Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

La rencontre

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

C’était un dimanche, par une chaude journée de printemps, que nous pouvions voir se promener un homme, les mains croisées dans le dos. Il semblait attendre quelqu’un, sans attendre vraiment, car il regardait le cours de la rivière au niveau de l’écluse ouverte qui laisserait une péniche passer. Le ciel était haut tout en étant en lui, comme indivisible de sa clarté en son regard qui le reflétait aussi large que profond. Sous la lumière puissante de midi, il semblait invisible par moment, comme disparaissant à cause de trop de clarté diffusée à cette heure. Parfois, on le voyait se retourner et s’accroupir près d’une fleur à laquelle il semblait raconter son instant pour l’éphémère d’une floraison venue trop tôt, comme pour ralentir le saut qu’elle devait faire pour se faner. On le voyait se relever lentement et, sans comprendre son mouvement, nous pouvions apercevoir qu’il était déjà à scruter la coulée émergeant du déverrouillage de l’écluse, sans l’avoir vu se retourner. On le voyait encore lever un doigt comme si, sans lui, l’écluse ne pouvait laisser passer le bateau, et que son geste était le processus fondamental pour cette ouverture. Personne ne le regardait vraiment tant il était présent dans son absence physique qu’on ne pouvait que le deviner. Puis, un oiseau venait à se poser sur son épaule, un autre en sa main, et encore un à ses pieds. Il les saluait après avoir écouté leur chant pour les laisser repartir comme ils étaient venus. Des promeneurs allaient, le frôlant d’un pan de leur veste, inconscients de sa compagnie. Il semblait être âgé, les cheveux blancs, tout en arborant une jeunesse et une force puissantes.

Alors que badauds passaient à côté de lui sans le voir, trop absorbés par leurs pensées se souciant de leur quotidien davantage que de sa présence, elle le vit, lui chuchotant un bonjour d’une voix timide, puis retourna à sa contemplation sur les images que la dentelle de l’écume donnait à voir. Ils voyaient chacun les mêmes tableaux dans cette eau dansant dans leur espace réfléchi par le soleil. Longtemps, ils ne se parlèrent pas, unis tous deux au mouvement de l’eau. Un rayon de soleil vint à coiffer la chevelure et les yeux de l’homme, puis se posa de la même manière sur le regard et la chevelure de la dame. Elle le regarda, sembla le reconnaître sans se souvenir pour autant de l’endroit et du moment ou elle avait pu déjà le rencontrer. Lui, il savait ; il se souvenait mais n’en disait rien. Elle vit ses yeux semblables à l’étincelance d’un diamant. Ses yeux à elle étaient d’une profonde tranquillité qu’elle avait rarement connue, encore opaques d’une vie aussi lourde que pénétrante et, pourtant, déjà transformés par le rayonnement solaire. Ce fut le baiser du rayon à leurs âmes qui éveilla le moment de leur rencontre. Il se tourna, la regardant fixement d’un regard doux, en baissant les paupières, parfois, pour ne pas l’effrayer et dit :

- Nous nous connaissons, vous et moi.

- Je connais votre visage, répondit-elle, mais je ne me souviens pas où j’ai pu vous rencontrer.

- C’était il y a longtemps, Madame. Il doit y avoir quatorze ans écoulés depuis cette  rencontre. Je suis venu vers vous et je vous ai proposé mon aide sans que vous n’y ayez répondu. Vous souvenez-vous ?

Elle ne se souvenait pas. Quelqu’un était venu lui offrir de l’aide sans qu’elle n’ait relevé ni accepté, et pour quelle raison ?

- Non ! Vraiment ! Je ne me souviens pas, dit-elle. Je me souviens seulement de vos traits.

