Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Un souffle

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

de Ladislav Záborský peintre Slovaque

https://en.wikipedia.org/wiki/Ladislav_Z%C3%A1borsk%C3%BD

https://www.artforchristian.com/en/

 

Sur le chemin rougeoyant, j’ai marché un matin.

Les veillées étaient feutrées comme la mort.

Elle, pleurant en son voile, embaumait le chemin,

Le jour était prudent tel un enfant qui dort.

 

Il était là, encore suspendu aux bois d’olivier.

Nous entendions le sol gémir du calvaire.

Chaque pas résonnait d’un écho sur le gravier.

Nous marchions, les yeux baignés d’hiver.

 

Le froid ternissait nos joues embrumées.

Jour et nuit, lune et soleil, se confondaient.

Nous allions en ce drame de chagrin, troublés.

La nuit était lente et nos cœurs tremblaient.

 

Il semblait que le temps avait cessé de vivre.

L’éclipse terrible l’avait oint et nous pleurions.

La solitude avait volé nos âmes ivres.

D’effroi, nous étions figés. Nous gémissions.

 

Les onze se cachaient, espérant le Cygne.

Ils attendaient l’aube comme on attend le pain.

Un souffle dehors, et tout sursautait dans la vigne.

Les pierres, les blés, les oiseaux, tissaient le lin.

 

Il est venu, ajouré d'épines, le sourire aimant.

Le cœur joyeux, Il nous montrait ses plaies.

Recueillis, étions-nous en Son Temple, Son levant.

La vie bruissait. Nous renaissions. Il nous louait.

 

Ces jours, ces nuits, Ses rayons, nous ont clarifiés.

De ses mains élevées, Il nous a béni de Sa terre.

Le vent s’est tu. Le soleil dans la vie s’est élevé.

Nous étions là, avec Lui, nous en Lui, Lui en nous.

 

de Liane Collot dHerbois 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liane_Collot_d%27Herbois

Dis-moi, pèlerin

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photo de Greg Rakozy 

https://unsplash.com/fr/@grakozy

 

Où vas-tu pèlerin,

sans ton bâton et sans écrin,

nu de nature à toi scellée d’ardeur ?

Dans l’abîme, perdu d’heures,

vas-tu vers l’azur qui nous éclaire ?

Dans la lueur, accompagnes-tu les éclairs,

qui, chaque matin, te sont offerts,

toi, accomplissant leur destin.

 

Vois-tu l’éclat de l’obscurité

riche de sa lumière,

lorsque tu t’éveilles en prière,

te baignant de vie constellée

dans l’immensité étoilée

des nuits aimant la clarté ?

 

Prends-tu en ton cœur le baume

des rivières chantant leurs psaumes ?

La beauté des fleurs riant de joie

quand leur foi t’anime et te conçoit ?

Prends-tu de la beauté des cimes

l’élan de l’aigle en ses rimes ?

Et des océans le rythme des vagues

à la lune jouant leurs sonates ?

 

As-tu subi l’audace du soupir

que tu vas tête baissée au nadir

ne voyant plus le but du zénith ?

Que reste-t-il de la marguerite

quand de ton souffle, tu vas

sans fraîcheur, épouser Gaïa ?

 

Dis-moi, pèlerin,

toi, sans sceptre ni écrin,

où vas-tu de ce pas lourd

que je ne te vois pas chaussé d’Amour ?

Toi, agitant l’âme tel on secoue un fanion,

toi, regardant les larmes de l’ânon

ayant porté la Lumière aux Nues d’Apollon,

pour toi, dans la grâce de la guérison.

 

Photo de 

http://Chemin de Jérusalem / Chemin de Jérusalem: Marcher jusqu'à Jérusalem - Pèlerins de Jérusalem - Route de pèlerinage: Espagne

La petite fille sombre

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

photos issues du site

https://pixabay.com/fr/photos/cr%C3%A8me-glac%C3%A9e-hiver-gel-hivernal-2435657/

 

Il était une fois…

il était une fois une enfant,

triste comme l’automne finissant,

une petite fille sombre,

affligée comme peut l’être la pénombre

en décembre.

