Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Je vous demande pardon

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais menti,

Je sais, ce fut difficile pour vous,

je n’ai pas su vous gratter dans le sens que vous attendiez,

vous offrir des compliments mensongers, ni su flatter votre orgueil.

Je vous demande pardon d’avoir été toujours honnête.

 

Je vous demande pardon d’avoir été moi-même,

sans fausseté, avec beaucoup de morale

que vous n’avez pas pu supporter.

 

Je vous demande pardon d’avoir aimé,

vous et les autres, les fleurs et les animaux,

les cailloux aussi si chers à mon regard.

Je vous demande pardon d’avoir aimé,

ni trop peu, ni passionnément, je n’ai pas su,

juste aimer est ma vérité.

Heureux êtes-vous de ne pas voir la Divinité

car que supporteriez-vous de Son Amour si vous le perceviez ?

Lui diriez-vous qu’elle est envahissante ?

Je vous demande pardon d’aimer, vous et les autres.

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais épousé l’hypocrisie,

fière d’avoir été de la franchise le drapeau,

l’étendard aussi, la devise et le chemin,

quand bien même, vous ne l’avez pas supporté,

mais je ne vous demande pas pardon

d’avoir été et d’avoir manifesté la morale.

 

Je vous demande pardon d’avoir été la patience,

le silence aussi quand vous criiez, vous mentiez,

préfériez le mensonge, la haine et le mal.

Puis de partir quand la haine si forte pose un obstacle

que vous aimez voir et vous servir, mais pas moi.

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais volé

ni autrui, ni le monde, ni l’humanité ;

d’avoir aimé les autres et vous, plus que moi-même,

de ne pas m’être vue pour tous vous voir

et aussi vous guérir dans la majesté de la morale,

de la pitié, de la compassion, de l’amour,

qui ont rendu mes os transparents

et mon cœur enrichi à Son calice.

 

Le tourment des larmes de l'âme

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Pleurons nos âmes

quand imparfaites, elles pleurent,

car de leurs larmes,

que l’on dit inaudibles, meurent.

 

Meurent à elles-mêmes

quand, entendant leurs cris et leur tourment,

nos fronts, Elle baigne,

et nos yeux se lavent sans larmoiement.

 

Envahissent-elles l’espace

qu’aucun ne voit ni n’entend d’abondance,

elles racontent leur peine et leur grâce,

leur désarroi en notre chance.

 

Pleure-t-Elle, invisible,

baignant nos visages silencieux,

que nos âmes pleines de martyr sensible

disent leur calvaire religieux.

 

Qui sanglote Son âme en pleurs

quand imperceptible, Elle appelle,

triste et pourtant mélodieuse, notre malheur

prenant racine en nos chapelles ?

 

"La Piéta au pied de la Croix" Eugène Delacroix

https://www.musee-delacroix.fr/fr/actualites/evenements/du-sang-et-des-larmes-la-restauration-de-la-pieta-d-eugene-delacroix-a-l-eglise-saint-denys-du-saint-sacrement

Le silence et le bruit

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Louis_Welden_Hawkins_(6).jpg

"Le voile" de Louis Welden Hawkins, 1890

 

Le silence va tranquille,

fertile de prudence,

sans œuvrer de bruit

car point, il n’aime l’éclat.

 

Mesuré, il va à pas lents,

et encore d’une certitude,

estimant le chemin

en sa longueur.

 

Il va confiant, sûr de lui,

riche de son ascétisme

qu’il offre au temps,

ami de sa mesure.

 

Jaillit la pudeur de son être ;

et en sa tempérance

qu’il estime,

est une valeur.

 

Point, il ne connaît le cri,

guère plus la colère,

laissant penser la vie,

connaissant leur ruine.

 

Il mène sa barque

sur des flots constants,

sans vagues,

sans peur intérieure.

 

Est-il une force

qu’il ne se hâte jamais,

afin de ne pas blesser de mots

sans gouvernail.

 

Il est l’ami de la Parole,

et sans rien dire,

fait du Verbe son confident,

car le Verbe n’est pas vêtu de boue.

 

Mouvement sans abordage,

il n’avance d’aucun élan

que les excitations ternissent,

en prenant le temps d’être.

 

Pendant qu’il pense,

réfléchit et médite,

il avance sans sarcasmes,

sans marasme.

