Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

La fleur de l'olivier

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

"Descente de croix" de Rembrandt

 

Je suis allé(e) cueillir la fleur de l’olivier

quand face à l’étoile, elle donna son fruit ;

lorsque la lune, devenue coupe pour le soleil,

accueillit le sacrifice du premier Homme.

 

Nous pouvions voir les graines de l’arbre

devenir fleurs, et d’elles, un doux parfum

exhalait la puissance du mouvement accompli

que les larmes des femmes versées ornaient.

 

Ces pleurs marials que nul ne peut oublier

se répandirent sur la terre à midi, et le jour durant,

s’unissant avec grandeur au sang versé,

et tout fut rayonnant d’Amour en cette union.

 

Là était le divin calice au pied de la croix.

De compassion vécue, nous étions avec et en Lui,

les arbres en fleurs au lointain du lieu chantaient

et croissaient déjà en bouquets ardents.

 

Nous voyions ces bouquets d’aurores

avant que le feu en ses flammes ne nous baigne,

laissant les aubes anciennes sur le chemin.

Le vent était glacial et griffait nos fronts.

 

Les cheveux des Femmes s’ornaient du nimbe.

Fleurs d’amandier, de pêcher, miroitaient l’instant,

et celles de nard pardonnaient aux hommes

l’ ignorance sans conscience de leurs âmes.

 

D’autres portaient de leurs inanimés vœux

des couronnes de paille flétrie les blâmant,

et d’autres encore, des lianes malodorantes

témoignant de leur vile imposture.

 

Un diadème d’étoiles cernait le front de la Mère

que nous pouvions voir sur le front du Fils ;

la terre frémit avec Elle lors de ses sanglots,

accompagnant avec Elle les premiers Frères.

 

La beauté de la clarté prise en la Coupe

côtoyait la laideur en son ombre qui regardait ;

l’impureté des hommes dits d’excellence

fut conservée pour leur futur en leur blasphème.

 

Ce fut l’heure la plus grave, aussi la plus légère,

qu’Humanité connut à cette heure,

dessinant en nous l’ébauche de nos avenirs

en Son chemin épousé qu’alors nous ignorions.

 

"Descente de croix"" de Paolo Véronèse.

 

J'ai allumé...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

J’ai allumé trois bougies pour la misère,

aussi allumées pour la plus belle des fleurs

que la vie féconde, pour elle, en sa chaleur,

aux secrets, en mon cœur, tus, du Mouzon sa rivière.

 

J’ai allumé trois flammes pour l’accompagner,

pour trois jours de retrouvailles avec la Source

qu’elle peut contempler à cette heure douce,

dans l’infini Amour qui la reçoit bien-née.

 

J’ai allumé trois lumières, offert trois clartés,

dans la prière que la foi en l’autre a bercé ;

Deux jours pleins, bientôt trois nuits a prié,

pour les secrets confiés que la mort a libéré.

 

J’ai animé trois belles espérances que le Verbe envole

pour sa vie prochaine que l’Ange façonne déjà de vie,

trois saintes paroles en les divines Hiérarchies,

et elle est là, devant moi, moi l’humble parole.

 

Tableau fait avec mon petit-fils 

 

La petite fille sombre

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

photos issues du site

https://pixabay.com/fr/photos/cr%C3%A8me-glac%C3%A9e-hiver-gel-hivernal-2435657/

 

Il était une fois…

il était une fois une enfant,

triste comme l’automne finissant,

une petite fille sombre,

affligée comme peut l’être la pénombre

en décembre.

 

Il était une fois…

une petite fille au sang pourpre

que la Toussaint fête de sa foudre

en Lorraine, en novembre,

car de sa douleur sans jamais d’ambre,

ne sait se défendre.

 

Brune et triste et sombre,

le regard qui sombre,

ses draps teintés d’amertume

sous la couverture usée en plumes,

elle était en silence le cri du cœur :

« Non, je ne fais pas exprès ! ma soeur ! »

 

La nuit rendant à la peur l’épine,

épine que la douleur butine,

elle allait la tête baissée, amère,

quand entendant l’offense de la mère :

«  Quelle affreuse, tu es ! »

buvant son lait le matin, dans le bol son nez.

 

Le gel dessinait sur les carreaux

mille fleurs de givre qu’emporte le caveau,

transie dans ce froid redoutable

que chaque enfant craint effroyable,

elle dormait, le lit au centre de la chambrée

sans chaufage, sans cheminée,

cernée de noirs barreaux malheureux

sentant l’air glacial caresser ses cheveux.

 

Alors, elle se recroquevillait sur elle.

Pourquoi descendre, un peu rebelle,

quand la chaleur fœtale protège,

douée même en été de réconfort sans neige ?

Elle, la petite brunette, aux courts cheveux,

que l’alambic appelait, heureux.

"Béatrice ! J'ai si froid, j'ai peur,

la nuit me glace de cauchemars. L'horreur !"

 

Si ma voix d’enfant put lui dire :

« Pourquoi te laisses-tu insulter ?

Cette harpie qui ne voit pas l’amour,

laissant la peau épaisse sur le lait fumant

que le poêle en hiver de joie réanime,

ne peut pas t’injurier, maligne! »

 

J’entends encore les cris de la dame,

le père soumis ne répondant pas à l’infâme,

doux tel un agneau lassé et doux,

parfois haussant le ton en bon époux,

et ma disgrâce dans l’intense misère

était plus belle que celle de cette pauvre hère.

