Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Frère animal

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Photos personnelles non libres de droits

Dédié à ma fille Sophie luttant pour le bien être équin et félin et tous les acteurs luttant contre la souffrance animale, aussi à Odile Jannucci luttant pour le bien être félin.
Conscience est  souffrance et souffrance est combat engendré.

 

Quand, partout, souffre le règne animal,

maltraité, flagellé, assassiné,

c’est nous qui en lui mourrons affamés,

indigent, misérable, corrompu et infernal.

 

Et, j’ai mal à leurs âmes, ici-bas, ici-haut,

et encore mal à leurs regards malheureux,

davantage encore quand ils me regardent honteux,

demandant conscience à nos cinq sceaux.

 

À leurs larmes invisibles le plus souvent,

pourtant leurs yeux de chagrin et d’angoisse

qu’ils montrent de tant d’effroi en leur paroisse,

que ne prenons-nous en soi leur vivant ?

 

Lors de leurs cris et leurs silences qui me tuent

quand anéantis de souffrances par nos actes,

c’est à toutes les douleurs du monde qu’insomniaque

je deviens, triste et accablée, souffrant leur ciguë.

 

Tel un ouragan d’émotions qu’ils ne savent dire,

affaissés sur leurs membres signant l’horizon,

je vois leur détresse en conscience pour cette prison

tant mon âme est meurtrie en leur empire.

 

Et, conscience qui n’a pas de vraie conscience

pleure sur le destin de mon frère animal

quand élevée de cœur, je vois l’oiseau virginal,

et ses semblables rampant ou à quatre pattes de confiance.

 

Quand verrons-nous se lever la fidélité à leur loyauté,

ces sacrifiés s’offrant avec dévotion,

au genre humain sans vergogne, et avec passion,

que la terre reçoit de tant de larmes animales blessées ?

 

https://www.bernardgaleron.com/

Le venin et la liberté

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

https://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_d%C3%A9livrant_Ang%C3%A9lique

 

Cette ombre rampante, l’avez-vous vue ?

Large et vaste, cernant vos libertés nues

qui n’ont rien demandé en privation lourde,

pourtant acceptée pour une pensée sourde.

 

Qu’avez-vous craint de pertes pour ce choix

qui n’a rien nourri ni abreuvé dans vos peu de foi,

rien offert des attentes espérées en la vérité,

et voilà votre jour qui s’éteint sans charité.

 

Auriez-vous vu un serpent glisser sous vos reins,

que vous auriez été pis effrayé en son sein ;

mais invisible, sans dire son nom néfaste,

votre sens de la majesté, il a piqué faste.

 

Vous n’avez rien vu, moins compris, et triste

êtes-vous, étouffant votre repentir autiste,

ayant tout perdu de votre identité pour un verre

qui vide plie chacun dans l'affolement offert.

 

Avez-vous pensé que votre corps était seul habit,

et que votre esprit a hurlé ce qui jaillit endormi ?

L’âme assoupie a pleuré, étant reniée à son tour,

chevauchant l’amertume des avenirs déjà lourds ?

 

https://www.pinterest.fr/pin/157274211965447086/

 

Pesant le poids de la dette que rachèteront les doux,

Ployez face à chaque être de prudence pour ce coût,

car la terre n’est pas ce monde mort, un être figé,

que vous aurez puni pour un venin cupide arrosé.

 

Arild Rosenkrantz 

https://galerie-drylewicz.com/artists/46-arild-rosenkrantz/

Habitudes de poète

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Toutes photos personnelles.

 

Souvent, nous nous demandons quelles étaient les habitudes d'un poète, ou écrivain dont nous aimons les livres. Nous aimerions être petite souris pour comprendre. Je me suis moi-même souvent questionnée sur les habitudes de mes auteurs préférés. La question fleurit parfois sur internet « Comment écrivez-vous ? Pourquoi écrivez-vous ? » Aussi, pour rendre un peu plus vivant cette page-auteur et ce blog vous donnant ma poésie essentiellement et maintenant mes dessins, voici ce que sont les miennes.

Tout d'abord, il y a une envie soudaine d'écrire avec une idée, une pensée qui surgit et qui ne me lâche pas tant qu'elle n'est pas couchée sur le papier ou sur l'écran de mon ordinateur. Tout dépend de ce que je suis en train de faire au moment où la pensée m'étreint.

