Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Je vous demande pardon

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais menti,

Je sais, ce fut difficile pour vous,

je n’ai pas su vous gratter dans le sens que vous attendiez,

vous offrir des compliments mensongers, ni su flatter votre orgueil.

Je vous demande pardon d’avoir été toujours honnête.

 

Je vous demande pardon d’avoir été moi-même,

sans fausseté, avec beaucoup de morale

que vous n’avez pas pu supporter.

 

Je vous demande pardon d’avoir aimé,

vous et les autres, les fleurs et les animaux,

les cailloux aussi si chers à mon regard.

Je vous demande pardon d’avoir aimé,

ni trop peu, ni passionnément, je n’ai pas su,

juste aimer est ma vérité.

Heureux êtes-vous de ne pas voir la Divinité

car que supporteriez-vous de Son Amour si vous le perceviez ?

Lui diriez-vous qu’elle est envahissante ?

Je vous demande pardon d’aimer, vous et les autres.

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais épousé l’hypocrisie,

fière d’avoir été de la franchise le drapeau,

l’étendard aussi, la devise et le chemin,

quand bien même, vous ne l’avez pas supporté,

mais je ne vous demande pas pardon

d’avoir été et d’avoir manifesté la morale.

 

Je vous demande pardon d’avoir été la patience,

le silence aussi quand vous criiez, vous mentiez,

préfériez le mensonge, la haine et le mal.

Puis de partir quand la haine si forte pose un obstacle

que vous aimez voir et vous servir, mais pas moi.

 

Je vous demande pardon de n’avoir jamais volé

ni autrui, ni le monde, ni l’humanité ;

d’avoir aimé les autres et vous, plus que moi-même,

de ne pas m’être vue pour tous vous voir

et aussi vous guérir dans la majesté de la morale,

de la pitié, de la compassion, de l’amour,

qui ont rendu mes os transparents

et mon cœur enrichi à Son calice.

 

Pleurez, priez, aimez

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

 Tableau d'Albrecht Durer "Mains en prière", dessin à la plume (vers 1508).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Albrecht_D%C3%BCrer


 

Priez

quand une triste pensée surgit,

priez

quand l’âme, d’une ombre, se ternit.

 

Priez

afin que silence et repos règnent,

Priez

chaque heure que forces sombres craignent.

 

Priez,

dénouez l’offense dans la grâce.

Priez

le frère devant la sainte Face.

 

Priez

d’harmonie avec votre semblable.

Priez

la Trinité pour contrer le diable.

 

Pardonnez

lorsque nul n’implore le pardon.

Graciez

la langue lovée dans le chardon.

 

Pleurez

sur l’offense endurée nébuleuse.

Pleurez,

les larmes lustrent, religieuses.

 

Priez

toutes secondes en vos journées.

Priez,

Fils prie pour nos pensées ruinées.

 

Aimez

le chant guérissant de la prière.

Aimez

chacun consacré dans la prière.

 

Joignez

les mains élevées vers l’azur bleu

Hissez

le cœur au Firmament de Ses yeux.

 

 

Les clefs du coeur

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

Illustration auteur inconnu : enseigne alsacienne "Liberté - égalité - fraternité"

1792. Freiheit Gleichheit Brüderlichk(eit) od(er) Tod "

 

Est-ce la nuit tombant sur le jour, l'alitant,

Jouant de l'oliphant à pleins cris époumonés,

Où le jour se levant sur la nuit, vaillant,

Donnant pouvoir aux hommes de fierté ?

 

Le devoir d'être ; libres, égaux, fraternels.

Libres ! au soleil se levant sur la nuit,

Nuit dont le mystère est moins grand que l'Eternel,

Malgré sa robe cousue d'étoiles qui fleurit.

 

Nuit solaire va son chemin de lumière,

Quand consciences se réclament de la clarté ;

Et si battues d'ombres filantes entières,

L'apparence ne peut rien contre la vérité.

 

Hommes ne rêvent plus, ne dorment plus,

Laissant le sommeil à la nuit et ses rêves ;

Et réclamant leur part d'heures absolues,

Ils extraient de vœux la sève qui se lève.

 

Regardant le deuil qu'engendre la volonté,

Au crépuscule se séparent les bons pour le levain,

Et à l'heure ou dansent les daemons des cruautés,

Prennent leur temps pour lever de la mie le pain.

 

Forces sombres s'agitent, s'enroulant d'un linceul,

Qui espérant les pensées les plus nobles, rient,

S'esbroufant à tromper le monde de notre aïeul,

Pour voir se taire les voix criant contre la barbarie.

 

En faut-il des heures massées d'usure, au lointain,

Pour qu'enfin hommes s'éveillent, loin de la toile,

Qu'araignées auraient bien voulu pour leur festin

Qui ne laissera rien d'englué sur le pavé royal.

 

Liberté, égalité, fraternité sont les clefs du cœur

Qui veut aimer sans plus être piétiné ;

Elles sont la vérité des hommes pour un seul chœur

Chantant sous la pluie, sur le goudron fossilisé.

 

Novembre, décembre 2018

Ne jugez pas...

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Jamais ne jugez aucun homme, car dans une vie, il naît génie ; dans une autre, il naît mécréant.

Le génie nait sur une somme de qualités qu'il doit aboutir en une œuvre magistrale avant de renaître dans la somme de défauts qu'il porte encore et doit parfaire.

Nous ignorons qui, des génies, nous avons en face de nous dans les mécréants et des mécréants, les futurs génies, ou ayant été un génie.

Qui des initiés sont nés une vie pour guider ou dans une autre vie né exclusivement pour souffrir ?

Il n'y a pas plus juste parole que celle de ne pas juger son prochain et d'aimer comme cause et conséquence de soi.

Tout jugement condamne celui qui le prononce et non celui qui en est la victime.

Pour quelle raison, aimeriez-vous davantage un génie qu'un mécréant ?

Ne sont-ils pas un et un seul dans le temps ?

BLJ

Fil RSS des articles de ce mot clé