- Puis-je vous aider à vous souvenir ? demanda-t-il. Voyez le mouvement de l’eau, il n’est jamais semblable au précédent et pourtant il porte la mémoire de tous ses mouvements. C’est ainsi que je suis venu vers vous, comme le geste de l’eau qui a baigné mes pieds et vient d’épouser les vôtres. C’est pourquoi, je vous ai trouvée, attendant cette nouvelle heure qu’il y a longtemps, vous n’avez pas vue, tellement ancrée dans votre quotidien, ajouta-t-il, et pourtant, à cette époque, je voulais entrer en relation avec vous.

- Je crains que ce ne soit une énigme, Monsieur, car vraiment ma mémoire n’a pas enregistré votre signe.

- Puis-je vous donner quelques détails qui vous aideront ? Car je suis certain que votre souvenir est aussi présent que l’eau jaillissante en face de nous, affirma notre visiteur sur le saut de ces quatorze années réalisées.

- J’accepte quelques confidences sur ce passé oublié, dit-elle. Oh ! Ce rayon qui n’en finit pas de rendre votre vêtement transparent !

- Comme sur les pétales de cette sauge rouge de Graham devenus aussi translucides qu’un plomb anobli à l’heure ou le soleil les traverse ! poursuivit-il, le sourire complice de leur transparence. Puis, avec prudence, il ajouta : C’était en hiver, un froid et sombre jour de novembre.

- Cela ne me dit rien. Combien de jours froids et sombres en novembre, y a t-il ? Tant !

- Celui-là était particulier et n’avait pas son jumeau en automne. Souvenez-vous, enchérit-il. Vous aviez froid et pourtant vous étiez à l’abri du vent, mais pas du vent intérieur qui crée la tristesse des jours qui se voudraient ensevelis pour toujours.

Elle ne répondit pas. Elle se souvenait bien qu’il y avait eu des nuits et des jours d’une grande tristesse qui ressemblaient au froid intérieur qui ne peut se raconter à personne sans que la personne qui ne les reçoive ne s’effondre à son tour de tant de chagrin.

- Souvenez-vous ! insista-t-il. Je veux que vous vous souveniez, sinon à quoi bon que je sois là, à votre côté ? Je vous donne un autre détail ? Vous buviez une tasse de chocolat chaud pour réchauffer votre corps et aussi votre cœur en déshérence. Tant de tristesse et personne pour vous secourir. Vous souvenez-vous ? j’étais là, à vous tendre la main. Vous l’avez vue et vous n’avez pas osé la saisir, votre âme en secret qui espérait que sa mort vienne pour que tout s’achève naturellement sans que vous n’ayez décidé de la hâter. J’étais là. Je vous regardais, assis en face de vous. Nous étions à trois pas l’un de l’autre. L’eau a coulé sur vos pieds, depuis. La glace de l’hiver engendrait la pluie de l’été qui abonde en la rivière. Souvenez-vous de la neige tombant du toit, voulant vous ensevelir... presque trente ans avant ces jours. Je vous avais sauvé la vie, physiquement sauvée; et cet autre jour,  c'est la vie de la pensée que je venais sauvée.

- Quatorze ans ! Je me souviens. En effet, les jours étaient froids et sombres comme l’enfer qui veut happer la vie. Vous étiez là, et je ne vous ai pas répondu. J’ai vu en vos yeux un rayon tel un baiser à ma vie que c’est ce rayon que j’ai reconnu sans vous reconnaître. Le corps n’a pas cette transparence que nous espérons telle vous l’aviez, tel vous êtes. 

- Je ne vous ai pas dit mon prénom ; je vous ai juste tendu la main et je vous ai donné ma carte pour que vous m’appelliez, espérant que vous le feriez parce que j’étais venu pour vous. Vous deviez dire mon nom et vous n’y avez pas pensé, trop accaparée par vos jours pour lesquels j’étais venu afin que vous les traversiez avec moi, ensemble, en ce rayon qui vous aime et que j’avais reconnu à des lieux lumière de votre présence. Vous ne m'avez pas reconnu. Vous le pouviez cependant. La première fois, j'étais descendu de si haut que vous n"avez pas douté de mon nom, mais la seconde fois en mon habit physique, vous ne m'avez pas reconnu dans mon habit de ciel.

