Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Le verger

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo personnelle : tulipe " bec de perroquet " de mon jardin

 

Je voudrais voir des étoiles dans le silence

Et le soleil rayonner quand la nuit s'allume.

Je voudrais voir la vie s'éclairer d'espérance,

La parole forger sa pensée sur l'enclume.

 

Je voudrais ne plus jamais ouïr le mensonge

Ni voir la trahison d'amis quand vient le jour.

Ne voudrais-je plus percevoir leur triste songe

Que j'entends encore le lourd vol des vautours.

 

Ai-je tremblé, coiffée de nuit, dans mon verger

Quand je vis ombre m'effleurer sous le pommier

Qu'encore je tressaille de tant d'âpreté

Du serpent rampant dans l'herbe des forts noyers.

 

Si j'ai rêvé voir l'étoile luire d'amour

Dans les regards de mille, sans que la laideur

N'entache les pupilles de cent sans amour,

J'ai vécu, triste, la calomnie des menteurs.

 

Puis, Lui est venu dans mon beau jardin

Cueillir le fruit de ma douleur sur le pommier,

Et du fruit, a pris ma plaie d'un vœu anodin,

Et la donna aux vermisseaux et aux ramiers.

 

À jamais jetée dans le val avec l'ivraie,

Du val fleurit l'olivier que la palombe aime

Pour que jamais loup ne vole ma cerisaie

Dans la hauteur du figuier qui, d'espoir, me sème.

 

Puis, Lui a nimbé mon cœur de ses bras,

Forgeant l'écu contre la mort de poésie

Pour que le cygne vole dans mon ciel bas,

Relevant de Son feu la lettre épanouie.

 

J'ai alors vu des étoiles luire en vos yeux,

Dans vos silences, nos bras étreints, nos beaux songes,

Et le soleil rayonner dans le vent des dieux,

Son serment forgeant ma paix depuis ces mensonges.

 

Coiffée de nuit dans mon verger, si près de moi,

Dans l'abondance de l'Amour, clef de nos voûtes,

Il montre du doigt les cents perdus sous son toit

Et m'auréole encor'de temps pour mon doute.

 

 

Piano Concerto nr. 1 - Sofia Vasheruk (piano

Un souffle

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

de Ladislav Záborský peintre Slovaque

https://en.wikipedia.org/wiki/Ladislav_Z%C3%A1borsk%C3%BD

https://www.artforchristian.com/en/

 

Sur le chemin rougeoyant, j’ai marché un matin.

Les veillées étaient feutrées comme la mort.

Elle, pleurant en son voile, embaumait le chemin,

Le jour était prudent tel un enfant qui dort.

 

Il était là, encore suspendu aux bois d’olivier.

Nous entendions le sol gémir du calvaire.

Chaque pas résonnait d’un écho sur le gravier.

Nous marchions, les yeux baignés d’hiver.

 

Le froid ternissait nos joues embrumées.

Jour et nuit, lune et soleil, se confondaient.

Nous allions en ce drame de chagrin, troublés.

La nuit était lente et nos cœurs tremblaient.

 

Il semblait que le temps avait cessé de vivre.

L’éclipse terrible l’avait oint et nous pleurions.

La solitude avait volé nos âmes ivres.

D’effroi, nous étions figés. Nous gémissions.

 

Les onze se cachaient, espérant le Cygne.

Ils attendaient l’aube comme on attend le pain.

Un souffle dehors, et tout sursautait dans la vigne.

Les pierres, les blés, les oiseaux, tissaient le lin.

 

Il est venu, ajouré d'épines, le sourire aimant.

Le cœur joyeux, Il nous montrait ses plaies.

Recueillis, étions-nous en Son Temple, Son levant.

La vie bruissait. Nous renaissions. Il nous louait.

 

Ces jours, ces nuits, Ses rayons, nous ont clarifiés.

De ses mains élevées, Il nous a béni de Sa terre.

Le vent s’est tu. Le soleil dans la vie s’est élevé.

Nous étions là, avec Lui, nous en Lui, Lui en nous.

 

de Liane Collot dHerbois 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liane_Collot_d%27Herbois

Le coeur rayonnant.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau d'Arild ROSENKRANTZ  http://www.arildrosenkrantz.dk/uk/bio.html

http://www.arildrosenkrantz.dk/uk/galleri.html  et http://www.artnet.com/artists/arild-rosenkrantz/

 

Le bonheur est pareil à un oiseau bleuté,

Venant sans bruit s'allonger dans l'herbe azuré,

Quand l'amour achève les heures hâlées d'ombre

Pour rayonner de mille éclats en nombre.

 

Quand il vient, le soleil et son chevalier pour ami,

Il prend pour armure la brillance du sourire

Que larmes s'effacent à sa joie de le voir.

Enfin ! le karma dit son dernier mot aux soirs.

 

Quand l'Amour ne cesse jamais de se dire,

Et que la foi, dans Ses mains tendues vers le pire,

Élève Sa croix, pour la rémission des fautes,

C'est l'abondance de la lampe nous faisant hôtes.

 

Les destinées prises sur les épaules s'esquivent,

Pour un au-revoir racontant son œuvre vive.

Et joie éclaire le fruit des vies polies par l'aether,

Que son épée a forgé de mesures florifères.

 

S'il faut maintenant partir, le cœur rayonnant,

C'est de regards riches de sourires aimant,

Que la vie prend dans son aiguière rosée,

Pour sa corbeille d'or embellie par la rosée.

