Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Le Crédo prosterné

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

N’y a-t-il de miracle que le miracle est une illusion,

car il n’existe que par la foi née de la connaissance

sans laquelle nos cœurs embrasés, chauds tels l’été,

mourraient d’insolence si l’hiver ne l’avait pas précédé.

 

Soulever une montagne portée au creux de l’esprit,

non pas dans l’idée, mais portée dans la pensée,

et cœur illumine le sens de la pierre vivante

devenue dans la main le fruit du Credo prosterné,

 

car prosterné est-il, sur terre chaque seconde,

quand mains se joignent, quand vie nous aime,

et même sacrifié dans l’inconscience se révèle

puissant de forces, qu’il s’engendre toujours seul.

 

Si miracle il y a, si l’inespéré devient espérance,

malgré que tout dessinerait l’impossible espoir,

un être pour vous prie et le ciel s’allume,

brillant de ses étoiles mises à nos services.

 

Si tous les oiseaux de la terre viennent en vos mains

picorer le grain car voyant votre aether tel des éclairs,

en vos yeux illuminer leurs êtres, en cœur, l’amour,

alors naît au monde la vérité que la liberté crée.

 

Des Mystères qui sont nombreux et que foi allume,

pourtant non Initié, mais de peine initiée à leur sacre,

portons et redonnons aux cœurs humbles ordinaires

l’avènement qui nous a levé et grandi, pour qu’ils voient.

 

Toute lumière sous le boisseau, ou gardée en son sein,

est appelée à s’éteindre malgré les bonnes volontés ;

que nul ne se la garde sans la partager d’élans

que l’innocence appelle de ses vœux .

 

Qu’importe qu’il y ait des élus en ce monde

si ces élus rien ne partagent avec les plébéiens,

car d’un chemin s’éclairent les feuilles défuntes

jonchant le sol, libérant leur être de clarté.

 

Là est le miracle, rien que là, lorsque nous disons :

Lève-toi montagne ! Transfigure la mort !

que cet homme cher aux membres brisés

se relève par l’action priée, tenue jusqu’à sa relève.

 

Et qui n’a pas vu le papillon renaître d’un grand feu

ignore que l’image gravée en la destinée est vie,

donnée au futur ensemencé d’initiation au seuil,

que la lumière ayant Nom rayonne d’embrasement.

 

" Connais toi toi-même

et tu connaîtras le ciel et les  dieux"

 

"L'école d'Athènes " de raphaël - Vatican dans la Chambre des signatures -

 

νῶθι σεαυτόν

*Socrate temple de Delphes

Ne cherchez pas la rime ni l'arithmétique dans cet écrit car il est né d'une impulsion dans laquelle la pensée allait si promptement que le faire aurait été la perte de ce texte.

 

J'ai allumé...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

J’ai allumé trois bougies pour la misère,

aussi allumées pour la plus belle des fleurs

que la vie féconde, pour elle, en sa chaleur,

aux secrets, en mon cœur, tus, du Mouzon sa rivière.

 

J’ai allumé trois flammes pour l’accompagner,

pour trois jours de retrouvailles avec la Source

qu’elle peut contempler à cette heure douce,

dans l’infini Amour qui la reçoit bien-née.

 

J’ai allumé trois lumières, offert trois clartés,

dans la prière que la foi en l’autre a bercé ;

Deux jours pleins, bientôt trois nuits a prié,

pour les secrets confiés que la mort a libéré.

 

J’ai animé trois belles espérances que le Verbe envole

pour sa vie prochaine que l’Ange façonne déjà de vie,

trois saintes paroles en les divines Hiérarchies,

et elle est là, devant moi, moi l’humble parole.

 

Tableau fait avec mon petit-fils 

 

Vingt et un mille jours

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

https://fr.123rf.com/portfolio/kevron2001/6.html

 

Quel est cet embarras incompris

qui me lancine l’âme et l’esprit ?

Ce mal-être terrible in-saisi

qui burine mes matins maudits ?