- Vos seuls mots furent : « Madame, vos yeux ! Tant de souffrance en eux ! » Oui, c’était vous. Je vous avais oublié. Pardonnez-moi ! tant d'indignité en moi à votre égard ! Oh Jean ! Ô Jean ! 

- Vous vous souvenez. C’est bien, dit-il, le regard habillé de chaleur et d’Amour que, seuls, la nature, l’animal, et l’homme, témoignent des bois entrelacés. J’étais déjà venu, il y a trente trois ans, vous secourir, et vous m’aviez reconnu ce jour, pourtant aveuglée par le soleil qui dardait sa lumière de janvier à l’invisibilité du froid de l’hiver. Ne dite ce secret à personne. Sage est ma troisième visite en votre vie. Venez !

Ainsi, l’eau baignant la nature et l’écluse près de la sauge fleurie venaient de révéler à la fontaine des destinées les âmes qui ont leurs pieds baignés. Avant de quitter la rivière et ses chaloupes, ses arbres et ses fleurs, il s’inclina devant elle, puis ensemble, ils s’inclinèrent devant l’oiseau venu sur un épi de blé, s’inclinèrent ensuite devant la Nature endimanchée, resplendissante de vie, et s’inclinèrent devant la terre et ses minéraux qui brillaient pareillement au cristal enfin advenu en leurs chemin liés pour leur éternité. Il lui tendit une rose rouge qu’elle effeuilla pour que sept pétales ornent ses cheveux, tel il l’avait souhaité quatorze ans en arrière et fait trente ans avant.

BL

écrit sur la musique de Neil H from his Album Mermaid

 

Le rêve prémonitoire de Bénédicte

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Le matin était clair. Le soleil brillait haut, transformant chaque parcelle de vie en une ardeur fécondante. Le ciel indiquait clairement le chemin vers son printemps et graines levaient de la terre comme autant d'éclats d'argent se transformant en or lors son amour sanctifiant chaque champ, chaque pré, chaque goutte de rosée.

Bénédicte s'éveilla, étirant sa nuque vers l'irisation du levant qui miroitait ses rayons de cristal dans ses yeux que soleil épouse, tant les yeux aiment la lumière des matins revenus des étoiles noctambules. Elle s'étira, regarda les rayons, clignant ses yeux mouillés que l'excès de lumière baigne.

- J'ai fait un rêve étrange cette nuit, dit-elle. Un rêve qui déclare n'être pas un rêve, pourtant l'étant profondément car il est sans âge et ne dit pas sa durée. Quand je regarde l'aube se lever, miroitant son cérémonial recréé chaque jour, je me demande si mon rêve est en harmonie avec cette célébration solennelle que mes bras levés adorent de son azur triomphant.

- Qu'as-tu rêvé ? demanda sa maman.

- Le soleil se couchait sur la nuit blême hissant ses ombres froides. Les ombres rampaient entre les hommes en colère. Ils allumaient des brasiers au cœur des villes. Tout flambait. L'ombre semait sa terreur, cernant chaque être d'un halo de peur. Les hommes étaient en colère. Leur courroux était si magistral qu'ils incendiaient les villes. La nuit ne connaissait aucun répit, profilant son épouvante dans la violence. La fumée dense comme un drap de laine noire cachait la lumière du soleil et masquait la beauté des étoiles, la nuit. C'était terrible à voir. L'aube, ce matin, ne le dit pas. Elle rayonne, faisant fî des humeurs d'hommes.

- Et...que faut-il en comprendre, demanda la mère, inquiète du rêve de sa fille.