 

Le matin aux journaux livrés

pour quelques sous gagnés,

avant la classe avec ses sœurs,

encaissait son pain mérité de l’absent cœur.

Point de vacances, se lever chaque jour,

pour nul ne saura quoi, sans vrai amour.

 

La petite fille au regard sombre et dur,

baissant souvent la tête car endure,

rendit l’âme, la floraison des vœux passée,

retrouvant l’Amour de son étoile fatiguée

qui l’accueillit, la destinée achevée,

ses draps propres et enfin de soie tissés.

 

 

Mon brave !

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Vincenzo Campi, "Les mangeurs de ricotta",  1580

 (Musée des Beaux-Arts Lyon) : https://www.lyon.fr/lieu/musees/musee-des-beaux-arts-de-lyon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincenzo_Campi

 

Homme !

dis-moi ce qu’est ta conscience

dis-moi si tu te voiles d’ignorance,

quand du règne humain, les âmes souffrent,

ou vis-tu du sentiment d’inclémence ?

Si c’est de joie à voir souffrir

ou de l’oubli du souffle à voir mourir ?

Dis-moi, Homme !

 

Mon brave !

Dis-moi si vivre t’est joie

quand un enfant pleure de désarroi ;

dis-moi si dormir t’est paix

quand de jour voir la misère,tu ne sais ?

Dis-moi ta jouissance dans le silence

quand l’adversité a gangrené ton opulence.

Le sais-tu, mon brave ?

 

Belle âme !

Te croyant pure comme le cristal,

et parfait modèle sur ton piédestal,

dis-moi tes heures à aimer le monde

si monde tu as aimé, sans être immonde,

dis-moi ce que sont tes belles heures

si tes heures ont pu être de valeur !

Dis-moi, belle âme !

 

Frère !

Car tu es mon Frère en l’Humanité.

Dis-moi si ta bonté, cœur sur la main, tu as porté,

ou si en lambeaux, elle ne fut qu’une vantardise

brillant dans l’espace des bâtardises !

Dis-moi la beauté de ton courage

quand tes Frères vivent dans l’orage.

Dis-moi, Frère !

 

Hommes !

Me direz-vous avoir agi d’insolence

quand nos semblables crient dans le silence,

ou me direz-vous avoir aimé la muflerie

quand votre pitié déserte pour quelques beuveries ?

Pensez-vous que je vous aurais un peu remués ?

Que non ! que diable ! Générosité est trépassée.

Dites-moi, Hommes !

 

Brave !

Tu dis ne plus croire en Dieu ni en ses Anges

mais tu crois au diable et en parle avec louange,

sur toutes les lèvres, en moult sphères, et en foulées,

le portant avec aplomb dans ta cécité,

si fier de croire en quelque chose, toi demi-dieu !

Dis-moi ! quand vas-tu ouvrir tes yeux ?

Dis-moi, mon brave !

 

 

Lubin Jules Marie Désiré (1854-1929)    "La Misère en route"

https://webmuseo.com/ws/musee-pithiviers/app/collection/record/165 :  Musée de Pithiviers - Loiret -

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sir%C3%A9_Lubin

 

A toutes nos chères têtes pensantes à la tête des Etats vivant dans l'opulence et à tous ceux se goinfrant sur le ventre des misères, sur le dos des mensonges, avec en bandoulière et pour drapeau l'absence de honte quand bien même vous ne seriez pas des élites, même appartenant au peuple des cécités acquises .

 

Relation enfants-parents, relation enfants-monde.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau acrylique " Le Seuil " Béatrice Lukomski-Joly

Souvent, lorsque les enfants sont devenus adultes et grandissent en âge et septaines, nous les entendons dire que nous avons changés alors que nos réactions, pensées et actions sont les mêmes et notre enseignement inchangé. C'est "une heure" difficile.

Ils ignorent que ce n'est pas nous qui avons radicalement changés, mais eux avec la descente de leur Moi ( Je ) à leurs 21 ans et l'émergence des âmes d'entendement, de sentiment, de conscience, et le développement des douze sens qu'ils recommencent à travailler pendant que nous avons continué à les élaborer dans notre vie intérieure avec l'Anthroposophie (ou non, pour ceux qui n'y ont pas eu accès ).

Si nous changeons et c'est heureux que ce processus se fasse pourvu qu'il reste dans la belle ligne de cœur avec l'Amour inchangé en Soi, la conscience des enfants dans la descente de leur propre JE est absente en ce sens.
J'ai souvent constaté cela et nous pouvons tous le constater.

Nous les voyons alors s'éloigner forts de et avec leur JE propre, composé de la somme de toutes leurs vies antérieures. Nous ne pouvons qu'accepter nous souvenant alors de notre propre évolution à la descente de notre Moi.

Nous acceptons cette nouvelle liberté car la conscience nous a fécondés quand bien même elle meurtrit dans un rapport nouveau à soi et au monde qui n'est pas de notre fait. Nous devenons le miroir de leur JE individuel qui n'est pas le nôtre.

Soi n'est pas  le Soi de l'autre à cette heure du Monde. Seul l'Amour sait voir le Soi de l'autre sans qu'il ne soit une illusion de soi dans nos miroirs.

BLJ.

Peinture Waldorf. Auteur inconnu de moi. 

Fil RSS des articles de ce mot clé