 

Noble sans fierté,

noble sans être d’injures,

il est l’allié de la patience,

quand il devine l’urgence.

 

Le bruit l’affirme outrage,

querelle et discorde,

ne voyant pas son jardin

que les fleurs témoignent.

 

Irrite-t-il le scandale,

car il ne veut rien dire,

qu’il laisse au vent le tumulte

impétueux et infernal.

 

Jamais une rose ne le dédaigne

ni un diamant ne le méprise,

aimant du silence sa Nature

que le Verbe au Cénacle a béni.

 

Le silence est un temple,

un monastère de prières,

que nul ne peut rompre

d’un ton violent.

 

L'harmonie du silence

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Photos issues du site

https://fr.freepik.com/photos-premium/homme-alpiniste-marchant-empreinte-neige-crete_4262158.htm

 

Quand se rétablit le matin

après la lenteur de la nuit,

que son repos nappe le buis,

la paix s’établit en nos seins.

 

Son épais silence est une onde

que le murmure prophétie,

s’inclinant vers son eurythmie

aux désinvoltures qu’il sonde.

 

Il est doux comme le velours,

léger comme la soie tissée,

comparable à la voie lactée,

en son lys blanc venu du jour.

 

Naissant de loin et de lui-même,

il est le son que cœur entend

quand la paix habite le vent

pour nos esprits ravis qui l’aiment.

 

En son silence, je m’éveille

répondant à sa mélodie

que seul le cœur plein d’harmonie

développe lors de nos veilles.

 

Témoignant de son bel abri,

Il invite au recueillement,

nos ailes l’aimant tel l’amant

venu caresser nos habits.

 

 

Vendredi

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau acrylique Béatrice Lukomski-Joly

 

C'était hier ; et demain est venu au présent,

Racontant son histoire pour un passé vivant ;

Rien n'a vieilli ; tout est là ; tout se mêle ; les ans,

Les siècles, nos vies, tous ces pas nous reliant !

 

Partie, la vie revient, son sac lourd d'offrandes ;

Une voix ; la joie ; se retrouver ; rien n'a vieilli.

Un enfant, un navire, un poème, une pluie,

Tout avance ! Ma mémoire révèle l'amande..

 

Les douleurs s'amenuisent ; les plaies se défont,

Mon cœur est allé fendre la nuit ; c'est vendredi.

Vénus chuchote : en ce jour où si peu pense, je te le dis,

Vois la volonté des enfers qui meurent. Prions !

 

Mon cœur a fendu la nuit ; la nuit parle et luit.

La lune a brillé ; le soleil attend son heure.

Mon dos plie sous la charge ; je pleure.

Il me dit : viens ! Suis-moi ! dès aujourd’hui !

 

Je prends demain dans mille étoiles se levant ;

C'est vendredi ; vendredi est long ; je meurs.

Avec vous, pour vous, je vais, plié de sueur ;

Je marche ; le bois crisse d'un pas du vent.

 

Je chute ; j'ai peur ; pas cette heure ! Vois !

Fleurs baignent dans l'éclipse ; le monde est muet.

Ma mère gîte avec moi ; vivre d'un grain de millet !

La vie coule d' abondance neuve. Vois !

 

Bras en croix, épaules fatiguées, mains percées,

Pieds épousés, je regarde le monde ; entends !

Chacun s'affaire pour mon calice ; Ô, Jean !

Terre devient ; je la foule, les genoux pliés.

 

Tout se tait ; oiseaux ne chantent plus ; je meurs.

Sept cors vibrent ; sept étoiles disent ma parole ;

Neuf mondes s'ouvrent ; d'ailes nouvelles volent

Cent pauvres hères ; douze devient onze ; demeure !

 

Lymphe et nectar ! Roses à leurs pétales s'ouvrent ;

Colombe chante dans le tourment ; J'ai soif.

Meurt le vin ! L'eau afflue ; terre me coiffe.

Et dans la main gémit une épine qui me couvre.

 

Tableau de Daniel Plasschaert

 

C'est vendredi. Lilas baissent leurs branches.

Source vive descend du tertre douloureux.

Corde se balance au pied des buis malheureux ;

C'est vendredi ; et Terre m'épouse d'une pervenche.

 

Wagner/Liszt - Feierlicher Marsch zum heiligen Graal aus "Parsifal", S.450 1/2

Fil RSS des articles de ce mot clé