Au "Comment écrivez-vous ?", je vous le dirai très simplement, car ce ne peut être que humble et vous comprendrez pourquoi à la fin de ce texte. Au "Pourquoi écrivez-vous ?", je réponds toujours "Me demande-t-on pourquoi je respire ? Personne ne pense-t-il que j'ai deux poumons pour ce faire ?" C'est pareil pour mon écriture, c'est une respiration permanente.

J'ai toujours, à côté de moi, un stylo, un carnet ou des feuilles de papier pour écrire une pensée émergente ; la nuit aussi. Parfois, j'écris ma pensée dans le livre que je suis en train de lire. Mes livres lus sont pleins d'annotations pensées ; ils ne seraient pas même revendables en livres d'occasion ! Ils peuvent être abîmés pour aussi avoir l'habitude de plier les couvertures afin d'avoir un appui pour écrire quand la pensée me vient et que je suis allongée, prête à m'endormir. Je suis donc environnée de livres vivants, jusque sur mon lit avec ses piles de livres amis qui ne me quittent jamais. Je ne serais jamais une adepte du PDF ! Mon lit est donc la nuit mon second bureau. 

Cependant, le plus souvent, cela s'inscrit dans mes carnets. Lorsque le poème est rédigé, j'arrache la page qui m'a servi à fixer l'idée pensée et elle part dans ma corbeille à papiers que vous retrouvez en papier recyclé... pour  votre utilisation chez vous... j'adore cette idée ! Peut-être écrivez-vous sur du papier à lettre recyclé sur lequel j'avais annoté mes pensées ! Dans les livres, cela reste ! Mes livres sont riches de notes, de traits, de surlignements, .Je ne saurais détruire un livre. Il m'arrive très souvent d'écrire dans ma main où sur mon bras si je crains de ne pas avoir le temps de trouver une feuille de papier car la pensée fuse aussi vite qu'une ondée soudaine, et je me répète les mots naissants tels une récitation pour ne pas les oublier. Je ne me dis donc – jamais - j'écris dans cinq minutes, où ce soir j'écris un poème ou un texte, car tout pulse comme le sang mettant en mouvement le cœur.

Ensuite, cela posé sur le papier, il me faut m'entourer de mes habitudes…Choisir la musique que je vais entendre, écouter, ressentir et qui sera adaptée à ce que je ressens. Je peux écouter une musique où une chanson en boucle à ce moment, car je n'entends que la pensée mue dans la mélodie. Cela est très déroutant pour ceux qui seraient  chez moi et ne comprennent pas cette affinité avec la mélodie porteuse. Mais qu'importe puisque je n'écris sans jamais recevoir une personne de l'extérieur ; sauf deux personnes à ma mémoire dans le temps. Si quelqu'un vient à entrer dans mon espace d'écriture, je me fige sans plus de capacité à bouger. Je me souviens d'un couple s'étant imposé sans qu'il n'ait été invité : "Nous venons, nous serons là le.., Pourrons-nous dormir chez toi ? Nous resterons quatre jours. " et là naît mon drame intérieur. Comment ont-ils osé s'inviter sans me l'avoir demandé et de surcroit, prendre des photos de mon intimité sans mon accord ? Cela n'est arrivé qu'une fois - réxcemment - et jamais cela ne se repoduira. 

 Si il s'agit d'une chanson, je peux soustraire sans problème les mots du texte et n'entendre que la mélodie qui me porte. Les mots ne se télescopent pas ainsi avec les miens. J'ignore cependant d'où me vient cette capacité à ne plus entendre les mots d'une chanson pour n'en conserver que la mélodie lorsque j'écris. Pour l'opéra, c'est le contraire ; les mots me portent dans le son chanté dans l'éther sans interférer cependant avec ma pensée.  Le final de Parsifal de Richard Wagner a accompagné bien des écrits spécifiques sur le thème de la spiritualité vivante. Là aussi ,cela reste une énigme pour moi. Je peux écrire dans le silence mais cela n'est pas aussi porteur, car l'univers est fait de sons : la musique des sphères. Cela est, malgré tout. Vivant dans le silence en permanence car ne le craignant pas, ni la solitude extrême, ce n'est pas le silence qui en est la raison. Cependant il me faut la solitude intérieure pour écrire ; physique c'est encore mieux. Il m'arrive de me relever la nuit, d'étendre mon bras pour attraper mon stylo et écrire une pensée qui m'a réveillée. Bien réveillée, je fais alors autre chose avant de retomber dans le sommeil qui n'entache pas l'heure de mon lever.