- Que les hommes connaîtront la colère au point qu'ils deviendront comme des loups apeurés, excavant chaque bonne volonté de leurs têtes devenues semblables à des gorgones affairées à cette violence. Alors... et je ne sais d'où est venue une voix forte qui transforma mon rêve en un espoir dont j'étais la prévenance et le témoin. Elle me dit «  Quand cela sera, il ne faudra pas montrer sa peur, il faudra juste avoir des couvertures ! » Elle ne dit pas, il ne faudra pas avoir peur, mais il ne faudra pas montrer sa peur. Quant aux couvertures, je me questionne, dit Bénédicte, Seront-elles pour éteindre les brasiers, pour apporter la chaleur aux corps transis, une protection de la pensée ? Je n'ai pas compris le sens. Les rêves prémonitoires comportent bien des énigmes.

Trente ans passèrent sur le rêve et Bénédicte encore y pensait, observant toujours les levers de ciel merveilleux que les matins donnent à voir, à aimer, à prendre en soi, voyant lentement, matin après matin, la haine d'hommes se lever comme d'autres continuent d'aimer.

Elle ajouta : " Beaucoup d'entre eux tomberont et face à la colère oublieront qu'ils aimaient avant que cela n'arrive. Leur colère face à tant d'inhumanité les transformera à leur tour en loups ; ils oublieront pour beaucoup d'entr'eux qu'il étaient agneaux d'entre tous quand cela sera, car l'homme se croit infaillible en ses croyances en ignorant ce que sera demain et s'ils sauront vraiment faire face à ce déferlement. Le doute les ébranlera ainsi que la peur qu'ils auront montrée dans le froid de l'âme qui n'aura rien vu venir, qu'il aura été très orgueilleux de se croire infallible.

Annihilez l'orgueil en soi et vous passerez entre les flammes !

Entendez ! "

 

Ecrit en 1991 - Longecombe - Ain -

 

Photo issue du site https://jeretiens.net/difference-entre-aube-aurore-et-crepuscule/

 

 

Une destinée est un temple

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Lorsqu'un homme (inconnu ou Guide ou Initié ) tait son identité et ne fait que laisser des suggestions sans rien confirmer ni infirmer, qu'allez-vous chercher qui il est, qui il fut ? Si il n'a pas voulu le dire, la raison en est que cela en aurait profané son être car au lieu de regarder ce qu'il fait, ce sont ses vies passées qui seraient scrutées, et un homme d'aujourd'hui n'est pas ni plus celui d'hier. Cela n'a aucune importance sauf si il le confirme lui-même pour que nul doute ne s'infiltre. S'il a voulu le silence, nous devons le respecter. Mais nous voyons à la place un acharnement à vouloir savoir sans respecter la volonté d'un tel homme qui est le seul, spirituellement, à pouvoir nous autoriser à chercher dans ses vies passées.

Exemple : pourquoi chercher physiquement en ses vies C.R.C puisque lui-même fait tout pour que nous ignorions où il est, vit, décide ? Quelles traces suivez-vous ? Là tous les cent ans, ici bas et ici haut simultanément, le seul don réel d'ubiquité de l'homme esprit incarné... 

C'est extraordinaire de chercher à  savoir qui fut qui ou quoi sans avoir trouvé ce que le chercheur lui-même est et fut dans ses vies antérieures. Un peu d'humilité serait convenable. Non ? 

N'est-ce pas là du voyeurisme plutôt qu'un réel acte de connaissance ? Un outrage à l'Entité ?

Si rien ne nous est donné, alors passons avec humilité.

A défaut, nous introduirions dans le monde spirituel des mensonges sur lesquels  le sens du commun tombera et prendra pour acquis, validant ainsi une erreur que beaucoup prendront pour vraie.  Le devoir de Connaissance a ses limites que la raison et la sagesse connaissent dans la décence et l'humilite, la morale et sa soeur l'Amour. 

Une destinée est un temple que nous n'avons pas le droit de profaner par la curiosité ou le seul désir de savoir. Le faire est une atteinte à sa liberté, à son libre-arbitre.

