Où vas-tu pèlerin,

sans ton bâton et sans écrin,

nu de nature à toi scellée d’ardeur ?

Dans l’abîme, perdu d’heures,

vas-tu vers l’azur qui nous éclaire ?

Dans la lueur, accompagnes-tu les éclairs,

qui, chaque matin, te sont offerts,

toi, accomplissant leur destin.

 

Vois-tu l’éclat de l’obscurité

riche de sa lumière,

lorsque tu t’éveilles en prière,

te baignant de vie constellée

dans l’immensité étoilée

des nuits aimant la clarté ?

 

Prends-tu en ton cœur le baume

des rivières chantant leurs psaumes ?

La beauté des fleurs riant de joie

quand leur foi t’anime et te conçoit ?

Prends-tu de la beauté des cimes

l’élan de l’aigle en ses rimes ?

Et des océans le rythme des vagues

à la lune jouant leurs sonates ?

 

As-tu subi l’audace du soupir

que tu vas tête baissée au nadir

ne voyant plus le but du zénith ?

Que reste-t-il de la marguerite

quand de ton souffle, tu vas

sans fraîcheur, épouser Gaïa ?

 

Dis-moi, pèlerin,

toi, sans sceptre ni écrin,

où vas-tu de ce pas lourd

que je ne te vois pas chaussé d’Amour ?

Toi, agitant l’âme tel on secoue un fanion,

toi, regardant les larmes de l’ânon

ayant porté la Lumière aux Nues d’Apollon,

pour toi, dans la grâce de la guérison.

 

Photo de 

http://Chemin de Jérusalem / Chemin de Jérusalem: Marcher jusqu'à Jérusalem - Pèlerins de Jérusalem - Route de pèlerinage: Espagne

La table dressée et le Roi - Indisponible -

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Quatrième de couverture :

La table dressée est un conte symbolique relevant du merveilleux. Il met en scène la rencontre avec les êtres élémentaires de la nature incitant le personnage principal, le conteur, à chercher la vérité au sein de celle-ci. Il fait connaissance avec les fruits, les arbres, la rivière, les prés, et leurs êtres, pour que s'établisse le lien magnifique qui existe entre eux. Un long ruban vert, symbole du serpent, et l'enclume manipulée par un être maléfique, symbole des ténèbres, agissent pour que le conteur se perde et n'arrive pas à la vérité de sa quête. Cependant, sa pureté et son innocence le préservent et viennent le secourir, l'enseigner, l'élever. Un Roi dresse une table, ressemblant à un autel recouvert de mets, et dit que ces mets lui appartiendront lorsqu'il aura relevé le défi de la lance qui danse dans l'air et se multiplie, qu'il doit saisir pour être un avec le Roi à la table du mariage attendu entre l'être et le monde.

https://www.amazon.fr/dp/B095988HS1

 

La petite fille sombre

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

photos issues du site

https://pixabay.com/fr/photos/cr%C3%A8me-glac%C3%A9e-hiver-gel-hivernal-2435657/

 

Il était une fois…

il était une fois une enfant,

triste comme l’automne finissant,

une petite fille sombre,

affligée comme peut l’être la pénombre

en décembre.

 

Il était une fois…

une petite fille au sang pourpre

que la Toussaint fête de sa foudre

en Lorraine, en novembre,

car de sa douleur sans jamais d’ambre,

ne sait se défendre.

 

Brune et triste et sombre,

le regard qui sombre,

ses draps teintés d’amertume

sous la couverture usée en plumes,

elle était en silence le cri du cœur :

« Non, je ne fais pas exprès ! ma soeur ! »

 

La nuit rendant à la peur l’épine,

épine que la douleur butine,

elle allait la tête baissée, amère,

quand entendant l’offense de la mère :

«  Quelle affreuse, tu es ! »

buvant son lait le matin, dans le bol son nez.

 

Le gel dessinait sur les carreaux

mille fleurs de givre qu’emporte le caveau,

transie dans ce froid redoutable

que chaque enfant craint effroyable,

elle dormait, le lit au centre de la chambrée

sans chaufage, sans cheminée,

cernée de noirs barreaux malheureux

sentant l’air glacial caresser ses cheveux.

 

Alors, elle se recroquevillait sur elle.

Pourquoi descendre, un peu rebelle,

quand la chaleur fœtale protège,

douée même en été de réconfort sans neige ?

Elle, la petite brunette, aux courts cheveux,

que l’alambic appelait, heureux.

"Béatrice ! J'ai si froid, j'ai peur,

la nuit me glace de cauchemars. L'horreur !"

 

Si ma voix d’enfant put lui dire :

« Pourquoi te laisses-tu insulter ?

Cette harpie qui ne voit pas l’amour,

laissant la peau épaisse sur le lait fumant

que le poêle en hiver de joie réanime,

ne peut pas t’injurier, maligne! »

 

J’entends encore les cris de la dame,

le père soumis ne répondant pas à l’infâme,

doux tel un agneau lassé et doux,

parfois haussant le ton en bon époux,

et ma disgrâce dans l’intense misère

était plus belle que celle de cette pauvre hère.

 

Le matin aux journaux livrés

pour quelques sous gagnés,

avant la classe avec ses sœurs,

encaissait son pain mérité de l’absent cœur.

Point de vacances, se lever chaque jour,

pour nul ne saura quoi, sans vrai amour.

 

La petite fille au regard sombre et dur,

baissant souvent la tête car endure,

rendit l’âme, la floraison des vœux passée,

retrouvant l’Amour de son étoile fatiguée

qui l’accueillit, la destinée achevée,

ses draps propres et enfin de soie tissés.

 

 

Gaspard et l'aubépine.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

C’est un bouton d’aubépine,

blanc et délicat, à peine rosé,

flottant sur une tige d’épines

blessant le doigt qui l’a peinée.

 

C’est une fleur d’aubépine

jouant dans l’air du matin

quand le soleil la dessine

parce qu’il s’élève cristallin.

 

La regardant dans son arbre

jouer et batifoler avec le papillon,

elle dit sa joie et bavarde

avec l’abeille et l’oisillon.

 

C’est une aubépine, blanche,

blanche et pure, fluide et fine,

qui se défripe sur sa branche,

quand une fée va sur une capucine.

 

Entend-elle un bruit, une rumeur,

une note, qu’elle lève ses pétales

pour dire aux enfants le bonheur

d’être une fleur de paix mariale.

 

C’est Gaspard qui l’a aimée,

quand au printemps il est venu,

humble et céleste, sage et brimé,

montrer le chemin de l’aubépine élue.

 

Photo personnelle

Fil RSS des articles de ce mot clé