L'utilité de l'émotion ? L'émotion ne réside que dans la musique que j'écoute et qu'elle suscite. Les autres émotions du quotidien n’entachent jamais mon écriture, sauf dans un cas, celui où je veux exploiter l'émotion, le flux de l'âme, sur un fait vu ou un événement vécu. C'est donc décidé et non subi. Je peux vivre un événement de vie douloureux et écrire l'opposé de la douleur vécue sans aucun problème ; l'essentiel étant de rester dans la pensée qui a jailli pour me servir et par là, pour moi, de La servir. Pourquoi ? D'abord, car c'est une aptitude, et ensuite parce que l'émotion ne sert que soi-même et ne fait que de l'auto-biographie même s'il peut en résulter des textes splendides. "Demain dès l'aube" de Victor Hugo est un de ces poèmes rares splendides qui a été écrit sur une émotion : La mort de Léopoldine, sa fille. 

Il me faut donc de la sérénité et du calme, le plus possible. Et que les douleurs et les drames rangent leurs manteaux dans l'armoire des faits pour rester pure dans l'acte d'écrire. 

Le décor ? Toujours chez moi ! Je suis incapable d'écrire ailleurs, sauf pour écrire des pensées dans un carnet que j'exploite à mon retour. Je m'isole toujours pour écrire une pensée à l'extérieur, car rien ne doit me déranger pour ne pas briser l'élan par une parole qui m'est adressée. C'est comme en musique, le compositeur entend en lui et s'il ne fixe pas ce qu'il a entendu, il est incapable de rejouer le morceau ou de le répéter à l'identique. C'est pareil pour le poète puisqu'il s'agit d'une composition. Je vois le poème déroulé devant moi en esprit comme un rouleau que l'on déroule. Je n'ai qu'à retranscrire ce parchemin intérieur.

Le temps ? Rien n'est utile dans le temps. Je n'ai pas d'heure pour écrire puisque tout pulse. Si je suis en extérieur, au travail, en courses, en voiture, je perds le plus souvent mon « parchemin » d'où l'importance d'un bout de papier sur soi.

En voiture ? Très souvent, la vue d'une image de nature écrit en moi des vers interminables … mais tout sera perdu car je ne peux lâcher le volant ou arrêter la voiture là où je veux ! Et pour cause ! Sécurité d'abord ! Il y a comme cela un flot de poèmes perdus, que j'aurais été seule à « lire » intérieurement. Ou il me faut réciter en litanies les mots qui ont surgi, mais le plus souvent cela reste perdu. Mes notes ( à double sens -mots et musique- ) se sont envolées comme un oiseau parti à la hâte de son nid. Quel envol ! quel vol ! quelle liberté !

Nid ? C'est mon intérieur. Ma petite maison. Oui ! C'est bien un nid ! Vu mon amour de la solitude maîtrisée, il m'est difficile de faire rentrer chez moi. J el'ai déjà exprimé. Il me faut une absolue confiance pour accepter de laisser entrer en mon nid. Il y a des exceptions, bien sûr. Certains reviennent, d'autres ne remettrons jamais les pieds : ils sont les inquisiteurs avérés : les faux amis.  J'ai besoin de relations vraies, authentiques, d'où cette fermeture partielle chez moi, uniquement -chez moi- et cela est un droit que je protège.

Chez moi !  Mon bureau est à l'étage, donc peu le connaissent et tant mieux ; un espace à peine plus grand qu'une étole slave ! je veux dire à peine cinq mètres carrés ! il faut que je puisse rester concentrée..! Un espace comme une matrice mettant au monde mes textes tels des enfants que j'aime ; mon bureau ! mon utérine ! L'espace de mes bureaux dans mes maisons habitées a toujours habité un coin masqué inattendu pour un bureau et sans porte.  J'ai cependant fait des efforts gigantesques pour mes enfants et leurs amis. N'est-ce pas Sophie ? pour ne parler que de ma petite dernière, qui a une foule d'amis, et qui a su faire dormir dans ma petite maison jusqu'à 17 personnes la même nuit. il faut être Sophie pour savoir  recevoir confortablement 17 personnes dans un espace, petit ! Généralement je laisse la place... ou … m'« accroche » à mon bureau sans en bouger presque cramponnée au meuble qui me suit et qui me sert depuis que j'ai eu douze ans, en 1969 ! Un meuble  d'institutrice des années cinquante récupéré et qui a eu deux vies : enseigner à des élèves, pour finir sa vie en poète. Il a tout vu, tout lu, tout écrit !

