Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Une destinée est un temple

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Lorsqu'un homme (inconnu ou Guide ou Initié ) tait son identité et ne fait que laisser des suggestions sans rien confirmer ni infirmer, qu'allez-vous chercher qui il est, qui il fut ? Si il n'a pas voulu le dire, la raison en est que cela en aurait profané son être car au lieu de regarder ce qu'il fait, ce sont ses vies passées qui seraient scrutées, et un homme d'aujourd'hui n'est pas ni plus celui d'hier. Cela n'a aucune importance sauf si il le confirme lui-même pour que nul doute ne s'infiltre. S'il a voulu le silence, nous devons le respecter. Mais nous voyons à la place un acharnement à vouloir savoir sans respecter la volonté d'un tel homme qui est le seul, spirituellement, à pouvoir nous autoriser à chercher dans ses vies passées.

Exemple : pourquoi chercher physiquement en ses vies C.R.C puisque lui-même fait tout pour que nous ignorions où il est, vit, décide ? Quelles traces suivez-vous ? Là tous les cent ans, ici bas et ici haut simultanément, le seul don réel d'ubiquité de l'homme esprit incarné... 

C'est extraordinaire de chercher à  savoir qui fut qui ou quoi sans avoir trouvé ce que le chercheur lui-même est et fut dans ses vies antérieures. Un peu d'humilité serait convenable. Non ? 

N'est-ce pas là du voyeurisme plutôt qu'un réel acte de connaissance ? Un outrage à l'Entité ?

Si rien ne nous est donné, alors passons avec humilité.

A défaut, nous introduirions dans le monde spirituel des mensonges sur lesquels  le sens du commun tombera et prendra pour acquis, validant ainsi une erreur que beaucoup prendront pour vraie.  Le devoir de Connaissance a ses limites que la raison et la sagesse connaissent dans la décence et l'humilite, la morale et sa soeur l'Amour. 

Une destinée est un temple que nous n'avons pas le droit de profaner par la curiosité ou le seul désir de savoir. Le faire est une atteinte à sa liberté, à son libre-arbitre.

Nous devons  absolument ne pas subir la tentation de vouloir fouiller en une vie qui ne nous appartient pas.

J'ai entendu tant d'aberrations sur des  vies et des noms supposés, validés, au point que plus rien ne peut les défaire :

1/ " Il ne l'a pas dit mais nous savons." Ah ! Il ne leur a pas dit mais ils savent ! Oh ! cher Ahri ..  Quelle perfidie ! 

2/ " Tu n'aurais pas été, par hasard (! ) untel ?" et à l'autre, heureux d'entendre de tels propos, de valider ce qui n'a pas été vérifié. L'autre a seulement vu un crâne rasé qui lui a fait penser que l'autre a forcément été untel. Vives les crânes rasés ! C'est juste M. Orgueil qui a fonctionné  à merveille. Luci et Ahri d'un commun accord. 

3/ " Mais pourquoi ne pas le dire si tu le sais ? Se taire est un manquement à la vie de l'esprit ! " Lucifer vs Ahri à l'oeuvre ! le beau combat !

Stupéfiant d'irréalisme. Un sentiment de vérité n'est pas de la clairvoyance. Coucou Luci ! Encore Toi ! 

Apprenons d'abord à nous connaître ! Et, je jure que c'est un acte très diificile. 

BLJ

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Antonio_del_Pollaiolo_-_Ercole_e_l%27Idra_e_Ercole_e_Anteo_-_Google_Art_Project.jpg?uselang=fr

 

Les larmes des fleurs

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

de https://www.infoclimat.fr/photolive-photos-meteo-133489-fleur-qui-pleure.html

 

Brûler, consumée de compassion pour la terre

la vivre ; être elle en tout ; avec elle, je pleure.

Sentir le parfum de sa peau garnie de fleurs

et soupirer avec ses pétales encore verts.

 

Rougir de honte face à la malveillance,

vivre en soi le lourd chagrin des arbres

voyant arriver le tranchant aiguisé du sabre

et leur murmurer ma bienveillance.

 

Avoir si mal à l’âme pour le désordre

qu’hommes engrangent avec délice,

clamant leur vœu de guerre, complices

des armes lourdes qui crient leurs ordres.

 

Vivre fortement l’intériorité du monde

qui espère la liberté fécondée d’amour

que chacun plaide sans trouver son contour

et des combats préfère l’immonde.

 

Sangloter sur les peuples, tous confondus,

avides d’audace et de puissance

qu’aucun ne répand sa graine d’enfance,

oubliée parmi l’ivraie entre les individus.

 

Ressentir les larmes des fleurs à peine nées

ne voyant pas de gens réjouis par leurs couleurs,

ni de sentiments fleuris avec elles d’heures

qu’elles prennent pour se voir profanées.

