Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

La fleur de l'olivier

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

"Descente de croix" de Rembrandt

 

Je suis allé(e) cueillir la fleur de l’olivier

quand face à l’étoile, elle donna son fruit ;

lorsque la lune, devenue coupe pour le soleil,

accueillit le sacrifice du premier Homme.

 

Nous pouvions voir les graines de l’arbre

devenir fleurs, et d’elles, un doux parfum

exhalait la puissance du mouvement accompli

que les larmes des femmes versées ornaient.

 

Ces pleurs marials que nul ne peut oublier

se répandirent sur la terre à midi, et le jour durant,

s’unissant avec grandeur au sang versé,

et tout fut rayonnant d’Amour en cette union.

 

Là était le divin calice au pied de la croix.

De compassion vécue, nous étions avec et en Lui,

les arbres en fleurs au lointain du lieu chantaient

et croissaient déjà en bouquets ardents.

 

Nous voyions ces bouquets d’aurores

avant que le feu en ses flammes ne nous baigne,

laissant les aubes anciennes sur le chemin.

Le vent était glacial et griffait nos fronts.

 

Les cheveux des Femmes s’ornaient du nimbe.

Fleurs d’amandier, de pêcher, miroitaient l’instant,

et celles de nard pardonnaient aux hommes

l’ ignorance sans conscience de leurs âmes.

 

D’autres portaient de leurs inanimés vœux

des couronnes de paille flétrie les blâmant,

et d’autres encore, des lianes malodorantes

témoignant de leur vile imposture.

 

Un diadème d’étoiles cernait le front de la Mère

que nous pouvions voir sur le front du Fils ;

la terre frémit avec Elle lors de ses sanglots,

accompagnant avec Elle les premiers Frères.

 

La beauté de la clarté prise en la Coupe

côtoyait la laideur en son ombre qui regardait ;

l’impureté des hommes dits d’excellence

fut conservée pour leur futur en leur blasphème.

 

Ce fut l’heure la plus grave, aussi la plus légère,

qu’Humanité connut à cette heure,

dessinant en nous l’ébauche de nos avenirs

en Son chemin épousé qu’alors nous ignorions.

 

"Descente de croix"" de Paolo Véronèse.

 

Lettre à ma falaise bleue "vagabondage".

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Illustration Beatrice Lukomski Joly oeuvre personnelle " Longecombe "

 

Ma falaise bleue, drapée de verdure, tu sommeilles, et pendant que je demeure loin de tes entrailles, je rêve encore de toi dans ton drap de velours bleu-émeraude que tu révèles de blancs, de bleus, à mon souvenir.

Ma falaise, mon épouse, qui de tes formes, auréole mes fenêtres, tu attends que je te revienne, me connaissant fidèle à tes traits maquillés de nuages que légèreté aime de tes pentes dévalées jusqu'à l'épuisement du rêve qui n'a jamais cessé d'envoûter ma mémoire.

Pas un jour, pas une nuit, sans toi ! Songes harmonieux à ma vie qui te voient comme un tombeau. Je mourrai entre tes bras. Je te reviendrai, siècles passants d'automnes éclairés à tes étés chauds comme le soleil caressant ton visage ; attends-moi !

Ma falaise bleue, tu t'es endormie, triste, lorsque de mon mouchoir agité d'un pli mouillé, je t'ai crié : Ne m'oublie pas !

Chaque printemps, de tes narcisses corollés* d'étoiles blanches, tu écris ton amour à ma parure or que tes sapins, géants de nos amours, cachent en leurs écrins pour quelques sanguins d'automne feus.

« Dis à tes sombres rires veloutés, les mornes chagrins qui m'ont faite veuve de tes collines et de tes ravins, quand j'épousais, l'âme tranquille, tes nobles atours, assurée de ta loyauté à ma vénération ; lorsque mes pieds soumis t'aimaient de ces caresses ombragées que le ciel éclairait d'enluminures pourpres lors de nos couchers, je chantais un psaume que toi seule entendais.

Comme j'aime ton manteau blanc couvrant mes cheveux que tu embellis de flocons crapuleux, tourbillonnant tel le vent voulant se faire remarquer, car las d'être seul, et que s'amuser avec les branches pour la joie de mes yeux t'est le zèle de ma constance émerveillée, toujours éblouie par les joyaux que tu caches secrètement tel un hiérophante qui ne veut rien enseigner. »

Ma falaise bleue comme la mer roulant ses flots, tu cueilles des pierres pour toutes vagues ondoyantes sur tes talus, et je pense à toi, mourante entre tes valons, pourtant si loin de tes yeux. Je sais que tu penses à moi parce que je pense à toi. Je t'entends hurler pour me voir revenir :

« Viens ! cris-tu ; reviens ! moi aussi, je meurs, me dis-tu, car toi seule m'aimais de connaissances, batifolant avec mes elfes et mes salamandres adoucies dans les épines de mes branches. C'était si doux de te voir assise sur une pierre au bord de mon étang transparent comme la galaxie se mirant à ma surface, me lisant la vie de l'esprit que tu en égayais ma pensée revenue à la vie.

Ah ! cette lésine si douce quand elle aimait le silence pour toute symphonie bleue ! Je rêve de tes pas creusant mes rides lors de mes pluies printanières. Je fleuris mes grottes et mes cascades pour ton retour afin de te voir enfin revenue en mon giron meurtrie par ton absence.