 

Une hirondelle vole, le cygne blanchit sa plume,

Et disent au temps les secondes longues des brumes,

Que l'homme du pont brisé n'a pas terni, hier,

Quand bien même il était ennemi du lierre.

 

Sur les marches de pierre que le temps juge,

Si les anges entendent ses rires dans mon refuge,

C'est de sentence divine qu'advient la douleur

Quand de haine, il balafre la vérité pour son heure.

 

C'est l'oiseau bleu, ornant nos yeux de saphirs,

Qui chante le bonheur dans son bec porphyre,

Pour que, sur le pont des hommes d'ombre,

Plus jamais regards ne se plissent sombres.

 

L'Amour prend en Son cœur l'épée d'or brillant,

Dit aux pleurs de partir, pour Son joyau festoyant

Quand destinées se tournent vers Sa grandeur.

Pour un enfant ailé de blanc, acclamant Sa splendeur.

 

 

LA GLOIRE DU CYGNE

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau "le cygne" de Berthe Morisot

https://fr.wikipedia.org/wiki/Berthe_Morisot

http://dimitrisalon.blogspot.com/2010/11/peintre-berthe-morisot.html

 

 

C'est dans le plein midi, quand soleil est au zénith

Que le cygne a prosterné le cou, rendant l'esprit à la terre.

De la foule des oiseaux volant dans l'azur ombrée d'éclipse,

Je l'ai vu dans la lumière des horizons sans limites.

 

Oh ! que vous dirais-je de son large plumage royal

Quand le sang de ses pieds a étanché le sol austère

Et encore dire des rivières qui se sont abreuvées du nectar marial

L'élan des oiseaux ayant vu de la blessure le geste prénuptial ?

 

Là, dans le demi-jour que terre a dessiné, hospitalière,

Il a pleuré d'un sacrifice ultime réalisé dans la mort.

Le peuple des oiseaux a accueilli son visage de lumière.

Je le revois, dans son manteau rouge, l'esprit en prière.

 

Puis, le soleil s'est éclairci, rendant à son dévouement

Tout le firmament à la voûte étoilée que l'esprit adore.

Le vent s'est tu dans le silence que le vent aime de l'an.

La rose s'est inclinée face au sacrifice du lys au printemps.

 

Puis... puis...

 

La musique des sphères a joué d'un luth de palissandre

La symphonie des oiseaux qui l'aiment, éblouissant.

Le soleil a appelé à aimer la nature et les graines de coriandre.

La nature a loué le chant du cygne que le chant aime répandre.

 

J'ai vu tant d'oiseaux s'élever le jour ; et aux nuits éclatantes

J'ai vu sa parure guérir au soleil pour l'adorer rayonnant,

Chaque jour, saisir ses mains aux arcanes florissantes.

Je l'ai vu s'élever si haut de grâce aux grâces éclatantes.

 

Oh ! bel oiseau au vol déployé des dimanches levés,

A-t-il levé son amour aux amours terrestres qu'il regarde,

Que voyant enfin son essor dans la liberté donnée,

J'ai dit au cygne ma flamme et ma grande fidélité.

 

Le ciel s'illuminait plus puissamment qu'un embrasement,

Plus fort qu'un psaume que les rituels empruntent à Sarde.

Levé dans l'éther, les ailes fleuries de blancheur au firmament,

Il aimait sans mesure l'homme qui l'a blessé dans le vent.

 

J'ai vu mon beau cygne se relever à chaque pas tombé.

Je l'ai vu saisir mes mains tendues sur son chemin,

Telle ma fleur céleste qui essuie la rosée perlée

Jusqu'à me prendre sur son cœur renouvelé.

 

Je ne peux plus adorer autre oiseau, mon cygne revenu de la mort.

Dans son corps de lumière, je suis sa plume qui l'aime, humain.

Il m'a dit que tous les hommes sont frères depuis la nuit du septuor

Et que seule l'ombre abîme ces cygneaux titubants aux pas du condor.


Puis, Puis !

 

Dessin Jacques Lévy

 

J'ai vu le vent et les fleurs relever leurs visages repentant

Les pierres créer des montagnes, les forêts ourler des chemins,

Les eaux marteler les cailloux après l'orage pénitent.

Le sang des blessures avait parfum de rose vibrant.

 

J'ai pris mon encensoir et ai, à ses ailes étendues, pris

Le plus fort des parfums, le nard, pour célébrer le carmin

Que sa tombe a oint dans le rayonnement de l'aube accomplie.

Mon cygne vole si haut qu'il est devenu la flamme de l'esprit.

 

Dessin de Jacques Lévy
 

Le dôme et le flambeau

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Je suis Rose, simplement une rose,

Rose parmi huit, parmi treize, une rose,

l’unique qui n’est pas nombre,

l’invisible, la rose d’or sublime.

 

Coiffée du dôme de la Jérusalem,

ma si céleste, mon chemin,

mon unique voie, ma seule Cité !

je le porte. Casque et épée.

 

Je suis croix, pélican et cygne,

avec Michaël au ciel, je me signe ;

partageant du destin la lumière

et de l’aurore, la Vérité et Sa vie.

 

Défunte est Mars en décembre,

quand du soleil et de la lune

la brume a regardé la clarté ;

avec Christ, j’ai enfanté Mercure.

 

 

Avec Amour, sanglots et pureté,

Kaspar entre ciel et terre, je suis,

portant le flambeau avec Christian

quand l’ombre sévit dans l’abîme.

 

Détail du tableau de Rembrandt  "L'Homme au casque"

Fil RSS des articles de ce mot clé