 

Aller avec la terre et le monde, l’âme contrite,

parce que la cécité et la surdité sont légions,

et supplier tous les libres-arbitres inféconds

de s’éveiller avant que ne pleuvent les météorites.

 

dans http://ayala.centerblog.net/8.html

Le Temps

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Si vous avez croisé le présent, comprenez que vous vous trompez, car le présent n'est rien qu'un pas venu de l'avenir fait au moment que nous croyons être présent et qui ne dure qu'un  millième de seconde pour ensuite se figer dans le passé.

Tout est avenir.

Le présent est  l'outil temporel du passé venu du futur dans la mesure où sa durée  n'existe pas. Il est l'éphémère comme l'est le papillon portant ce nom.

Verriez-vous des Initiés et des clairvoyants  prédisant le futur et le futur lointain de l'Humanité s'il était présent et passé. Non ! Il n'est donc bien qu'un plan fini, une volonté écrite, venant à soi. Il est en conséquence  la preuve que  Dieu créateur et le Logos ont pensé le Monde et  existent.

Exemple infime de beaucoup de quotidiens individuels : iriez-vous voir un voyant ( non un clairvoyant ) ou un médium, si vous étiez convaincus que l'avenir n'écrit pas votre présent ? Non !

C'est, alors, la certitude que vous portez en vous la conscience sourde de l'avenir venant  à vous.

Alors, qu'est donc le passé. Il est simplement ce que nous avons écrit de l'avenir dans la réalisation de nos libertés individuelles. C'est la liberté individuelle qui a offert l'écriture au passé de l'homme ayant acté son avenir. 

Magnifique ! Non ?

C'est la raison pour laquelle la réincarnation est donnée aux hommes pour que l'avenir les sculpte jusqu'à la réalisation du plan achevé des dieux pour chacun de nous et l'Humanité.

La conscience est  davantage qu'une étincelle, elle est flambeau sur le chemin de la lumière et de la vie. Bénissons l'avenir qui est la seule porte de conscience.

Je vous souhaite, jours et nuits...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Toutes illustrations de David Newbatt

https://davidnewbatt.com/2020/12/13/the-archangels/

 

Je vous souhaite jours et nuits

le ruissellement de l’Amour du Monde

en vos âmes nées du Logos au Minuit des Mondes,

sacrifice de la Liberté en Sa cérémonie.

 

Je vous souhaite jours et nuits

la beauté de l’Univers en vos cœurs éclairés

en la fin des Ténèbres par la Lumière supportées.

Jours et nuit, je vous souhaite l’harmonie.

 

Je vous souhaite jours et nuits

la rémission des fautes que la première nuit

sur Elle emporte de joie dans l’infini ;

uniquement cette première nuit.

 

 

Je vous souhaite jours et nuits

la grâce des Anges nous regardant en ce matin,

des Archanges, des Séraphins, des Chérubins,

et de toutes divines hiérarchies.

 

Je vous souhaite jours et nuits

la naissance en nos esprits de Leurs prières,

agenouillés devant Père et Fils solaires,

couronnant nos chevelures d’or de leur appui.

 

Je vous souhaite jours et nuits

la pitié, la compassion, la joie et l’Amour,

sur tous les hommes depuis le premier jour,

nés du Verbe, qu’ils soient ténèbres ou lumière.

 

Car c’est du jour, car c’est de la nuit,

que sont nés les hommes-liberté, leurs roses joyeuses,

en Leur volonté sublime et mystérieuse

remise entre nos frêles mains fleuries.

 

La Demeure

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

En mon Oint j’habite et demeure ;

j’y ai établi ma maison depuis Gethsémani ;

depuis Golgotha, je suis avec Lui en chemin,

au pied de Sa croix saisie par tant d’Amour.

 

Dans la joie d’être avec lui, Le suivre,

je souffre avec et pour Lui, re-née pour l’éternité,

bienheureuse dans Son Calvaire qui me plie,

et fais de mes jours Son sentier.

 

Avec sa Mère, notre Mère,

je fais logis et m’abreuve de ses pleurs,

quand Elle sourit, quand Elle me bénit,

éclairant de Sa lumière la vie en l’Offrande.

 

Doux berceau que sont Ses mains tenant le glaive

quand Il le montre au Monde sur mon front,

quand mes yeux s’attristent des impiétés

qu’Il regarde d’Amour nourri.

 

Prions, bénissons, aimons, jour et nuit,

l’Oint venu éclairer de tant de grâces

la prospérité de la foi en Lui déposée

transformant les ténèbres en Sa Lumière.

 

En Lui, je suis Son Nom devenu,

par la joie de Sa Vue, toute chaleur,

toute clarté, chemin unique dans le labeur

que Connaissance en Sa lampe flamboie.

 

Le Christ dans la gloire, artiste Kharlamov Peinture du plafond de la cathédrale de la résurrection du Christ à St Petersburg La Russie, St Petersburg 28 juillet 2016

Fil RSS des articles de ce mot clé