Pareil pour dessiner et peindre : être chez moi et nulle part ailleurs. Cela provient aussi de mon enfance et mon adolescence où je n'avais pas le droit de vivre ailleurs que dans ma chambre dans la maison. J'ai donc appris à faire résilience pour un espace donné aussi petit soit-il, sans personne. Ma maison ou mon nid restera toujours  cet endroit de solitude non voulue et transformée en expression artistique voulue pour être. De l'inattendu, il est devenu le consenti pour être libre. Le faire avec pour ne pas vivre dans le ressentiment. J'ai donc transfomé ce drame de vie en joie à écrire et être pour être. C'est donc une condition essentielle pour écrire. De là, est né le poète, je pense !

Autres habitudes ? Des détails insignifiants ! du thé ou de la chicorée à profusion ! Un de mes chats sur les genoux, souvent. Des biscuits ! des fruits secs ! du chocolat noir !

Et … des bougies allumées pour un éclairage doux, non agressif, même le jour ! Voir une flamme danser m'est essentiel. mais, j'en ai perdu partiellement la vue.

BLJ

 

de JJ'immortalise Gilliane Caradec Magnifique !

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

https://www.instagram.com/reel/C1Z-Ff8NCXU/?utm_source=ig_web_button_share_sheet&igsh=MDQwZDY1YmMyMg%3D%3D&fbclid=IwAR31zbHJqhG8VugWbHxo3wOyzxJn4-xKilf-E4HluY6VGyx4zBfjvUGHe30

 

Le format complet de la vidéo ne passe pas sur mon blog. Elle est signée  en bas de Gilliane Caradec JJ'immortalise.

Désolée pour cet inconvénient informatique sur lequel je n'ai, hélas, pas la main.

 

Le coeur rayonnant.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau d'Arild ROSENKRANTZ  http://www.arildrosenkrantz.dk/uk/bio.html

http://www.arildrosenkrantz.dk/uk/galleri.html  et http://www.artnet.com/artists/arild-rosenkrantz/

 

Le bonheur est pareil à un oiseau bleuté,

Venant sans bruit s'allonger dans l'herbe azuré,

Quand l'amour achève les heures hâlées d'ombre

Pour rayonner de mille éclats en nombre.

 

Quand il vient, le soleil et son chevalier pour ami,

Il prend pour armure la brillance du sourire

Que larmes s'effacent à sa joie de le voir.

Enfin ! le karma dit son dernier mot aux soirs.

 

Quand l'Amour ne cesse jamais de se dire,

Et que la foi, dans Ses mains tendues vers le pire,

Élève Sa croix, pour la rémission des fautes,

C'est l'abondance de la lampe nous faisant hôtes.

 

Les destinées prises sur les épaules s'esquivent,

Pour un au-revoir racontant son œuvre vive.

Et joie éclaire le fruit des vies polies par l'aether,

Que son épée a forgé de mesures florifères.

 

S'il faut maintenant partir, le cœur rayonnant,

C'est de regards riches de sourires aimant,

Que la vie prend dans son aiguière rosée,

Pour sa corbeille d'or embellie par la rosée.

 

Une hirondelle vole, le cygne blanchit sa plume,

Et disent au temps les secondes longues des brumes,

Que l'homme du pont brisé n'a pas terni, hier,

Quand bien même il était ennemi du lierre.

 

Sur les marches de pierre que le temps juge,

Si les anges entendent ses rires dans mon refuge,

C'est de sentence divine qu'advient la douleur

Quand de haine, il balafre la vérité pour son heure.

 

C'est l'oiseau bleu, ornant nos yeux de saphirs,

Qui chante le bonheur dans son bec porphyre,

Pour que, sur le pont des hommes d'ombre,

Plus jamais regards ne se plissent sombres.

 

L'Amour prend en Son cœur l'épée d'or brillant,

Dit aux pleurs de partir, pour Son joyau festoyant

Quand destinées se tournent vers Sa grandeur.

Pour un enfant ailé de blanc, acclamant Sa splendeur.

 

 

Fil RSS des articles