Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Vampirisme - bis -

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tant de gens revendiquent ma poésie, création, vie et temps. 

Qui sont-ils d'orgueil pour ainsi me déshabiller de mon âme et la vampiriser ? Qui sont-ils pour avoir cette volonté d'annihiler mon libre-arbitre en transformant mes textes à leur guise ? 

Faut-il finalement que j'ai plus de talent que je ne le crois pour qu'ils se parent de tous les mérites dans mon art.

Faut-il vraiment que ces personnes soient en manque d'inspiration pour vouloir voler ce qui est le Moi profond !

Non !  Absolument ! Je ne les reconnais pas comme ayant-droit psychologique, ou ayant-droit artistique, ou ayant-droit sur mon âme. Je ne me reconnais pas non plus dans un faire-valoir quelconque

Je leur laisse leurs jugements et verdicts reçus par écrits-mails ou commentaires reçus en abondance ; ils ne m’appartiennent pas.

Que ces personnes écrivent elles-mêmes sans picorer dans les textes d'autres ou travaillent leur art.

Quant à ceux ou celui qui s'essaient  – se sont essayé - à écrire ma biographie, ne m'ayant fréquentée qu'une année ou dix ans, non ! Ils ne savent que si peu de moi ou de mon Esprit.

Dire "Non", c'est ne pas craindre l'autre ; c'est une force intérieure préparant l'avenir.

Je sais dire "Non ! " Je ne crains pas la foudre. 

BLJ

Roses, épines d'or

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Roses, bleues, grenats dorés, solaires, élues,

tendres bourgeons infiniment lents et féconds,

vont dans mon jardin, de ciel grisé, revêtues,

nues dans leurs frêles tenues, depuis des éons.

 

En avril, loge un rêve glorieux dehors,

que notre espérance d’éclore ensoleillée,

dévoile aux roses de jours, nos épines d’or,

qu’ensemble, nous allons avec art vers l’été.

 

Pourpres, orangées, ambrées, attendent les fleurs,

espérant fleurir à foison sur les charmilles,

ornant de leurs fines lianes, la douceur :

murs et écrins, chaumières, nids et haies dociles.

 

Giroflées, opales, rubis, bleu-saphirs-nuits,

secrets d’inexprimables perles de nuances

dansent dans la campagne et ses vertes prairies,

psalmodiant, avec l’oiseau bleu, l’abondance.

 

Le voyons-nous folâtrer avec l’hirondelle,

haut, haut ! dans le firmament lié - Nous inonde -

prenant à peine manifeste de Ses ailes

le fleuron qu’Il veille, tout juste né au monde.

 

Puis, voyons-nous la terre fleurie pour Son Verbe,

Amour immortel de clarté en Ses volutes,

que nous sommes Son cloître, tous Un en Ses lettres,

qu’oiseaux et Sylphes jouent en leurs vols de leur flûte.

 

Toutes photos libres de droits ; site Pixabay

 

" Ce qu'on entend sur la montagne"

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

 "L'homme au casque d'or" Rembrandt (1606-1669)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_tableaux_de_Rembrandt

 

Chaque fois que je lis les poètes au clair de lune,

Je suis une rime lumineuse,

une lumière heureuse

la plume de leur plume.

 

Chaque fois que je suis de Victor Hugo le levain

Du pain sorti du fournil pour les pauvres au matin,

Je suis le feu ruisselant sur l'amour intemporel,

Que leurs nuits blanches à écrit, immortel,

 

Je suis de l'éveil des rivières la peinture Flamande,

Lorsque Rembrandt parle à mon esprit de la lande.

De ses clair-obscurs créateurs de lumière, il me berce.

Et Vermeer cerne d'un trait mon cœur qu'il transperce.

 

Ô ! offrande qu'encore je me demande leur pouvoir, si j'ose !

Toutes ces huiles sur mon front que Rubens dépose,

D'un geste lent, sans hâte, à la vérité de son âme.

Je suis à la peinture Flamande le feu de sa flamme.