 

Vingt et un mille jours d’affreux heurts,

deux-cents-cinquante-mille, tant d’heures,

coiffant le chagrin et sa douleur,

chaque jour ranimés en ses pleurs.

 

Quel est ce sentiment déchirant

arborant mes sanglots défaillants

trempés dans le sépulcre m’aimant

que de nuit je verse, me frappant ?

 

Plusieurs vies, tant de destins,

tant de jours, de nuits, de matins,

sondant l’impossible venin

qui a obscurci mon jardin.

 

Quel est cet insondé dimanche

à l’oubliée mémoire franche

voyant la douleur sur ma branche

qui, rien, ne voit lors mes nuits blanches ?

 

Tant de leçons reçues l’âme vide

qui se disent depuis Atlantide,

ne voyant pas mon chemin livide.

Qu’ai-je ouïe de l’esprit limpide ?

 

LA DAME AU MANTEAU EN CACHEMIRE.

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau de Michel Garnier 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Garnier

 

Par un bel après-midi d'automne, une femme fière de sa bonté dit : «  Tous les jours, lorsque je vais faire mes courses, je donne une pièce à un clochard assis au coin de la rue. »

La dame était aisée et n'avait pas eu le besoin de travailler pour sustenter sa progéniture. Aussi s'émerveillait-elle lorsqu'elle donnait l'aumône à quelques uns, quelques unes, terriblement dans le besoin, mais de ces besoins qu'elle n'avait jamais connus, pas même la plus petite parcelle des yeux qui implorent sans le montrer vraiment, parce que le besoin ne se dit pas. Après tout, ne se voit-il pas ? Parfois ne se devine pas.

L'après-midi était superbe, et tout semblait paisible dans le beau quartier, que seuls les gens habillés de cachemire, de soie et de beau cuir, habitent. Cependant, existait un clochard, pas très loin, un peu en retrait du beau quartier, car habiter un trottoir pavé de belles pierres ne se fait pas.

La dame aimait Victor Hugo, Léon Tolstoi, tant d'autres, parce qu'ils décrivaient cette misère qui fait pleurer le soir avant de s'endormir sous de beaux draps, dans une vaste chambre, afin d'avoir bonne conscience et de dire que l'on comprend l'infortune. Ah ! Les grands auteurs ! s'ils n'étaient pas là, que comprendraient les petits bourgeois, les grands aussi,  sur l'adversité et ses combats de tous les jours ? Peu ! Rien !

On allait, là, à l'église, toujours heureux de dire que le clochard du coin était béni de sa pièce quotidienne et qu'il pouvait au moins se sustenter d'un bon quart de vin, à défaut d'avoir un vrai repas, mais elle avait donné sa pièce, histoire de s'endormir avec une belle prière :

«  Vois, Seigneur, tout le bien que je fais ! » Le prêtre, aussi, trouvait la dame forte de bonté. Toujours calme, souvent calme, pouvant perdre son calme.

Tous étaient admiratifs jusqu'au moment où elle lâcha un rire, s'esclaffant d'un «  J'ai au moins -MON- clochard ! Celui-là me suffit ! »

La petite assemblée poussa un oh ! sans qu'on sut si c'était admiration ou écoeurement, quand un adolescent dit :

«  J'aimerais bien faire de l'équitation, mais je n'ai aucun moyen pour en faire ! » L'adolescent étaient de ceux qui n'ont rien, ou si peu, qu'ils donnent une pièce glanée difficilement, à un homme dans le besoin, sans le dire à personne.

La dame répondit à l'adolescent : «  C'est bien d'avoir des rêves, ils font vivre, et même si tu ne peux jamais les réaliser, ils te feront vivre parce que tu espéreras toujours et que sans espérance, tu ne seras rien. 

«  Quoi ? cria l'adolescent. C'est tout ce que vous avez à dire ? »

La dame perdit son calme et hurla vers son époux : « Martin ! Tu entends ce que cet adolescent me dit ? Je serais une infâme mégère ! » chose qui n'avait pas été formulée !

