Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Dis-moi, pèlerin

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo de Greg Rakozy 

https://unsplash.com/fr/@grakozy

 

Où vas-tu pèlerin,

sans ton bâton et sans écrin,

nu de nature à toi scellée d’ardeur ?

Dans l’abîme, perdu d’heures,

vas-tu vers l’azur qui nous éclaire ?

Dans la lueur, accompagnes-tu les éclairs,

qui, chaque matin, te sont offerts,

toi, accomplissant leur destin.

 

Vois-tu l’éclat de l’obscurité

riche de sa lumière,

lorsque tu t’éveilles en prière,

te baignant de vie constellée

dans l’immensité étoilée

des nuits aimant la clarté ?

 

Prends-tu en ton cœur le baume

des rivières chantant leurs psaumes ?

La beauté des fleurs riant de joie

quand leur foi t’anime et te conçoit ?

Prends-tu de la beauté des cimes

l’élan de l’aigle en ses rimes ?

Et des océans le rythme des vagues

à la lune jouant leurs sonates ?

 

As-tu subi l’audace du soupir

que tu vas tête baissée au nadir

ne voyant plus le but du zénith ?

Que reste-t-il de la marguerite

quand de ton souffle, tu vas

sans fraîcheur, épouser Gaïa ?

 

Dis-moi, pèlerin,

toi, sans sceptre ni écrin,

où vas-tu de ce pas lourd

que je ne te vois pas chaussé d’Amour ?

Toi, agitant l’âme tel on secoue un fanion,

toi, regardant les larmes de l’ânon

ayant porté la Lumière aux Nues d’Apollon,

pour toi, dans la grâce de la guérison.

 

Photo de 

http://Chemin de Jérusalem / Chemin de Jérusalem: Marcher jusqu'à Jérusalem - Pèlerins de Jérusalem - Route de pèlerinage: Espagne

Il peut y avoir...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo du site pixabay ; libre de droits 

https://pixabay.com/en/tree-nature-sunset-landscape-grass-3236810/

 

Il peut y avoir des nuages dehors,

En moi, vit la lumière ;

Il peut y avoir de la pluie dehors,

En moi, luit la lumière.

 

Il peut neiger d'un ciel naufrage,

En moi, la chaleur règne ;

Il peut trembler dehors, d'un orage,

En moi, paix a son règne.

 

Il peut y avoir dehors pierre qui roule,

En moi, c'est terre fertile ;

Il peut y avoir un arbre blessé sous la houle,

En moi, c'est feuilles indélébiles.

 

Il peut tonner jusqu'au matin, demain,

En moi, c'est le calme volubile* ;

Il peut paraître un éclair sur le chemin,

En moi, c'est un trait immobile.

 

Il peut y avoir un loup hurlant dehors,

C'est toujours étonnée que je suis ;

Il peut y avoir une fleur fanée, dehors,

En moi, la rose vit et fleurit.

 

Vous pouvez me soustraire à la vie,

La vie m'élève, la joie revient.

Vous pouvez médire, une lèvre vide,

Le Verbe me rétablit ; peine va et vient.

 

Il peut y avoir des larmes dedans moi,

C'est l'Amour souffrant vos oublis ;

Il peut y avoir des tristesses en moi,

C'est l'Amour priant vos âmes affaiblies.

 

Vous pouvez cueillir un épi de blé,

C'est une rose dorée que vous m'offrez ;

Vous pouvez m'offrir un baiser,

Seul moi sais si vous me trahissez.

 

Sans doute, m'avez-vous pensée étrange,

Souvent ! trop souvent !

Parfois, m'avez-vous dite bel ange,

Rarement ! pourtant émouvant !

 

Il peut pleuvoir, neiger, tonner, trembler,

En moi, l'Ange me relève toujours ;

Je peux entendre crier, hurler, blâmer,

En moi, le Verbe réchauffe l'Amour.

 

*Volubile : entendre ici le sens dans la définition du mot : "qui s'enroule telle une liane grandissant sur un arbre, telle une volonté fixe, telle une tige s'accrochant de ses noeuds forts à son arbre de la terre en ses racines, vers la cime épousant la face du ciel."

 

Tableau d'Andrey Alekseyevich Shishkin peintre Russe

peintre contemporain né en 1960

 

 

 

Le fardeau mystérieux

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Illustration Waldorf

 

Debout sur le chemin qui ne s'achève pas,

Affligée, le dos abandonné au mur de pierres,

Je Te vois venir, le dos chargé du grabat,

Le front en sueur, Tes prunelles de lumières.

 

Et Tu m'as murmuré « Rendez-vous pour bientôt !

Prends Mon supplice entre tes graciles épaules ;

Charge le fardeau mystérieux sur ton dos,

Qu'avec toi, Je partage la lignée de Paul. »

 

Que Ta caresse m'est prodigue par Tes yeux,

Lorsque je T'incarne en ma peine pour aimer ;

Et les hommes rassasiés accueillent le feu

Brûlant en leur âme pourpre, sous les mûriers.

 

Front limpide, souffrances d'écume et de sang,

Pensée éclatante, amour pur magnifié,

Tu me dis de venir ; j'arrive du Levant,

Et l'éclat ruisselle de l'esprit tourmenté.

 

Le soleil brille au-dessus, et sous les nuages,

Je suis là avec Toi, là en Toi, Toi en moi,

Moi qui suis Esprit, Toi qui habites les mages,

Et nos fronts révèlent la lumière à Tes clairs bois.