 

Rembrandt

 

Je suis de toute éternité les Vierges en bois doré

Qu'à Mechelen, mon père avait adorées,

Quand il me disait que de Malines, la pureté avait jailli,

Et qu'en la beauté incarnée vit vérité annoblie

 

Des voiles roses au parfait rayonnement des formes

Que Thomas More adore, je suis à l'art, la réforme,

Et quand des carillons j'entends le chant des étoiles,

Les Vierges  offrent à l'univers leurs voiles.

 

Chaque fois que je suis à la sculpture l'abolition du temps,

Et à la peinture une myriade de parfumés printemps,

Je suis de l'aigle, le moineau, la liberté et la cage,

Qu'Hugo et Novalis m'ont donné de courage.

 

De l'amertume décadente, je ne suis pas l'offrande.

L'amour reliant tout à cette sagesse grande,

est avenir que peintres n'ont pas encore fait vélin

Car il n'y a d'avenir qu'en la couleur vitrail sur le lin.

 

Si des volées de couleurs, je marie la beauté du vers

Que poèmes réclament, je suis à leurs rimes la belle Anvers,

 la déclamation des empyrées que le feu ravive.

La Norma pleure et Dalila aime Samson, lascive.

 

Si des Pâques,  le feu vivant me dirige vers la Saint Jean,

Prise sous l'aile de mon aimé Bach, je deviens un ciel safran.

et de tous les émois je ne suis qu'une timide pierre,

De l'opale au péridot, j'épouse la transformation de la matière.

 

Ô, célestes voix de « Ce qu'on entend sur la montagne »

Suis-je à vos couleurs goethéenne l'apogée des campagnes

Quand César Franck fait résonner dans l'air les trompettes

Leur art  n'éteint pas ses lumières aux guinguettes.

 

Il ne touche pas à ma liberté et m'épouse de dimanches.

Jamais rien il ne m'impose, me laissant être sa colombe blanche,

Des obscurs desseins du monde, il transforme le venin

Car l'art n'est pas l'Humanité, il en est un chemin.

 

Rembrandt

 

 

C. Franck, Ce qu'on entend sur la montagne (da Hugo)

Le diadème des offrandes

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Ange de Giotto

 

La journée est grande et joie ; une étoile brille.

Dans l'épreuve, anges agenouillent leur bonheur,

Abaissant leurs faces, et leurs yeux s'écarquillent,

Leurs ailes disant l'immense Amour et leur heur.

 

Lorsque les priant, lorsque les aimant joyeux,

Ils reçoivent le diadème des offrandes,

C'est l'infini Être, revenu radieux,

Qui clame l'immense euphorie tisserande.

 

Puisque mon corps et ma pensée aussi s'inclinent,

Pour une âme marquée du doute, embrasant son ciel,

Enfin ! c'est la musique des sphères cristalline,

Jouant son chant pour le don de son miel.

 

Puisque la joie s'éveillera au crépuscule,

Trois anges recueillis, dans leur sublime clarté,

Regardent l'Amour vivre de noble majuscule,

Et la douceur anime ses mains de bonté.

 

A-t-on vu âme, de céleste béatitude,

Revenir au doux bercail qu'azur s'éblouit,

Et l'harmonie joue sur son clavier sa plénitude,

Pendant qu'anges laissent la liberté à la nuit,

 

Pour que le jour éclose enfin sa transcendance,

Sa nulle autre tel le candélabre allumé,

C'est de quiétude que va la flamme qui danse

Sur le piano éclairé des vœux ranimés.

 

de Carl Timoleon von Neff

L'humilité dans l'art

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Jamais ne jalousez un être ayant même art que vous car vous vous privez de plus grande réalisation en fermant la porte de votre propre art en votre travail et votre don. Car en le jalousant, vous élevez votre ennemi.et vous vous rabaissez. Peut-être faut-il qu'il en soit ainsi pour qu'un artiste s'élève, je l'ignore. La souffrance est en tout ; et dans la jalousie, les deux artistes souffrent car ce n'est pas l'amour de l'art qui se révèle mais uniquement l'orgueil de soi.

Il nous faut élever l'autre, cet artiste, quel qu'il soit quand bien même il débuterait en l'art.

L'humilité est la porte du Génie. Il n'y a pas d'autres portes.

BLJ

Fil RSS des articles de ce mot clé