La dame avait juste su crier ce qu'elle savait d'elle, c'est à dire qu'elle était une mégère.

Le lendemain, c'était dimanche, c'était encore une très belle journée ensoleillée, elle alla à la messe avec son époux , heureuse d'avoir entendu un superbe passage des Evangiles. Etait-ce saint Mathieu 19-16/30 ? Elle alla donner sa pièce au clochard, allant chercher son pain, tout en disant à l'adolescent qui n'allait pas à la messe, mais qui donnait -de temps en temps- une pièce à n'importe qui d'assis sur un carton humide, le veston mangé par les mites, sans rien dire : Vois-tu ! plutôt que de me croire mégère, tu devrais aller entendre ces belles paroles ; tu n'en deviendrais que meilleur, et tu comprendrais que l'espoir est un aliment.

Elle avait dit aliment comme on dit : je n'ai plus faim, j'ai assez mangé, pendant que d'autres meurent vraiment de faim.

L'adolescent n'avait pas treize ans.

La dame enleva son manteau en cachemire, et l'adolescent remis son pull-over pour ne plus jamais revenir.

 

 

 

Vendredi

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Tableau acrylique Béatrice Lukomski-Joly

 

C'était hier ; et demain est venu au présent,

Racontant son histoire pour un passé vivant ;

Rien n'a vieilli ; tout est là ; tout se mêle ; les ans,

Les siècles, nos vies, tous ces pas nous reliant !

 

Partie, la vie revient, son sac lourd d'offrandes ;

Une voix ; la joie ; se retrouver ; rien n'a vieilli.

Un enfant, un navire, un poème, une pluie,

Tout avance ! Ma mémoire révèle l'amande..

 

Les douleurs s'amenuisent ; les plaies se défont,

Mon cœur est allé fendre la nuit ; c'est vendredi.

Vénus chuchote : en ce jour où si peu pense, je te le dis,

Vois la volonté des enfers qui meurent. Prions !

 

Mon cœur a fendu la nuit ; la nuit parle et luit.

La lune a brillé ; le soleil attend son heure.

Mon dos plie sous la charge ; je pleure.

Il me dit : viens ! Suis-moi ! dès aujourd’hui !

 

Je prends demain dans mille étoiles se levant ;

C'est vendredi ; vendredi est long ; je meurs.

Avec vous, pour vous, je vais, plié de sueur ;

Je marche ; le bois crisse d'un pas du vent.

 

Je chute ; j'ai peur ; pas cette heure ! Vois !

Fleurs baignent dans l'éclipse ; le monde est muet.

Ma mère gîte avec moi ; vivre d'un grain de millet !

La vie coule d' abondance neuve. Vois !

 

Bras en croix, épaules fatiguées, mains percées,

Pieds épousés, je regarde le monde ; entends !

Chacun s'affaire pour mon calice ; Ô, Jean !

Terre devient ; je la foule, les genoux pliés.

 

Tout se tait ; oiseaux ne chantent plus ; je meurs.

Sept cors vibrent ; sept étoiles disent ma parole ;

Neuf mondes s'ouvrent ; d'ailes nouvelles volent

Cent pauvres hères ; douze devient onze ; demeure !

 

Lymphe et nectar ! Roses à leurs pétales s'ouvrent ;

Colombe chante dans le tourment ; J'ai soif.

Meurt le vin ! L'eau afflue ; terre me coiffe.

Et dans la main gémit une épine qui me couvre.

 

C'est vendredi. Lilas baissent leurs branches.

Source vive descend du tertre douloureux.

Corde se balance au pied des buis malheureux ;

C'est vendredi ; et Terre m'épouse d'une pervenche.

 

Wagner/Liszt - Feierlicher Marsch zum heiligen Graal aus "Parsifal", S.450 1/2

Fil RSS des articles de ce mot clé