Que le temps m'est d'une langueur sibylline chaque fois que tes yeux emplissent mon rire de ton regard admirant la dévotion de mes eaux déboulant sur mes roches éclatées par les millénaires, qui n'osent plus espérer mes levers de sommets. Pourquoi n'ai je pas figé l'instant pour l'arrêter ?

Que restera-t-il de moi lorsque siècles m'auront érodée pour ton retour ? Pleureras-tu mon silence ? ajoutes-tu. »

Et triste, et mélancolique, je lui réponds que, là-haut, trépassée, je veillerai sur elle, elle, ma falaise bleue dans le firmament or, qu'on entendra un chant plaintif du haut de ses cimes, et tout à fois enjouée, je caresserai les nuages baignant ses vallées. Ce chant, ce sera moi, mais chut ! ne le dites à personne !

 

Dis-moi, pèlerin

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo de Greg Rakozy 

https://unsplash.com/fr/@grakozy

 

Où vas-tu pèlerin,

sans ton bâton et sans écrin,

nu de nature à toi scellée d’ardeur ?

Dans l’abîme, perdu d’heures,

vas-tu vers l’azur qui nous éclaire ?

Dans la lueur, accompagnes-tu les éclairs,

qui, chaque matin, te sont offerts,

toi, accomplissant leur destin.

 

Vois-tu l’éclat de l’obscurité

riche de sa lumière,

lorsque tu t’éveilles en prière,

te baignant de vie constellée

dans l’immensité étoilée

des nuits aimant la clarté ?

 

Prends-tu en ton cœur le baume

des rivières chantant leurs psaumes ?

La beauté des fleurs riant de joie

quand leur foi t’anime et te conçoit ?

Prends-tu de la beauté des cimes

l’élan de l’aigle en ses rimes ?

Et des océans le rythme des vagues

à la lune jouant leurs sonates ?

 

As-tu subi l’audace du soupir

que tu vas tête baissée au nadir

ne voyant plus le but du zénith ?

Que reste-t-il de la marguerite

quand de ton souffle, tu vas

sans fraîcheur, épouser Gaïa ?

 

Dis-moi, pèlerin,

toi, sans sceptre ni écrin,

où vas-tu de ce pas lourd

que je ne te vois pas chaussé d’Amour ?

Toi, agitant l’âme tel on secoue un fanion,

toi, regardant les larmes de l’ânon

ayant porté la Lumière aux Nues d’Apollon,

pour toi, dans la grâce de la guérison.

 

Photo de 

http://Chemin de Jérusalem / Chemin de Jérusalem: Marcher jusqu'à Jérusalem - Pèlerins de Jérusalem - Route de pèlerinage: Espagne

La table dressée et le Roi - Indisponible -

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Quatrième de couverture :

La table dressée est un conte symbolique relevant du merveilleux. Il met en scène la rencontre avec les êtres élémentaires de la nature incitant le personnage principal, le conteur, à chercher la vérité au sein de celle-ci. Il fait connaissance avec les fruits, les arbres, la rivière, les prés, et leurs êtres, pour que s'établisse le lien magnifique qui existe entre eux. Un long ruban vert, symbole du serpent, et l'enclume manipulée par un être maléfique, symbole des ténèbres, agissent pour que le conteur se perde et n'arrive pas à la vérité de sa quête. Cependant, sa pureté et son innocence le préservent et viennent le secourir, l'enseigner, l'élever. Un Roi dresse une table, ressemblant à un autel recouvert de mets, et dit que ces mets lui appartiendront lorsqu'il aura relevé le défi de la lance qui danse dans l'air et se multiplie, qu'il doit saisir pour être un avec le Roi à la table du mariage attendu entre l'être et le monde.

https://www.amazon.fr/dp/B095988HS1

 

Frère animal

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Photos personnelles non libres de droits

Dédié à ma fille Sophie luttant pour le bien être équin et félin et tous les acteurs luttant contre la souffrance animale, aussi à Odile Jannucci luttant pour le bien être félin.
Conscience est  souffrance et souffrance est combat engendré.

 

Quand, partout, souffre le règne animal,

maltraité, flagellé, assassiné,

c’est nous qui en lui mourrons affamés,

indigent, misérable, corrompu et infernal.

 

Et, j’ai mal à leurs âmes, ici-bas, ici-haut,

et encore mal à leurs regards malheureux,

davantage encore quand ils me regardent honteux,

demandant conscience à nos cinq sceaux.

 

À leurs larmes invisibles le plus souvent,

pourtant leurs yeux de chagrin et d’angoisse

qu’ils montrent de tant d’effroi en leur paroisse,

que ne prenons-nous en soi leur vivant ?

 

Lors de leurs cris et leurs silences qui me tuent

quand anéantis de souffrances par nos actes,

c’est à toutes les douleurs du monde qu’insomniaque

je deviens, triste et accablée, souffrant leur ciguë.

 

Tel un ouragan d’émotions qu’ils ne savent dire,

affaissés sur leurs membres signant l’horizon,

je vois leur détresse en conscience pour cette prison

tant mon âme est meurtrie en leur empire.

 

Et, conscience qui n’a pas de vraie conscience

pleure sur le destin de mon frère animal

quand élevée de cœur, je vois l’oiseau virginal,

et ses semblables rampant ou à quatre pattes de confiance.

 

Quand verrons-nous se lever la fidélité à leur loyauté,

ces sacrifiés s’offrant avec dévotion,

au genre humain sans vergogne, et avec passion,

que la terre reçoit de tant de larmes animales blessées ?

 

https://www.bernardgaleron.com/

Fil RSS des articles de ce mot clé