Nous devons  absolument ne pas subir la tentation de vouloir fouiller en une vie qui ne nous appartient pas.

J'ai entendu tant d'aberrations sur des  vies et des noms supposés, validés, au point que plus rien ne peut les défaire :

1/ " Il ne l'a pas dit mais nous savons." Ah ! Il ne leur a pas dit mais ils savent ! Oh ! cher Ahri ..  Quelle perfidie ! 

2/ " Tu n'aurais pas été, par hasard (! ) untel ?" et à l'autre, heureux d'entendre de tels propos, de valider ce qui n'a pas été vérifié. L'autre a seulement vu un crâne rasé qui lui a fait penser que l'autre a forcément été untel. Vives les crânes rasés ! C'est juste M. Orgueil qui a fonctionné  à merveille. Luci et Ahri d'un commun accord. 

3/ " Mais pourquoi ne pas le dire si tu le sais ? Se taire est un manquement à la vie de l'esprit ! " Lucifer vs Ahri à l'oeuvre ! le beau combat !

Stupéfiant d'irréalisme. Un sentiment de vérité n'est pas de la clairvoyance. Coucou Luci ! Encore Toi ! 

Apprenons d'abord à nous connaître ! Et, je jure que c'est un acte très diificile. 

BLJ

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Antonio_del_Pollaiolo_-_Ercole_e_l%27Idra_e_Ercole_e_Anteo_-_Google_Art_Project.jpg?uselang=fr

 

La source et la gourde

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Paintings by Polish painter Mariusz Lewandowski (born 1960, Działdowo). @mariusz_lewandowskiart

Si quelqu’un a soif et nous rencontre en chemin porteur à la ceinture d’une gourde nous demandant de l’eau à boire ou se laver les pieds endoloris et que l’homme porteur de la gourde lui répond : « Elle est à sept lieues de toi et douze pas de mes pas. Trop long est le chemin, je ne peux pas t’aider ; tu n’es pas mûr pour ce chemin. » Et la lui refuse.

L’homme ayant demandé l’eau de la gourde repart sans avoir bu, la soif le tenaillant.

Le porteur de la gourde ayant refusé de désaltérer l’homme venu fait douze pas sur sept lieues, seul, enseveli en son orgueil. Car telle était sa mission dans la rencontre : permettre à l’autre de se désaltérer à la source qui n’avait pas désaltéré son propre cœur.

Qui a manqué quoi ?

La source malgré l’effort demandé dans la question posée de la soif ardente ?

Le sens de la parole tue et désertée ?

Les deux car l’eau puisée à la source engendre la volonté de faire douze pas sur sept lieues sans que nous ne restions figés à la même place, inerte et sans actes.

Le premier a trouvé la source ailleurs lors d’une autre rencontre et s’y désaltère.

Le porteur de la gourde œuvre et avance toujours seul, stérile et vide de cœur, malgré qu’il ait appris que celui qui avait soif ait trouvé la source sans lui.

Il dit alors : « Non, vraiment, tu n’étais pas mûr. Cela aurait été dangereux pour toi. Je t’ai protégé du pire. » manifestant ainsi sa colère rentrée de s’être démis de sa mission, que l’autre ait trouvé le chemin sans lui , et aussi de continuer à cultiver l’orgueil plutôt que la rose.

L’eau de la gourde du second non partagée n'est  plus que source tarie.

L’eau de la gourde devenue source dont le premier est le vrai porteur, demandée en quête de connaissances, désaltère une vie entière. Elle est l’éternité, devenue l'amie et l'humble serviteur des Guides.

Ne refusez jamais la source à qui la demande car la source n'est jamais un danger. Elle est vie et liberté, témoignage et courage. Ne choisissez jamais qui peut la recevoir. Ceci n'est nullement en votre pouvoir de décision et de jugement. Que recevrez-vous pour avoir refusé la source . Une pierre ou de l'eau ?

BLJ

Fil RSS des articles de cette catégorie