Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Un souffle

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

de Ladislav Záborský peintre Slovaque

https://en.wikipedia.org/wiki/Ladislav_Z%C3%A1borsk%C3%BD

https://www.artforchristian.com/en/

 

Sur le chemin rougeoyant, j’ai marché un matin.

Les veillées étaient feutrées comme la mort.

Elle, pleurant en son voile, embaumait le chemin,

Le jour était prudent tel un enfant qui dort.

 

Il était là, encore suspendu aux bois d’olivier.

Nous entendions le sol gémir du calvaire.

Chaque pas résonnait d’un écho sur le gravier.

Nous marchions, les yeux baignés d’hiver.

 

Le froid ternissait nos joues embrumées.

Jour et nuit, lune et soleil, se confondaient.

Nous allions en ce drame de chagrin, troublés.

La nuit était lente et nos cœurs tremblaient.

 

Il semblait que le temps avait cessé de vivre.

L’éclipse terrible l’avait oint et nous pleurions.

La solitude avait volé nos âmes ivres.

D’effroi, nous étions figés. Nous gémissions.

 

Les onze se cachaient, espérant le Cygne.

Ils attendaient l’aube comme on attend le pain.

Un souffle dehors, et tout sursautait dans la vigne.

Les pierres, les blés, les oiseaux, tissaient le lin.

 

Il est venu, ajouré d'épines, le sourire aimant.

Le cœur joyeux, Il nous montrait ses plaies.

Recueillis, étions-nous en Son Temple, Son levant.

La vie bruissait. Nous renaissions. Il nous louait.

 

Ces jours, ces nuits, Ses rayons, nous ont clarifiés.

De ses mains élevées, Il nous a béni de Sa terre.

Le vent s’est tu. Le soleil dans la vie s’est élevé.

Nous étions là, avec Lui, nous en Lui, Lui en nous.

 

de Liane Collot dHerbois 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liane_Collot_d%27Herbois

La rose et le nuage sombre - poème en prose -

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Matin au bord du ruisseau de TC Steele 1893

https://www.wikiart.org/en/t-c-steele

Prenons soin de la rose qui, discrète,, aime entendre la musique du silence afin de mieux fleurir quand les épines qu'elle regarde n'appartiennent plus à sa tige que la tige fanée voisine convoite pour mieux fleurir dans le dessein des nuages ayant assombri son horizon.

Dans l'habit  clair de sa demeure où vit la clarté de l'air, foulant au pied sa terre, que deviendra-t-elle si la musique des sphères  ne parvenait plus à nos oreilles  quand tombent ses pétales sur lesquels s'assoie un corbeau noir ?

Lorsqu'elle chantera la beauté de son nom, donnant son prénom, quelle sagesse en sa sève donnera l'agir qui se voudra prompt à l'heure de sa floraison car, quand rose au jardin de lumière s'esquive, elle pleure ses petits qui sont de superbes boutons en devenir. L'air est sa cape blanche que caresse le rayon du soleil ayant la forme d'une épée brillante.

Laissons la forme  revêtir la beauté du silence, car du silence nait la cueillette des épines que la sombre nuit noire ne peut saisir.

La rose a besoin de calme, et lentement s'épanouit, quand la nuit la crée bleue, le symbole rougeoyant sur son épaule qu'est le calice en son pistil.  Abeilles ne butinent que si  le fruit de la fleur est mûr au crépuscule pour son levant.

Chante la  Rose  Calice.

BLJ

Cyrano, le chat silence, la présence sons.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Un chat, cela marche à pas de velours que nous n'entendons pas ; cela se déplace sans bruit, frôlant à peine l'air et pourtant son silence est audible quand il a déserté la vie. Sa présence est toujours palpable dans chaque pièce, sur chaque coussin, partout , c'est cette présence dans la mort qui est sons dans le silence.

BLJ

Photo non libre de droits : Cyrano de la Mosquée Bleue

 

 

Le chat poète ou la fin du centaure

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Gustave Moreau "Poète mort porté par un centaure"

 

Viendras-tu au crépuscule danser

et de ta claire flamme bercer ma peine ?

Revêtu de ta capeline ébène,

viendras-tu rimer en ma pensée ?

 

Abandon est un lourd fardeau

quand déserte le seuil en silence

puisque vie est mort et mort est existence,

tes jours éteints déposés au tombeau !

 

Seras-tu là aux heures solitaires

quand la nuit installera son voile d’apparat

pour réjouir ma vue de ton aura

brodant en mes mains l’issue de Jupiter ?

 

Prendras-tu ma main au grand matin

signant ta lumière de tes pupilles de flore,

quand du vert émeraude à l’éclat d or,

tu écris encore sur mes genoux samaritains ?

 

Ah ! Vieillir ! disais-tu, le regard mouillé.

Je t’emmène. Vivre est bien assez ! Viens !

Trop de deuils révèle le signe du lien

en notre sceau achevé et dépouillé.

 

Viendras-tu ce soir à minuit

cueillir le fruit de nos plaies

nous remémorant avoir fleuri les cyprès

aux instants silencieux et d’amour infini ?

 

Mort est le chat poète et son poète

écrivant chaque soir la beauté des étoiles,

et des célestes confins dessinait des toiles

qu’années sans fin racontaient au poète.

 

Ce texte car il vous faut imaginer que durant 12 ans, j'ai écrit tous les soirs - sans exception - avec mon Cyrano (mon chat) couché sur mes genoux. 

Cela n'aurait pas déplu à l'écrivain Colette.

 

Fil RSS des articles de ce mot clé