 

Il était une fois…

une petite fille au sang pourpre

que la Toussaint fête de sa foudre

en Lorraine, en novembre,

car de sa douleur sans jamais d’ambre,

ne sait se défendre.

 

Brune et triste et sombre,

le regard qui sombre,

ses draps teintés d’amertume

sous la couverture usée en plumes,

elle était en silence le cri du cœur :

« Non, je ne fais pas exprès ! ma soeur ! »

 

La nuit rendant à la peur l’épine,

épine que la douleur butine,

elle allait la tête baissée, amère,

quand entendant l’offense de la mère :

«  Quelle affreuse, tu es ! »

buvant son lait le matin, dans le bol son nez.

 

Le gel dessinait sur les carreaux

mille fleurs de givre qu’emporte le caveau,

transie dans ce froid redoutable

que chaque enfant craint effroyable,

elle dormait, le lit au centre de la chambrée

sans chaufage, sans cheminée,

cernée de noirs barreaux malheureux

sentant l’air glacial caresser ses cheveux.

 

Alors, elle se recroquevillait sur elle.

Pourquoi descendre, un peu rebelle,

quand la chaleur fœtale protège,

douée même en été de réconfort sans neige ?

Elle, la petite brunette, aux courts cheveux,

que l’alambic appelait, heureux.

"Béatrice ! J'ai si froid, j'ai peur,

la nuit me glace de cauchemars. L'horreur !"

 

Si ma voix d’enfant put lui dire :

« Pourquoi te laisses-tu insulter ?

Cette harpie qui ne voit pas l’amour,

laissant la peau épaisse sur le lait fumant

que le poêle en hiver de joie réanime,

ne peut pas t’injurier, maligne! »

 

J’entends encore les cris de la dame,

le père soumis ne répondant pas à l’infâme,

doux tel un agneau lassé et doux,

parfois haussant le ton en bon époux,

et ma disgrâce dans l’intense misère

était plus belle que celle de cette pauvre hère.

 

Le matin aux journaux livrés

pour quelques sous gagnés,

avant la classe avec ses sœurs,

encaissait son pain mérité de l’absent cœur.

Point de vacances, se lever chaque jour,

pour nul ne saura quoi, sans vrai amour.

 

La petite fille au regard sombre et dur,

baissant souvent la tête car endure,

rendit l’âme, la floraison des vœux passée,

retrouvant l’Amour de son étoile fatiguée

qui l’accueillit, la destinée achevée,

ses draps propres et enfin de soie tissés.

 

 

de JJ'immortalise Gilliane Caradec Magnifique !

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

https://www.instagram.com/reel/C1Z-Ff8NCXU/?utm_source=ig_web_button_share_sheet&igsh=MDQwZDY1YmMyMg%3D%3D&fbclid=IwAR31zbHJqhG8VugWbHxo3wOyzxJn4-xKilf-E4HluY6VGyx4zBfjvUGHe30

 

Le format complet de la vidéo ne passe pas sur mon blog. Elle est signée  en bas de Gilliane Caradec JJ'immortalise.

Désolée pour cet inconvénient informatique sur lequel je n'ai, hélas, pas la main.

 

Vingt et un mille jours

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

https://fr.123rf.com/portfolio/kevron2001/6.html

 

Quel est cet embarras incompris

qui me lancine l’âme et l’esprit ?

Ce mal-être terrible in-saisi

qui burine mes matins maudits ?

 

Vingt et un mille jours d’affreux heurts,

deux-cents-cinquante-mille, tant d’heures,

coiffant le chagrin et sa douleur,

chaque jour ranimés en ses pleurs.

 

Quel est ce sentiment déchirant

arborant mes sanglots défaillants

trempés dans le sépulcre m’aimant

que de nuit je verse, me frappant ?

 

Plusieurs vies, tant de destins,

tant de jours, de nuits, de matins,

sondant l’impossible venin

qui a obscurci mon jardin.

 

Quel est cet insondé dimanche

à l’oubliée mémoire franche

voyant la douleur sur ma branche

qui, rien, ne voit lors mes nuits blanches ?

 

Tant de leçons reçues l’âme vide

qui se disent depuis Atlantide,

ne voyant pas mon chemin livide.

Qu’ai-je ouïe de l’esprit limpide ?

 

Fil RSS des articles de ce mot clé