 

https://stock.adobe.com/fr/?gclid=Cj0KCQjw4omaBhDqARIsADXULuW3TSceHbHSSovPUSr62IGH1IDDjS2doRHvpQr-UwLUkoTCqqmgSWAaAmq3EALw_wcB&ef_id=Cj0KCQjw4omaBhDqARIsADXULuW3TSceHbHSSovPUSr62IGH1IDDjS2doRHvpQr-UwLUkoTCqqmgSWAaAmq3EALw_wcB:G:s&s_kwcid=AL!3085!3!610521364754!e!!g!!adobe%20stock!328222806!140326657913&as_channel=sem&as_campclass=brand&as_campaign=FR|CPRO|Stock|PURCH|AS_Brand_Exact|GG||&as_source=google&mv=search&as_camptype=acquisition&sdid=WKRCJHQL&as_audience=core

L'homme altruiste

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

tableau "Le Voyageur contemplant une mer de nuages" 

(Der Wanderer über dem Nebelmeer)

de Caspar David Friedrich

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C5%93uvres_de_Caspar_David_Friedrich

 

J'ai vu un homme, beau, altruiste et gracieux,
Venu une nuit enneigée de printemps capricieux.
Quand des montagnes et du silence, il naquit royal,
Une nuit revêtue d'une pèlerine tissée d'étoiles.


Il ne dit mot, acceptant le silence du jour diluvien,
Sa pensée confortant le bruit inaudible qui advient.

Il était de ces âmes profondes, nues et vraies
Qui, aux affres des temps dirigés, souriait,
Aimait, ratissant l'amour pour une seule fleur.

L'esprit grave, telle une destinée lourde d'heures,
Se discernant à la forme des mains vieilles d'âges,
Et encore à l'austérité dense de son visage,
Je le vis arriver comme un léger papillon dans l'air,
Paisiblement né de sa chrysalide nourricière.


Le rictus tranquille, la lèvre muette, le front haut,
La pensée sereine et riche de vies que veut l'En-Haut,
Que mémoires subissent, la volonté assidue,
Il mesurait la vie comme on gravit une falaise ardue.

 

Il neigeait. Il ventait.
La nuit dormait.
Le silence se reposait,
Et sa vie frémissait.

 

Il ouvrit ses mains comme enviant les aumônes
Que seul l'amour offre au soleil et son trône,
Que seule la vie déploie à la hauteur de l'amour,
Que seul l'esprit réclame, armé devant les vautours,

Portant un rayon vaste de lumière gravé au cœur,
Des joies et des tristesses qu'l il sait par cœur.

 

Comment arriva-t-il à la croisée de mon chemin,
Griffant la route d'épines d'un beau rouge carmin,
Montrant une rose vermeille, toute de parfum,
Qu'à deux, nous devions répandre de thym ?


Encore j'ignore ces rives qui me l'ont consacré,
Ce bel homme avec l'éclat d'embellies et de puretés
Qui choisit la pauvreté, l'indigence et l'exigence
Tout en concédant large, le cœur des innocences.

Il posa sa main sur mes lèvres crevassées,
Invitant au silence pour tous actes terrassés.
Puis il griffa la terre d'une croix d'un doigt,
Disant : point, nous ne voyons l'épine au bois,
Nous devons guérir nos plaies d'amour et de joie,
Si tu me veux pour toute voie, soyons de même loi.

 

Le jour se levait,
La nuit s'achevait,
Le murmure se reposait,
Et sa vie aimait.

 

Il est venu le bel homme que l'on dit être le fils,
Celui que l'on nomme victoire parce qu'il fut sacrifice,
Qui, tant, a pleuré sa destinée d'amères ombres,
M'offrant tout le toit des supplices défunts sombres !


La rose a fleuri, a ourlé ses pétales de parfum
Que le thym a sauvé des pucerons au matin.
Il a posé sa pèlerine de chanvre sur mes épaules blêmes
Créant du silence, le chant des oiseaux que ciel aime.

 

Quand sauge éclaire

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Sauge blanche

 

J’ai purifié ma demeure

d’un brin de sauge blanche,

d’un bois de cade qu’aime l’heure,

quand dehors fleuries sont les branches.

 

La brume a envolé leur parfum,

dehors, dedans, en mon foyer,

et chantent les sages défunts

quand de la fumée, tout fut purifié.

 

Agenouillé, l’esprit léger,

j’ai psalmodié versets et arias

pour tant de beauté et de majesté,

quand la foi aime son verbe en son alléluia.

 

La sauge évanouie, le cade consumé,

a brûlé le Bois Sacré de l’Est à l’Est,

toutes ouvertures entrebâillées,

pour qu’ici respirent toutes âmes célestes.

 

La demeure en ses corps transparents

flottait dans l’air de la rose

et la sauge opaline a partagé le vent

après que fut la vie éclose.

 

Le bois de Palo Santo

https://liliinwonderland.fr/purifier-maison-avec-palo-santo-sauge/#:~:text=Le%20bois%20de%20Palo%20Santo,-Le%20bois%20de&text=Il%20a%20de%20multiples%20bienfaits,les%20bijoux%20en%20pierres%20naturelles.

 

Wagner: Parsifal / Act 3 - "Mittag. Die Stund' ist da" - Verwandlungsmusik (Gurnemanz)

Metropolitan Opera Orchestra

Fil RSS des articles de ce mot clé