Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

La porte fermée

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 

 

Toutes illustrations de Frederique Lord Leighton 1830-1896

 https://fr.wikipedia.org/wiki/Frederic_Leighton

 

Encore une femme aux allures défaites !

Encore ce cri qui a déchiré la chambre sombre !

Encore ces sanglots entre deux douleurs dantesques !

 

Encore cette femme dévorée par le crabe !

Encore cette douleur abyssale des os rongés !

Encore des larmes pullulant sur un visage livide !

 

Encore ce hurlement dans un lit blanc !

Encore un visage qui s'éteint !

Encore un souffle qui meurt !

Encore des yeux qui ne pensent plus qu'à partir,

La main accrochée à la mienne !

 

 

Encore cette terreur de la douleur

Qui n'en finit pas de se dire !

Encore la tristesse sur les draps vierges des sans lendemains !

Encore attendre avec elle que sa douleur soit secourue !

 

Puis, l'infirmière dans sa blouse jaune comme un soleil !

Puis, c'est l'infirmière qui a mal pour la femme aux lourds cris !

Puis, c'est l'ombre qui se dessine sur la blouse jaune !

 

Elle a tant crié, tant pleuré, tant secoué le silence,

Que les rideaux ont volé dans l'air sans remous,

Que les murs ont mémorisé sa terreur de la douleur !

 

Elle a fait silence, elle a arraché ma main sur le drap blanc.

Elle m'a regardée comme on regarde une amie de longue date.

Elle a dit «  Je meurs, c'est la fin !

Je n'ai pas assez aimé dans la vie ! »

 

Encore ce cri qui lacère l'espace ;

Ce cri intenable des maux innénarables, 

Que rien n'a soulagé, sinon un peu de morphine !

C'est l'infirmière mettant le comprimé antalgique sous la langue !

 

Puis, comme un prêtre donnerait une hostie un dimanche,

Elle a touché le front en sueur, donnant le divin nectar

Qui apaise le cri et le sanglot sous le déchirement du corps !

 

Elle a dormi, enfin dormi, les os moins douloureux !

Les yeux un peu rassurés, la peau toujours moite !

Les doigts cramponnés encore au suaire blanc !

 

Et l'infirmière quitte la chambre, laissant le lit plein de détresse !

Et l'infirmière est partie rassurée, un peu, à peine !

Juste un peu, de la laisser sans douleur aiguë !

 

Encore ce cri dans l'angoisse de n'avoir pas assez aimé !

Encore ce regret d'une vie inachevée d'amour

Qui plie sous le poids du crabe envahissant, sans pitié !

 

Des gestes d'urgence, des pas qui courent plus vite que le vent !

Une équipe se mobilise avec elle pour sécher les larmes,

Pour faire taire le cri ! Enfin ! elle dit le calme.

 

Oh ! comment rentrer après une journée emplie de bruit ?

Comment trouver le sommeil, ses yeux en mémoire ?

Le quotidien d'une blouse blanche devenue jaune !

 

Au-revoir Madame ! mes dames et hommes de certains jours !

Je rentre un peu défaite, un peu abasourdie,

Terriblement calcinée par le feu des cri entendus !

 

Ne dites rien ! n'ajoutez rien ! cette souffrance !

« Vous êtes une chouette femme » a-t-elle murmuré, les yeux tristes !

"Vous ai-je assez aimé, Madame ?"

 

Encore ce cri sur une porte fermée calfeutrée !

Encore ces sanglots qui me burinent le cœur !

Encore ce regret de n'avoir pas assez donné dans une vie !

 

Pendant ce  temps que d'autres ignorent,

Sinon les blouses jaunes soudées  comme les rayons au soleil,

Malgré la pluie, les nuages, et les beaux jours, seules elles savent !

 

Savent ce qu'une feuille de papier ne peut raconter !

Moins encore un ordinateur et ses logiciels !

Là où l'empathie déserte à cause du pire !

 

 

 

http://beatrice-lukomski-joly.copyright01.com/

https://www.facebook.com/beatricelukomskijoly/

 

 

Aucun poème ne peut être interprété  sans avoir demandé au préalable au poète ce qu'il a voulu dire.

Si des poètes et écrivains trépassés, nous interprétions, sans connaître la biographie du poète, sans connaître sa pensée défendue, nous aurions assurément tout faux.

Les commentaires sont fermés et j'en suis désolée, mais après un grand nombre d'attaques écrites, anonymes ou non, j'ai dû  fermer cette section.

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite

Béatrice Lukomski

 

Livres publiés :

1 / Âmes amères - chez GABRIEL LARDANT Hauteville-Lompnes Ain 1984  - épuisé - 

https://booknode.com/ames_ameres_0991345

2 / Le Génie - Théâtre-  chez GABRIEL LARDANT Hauteville-Lompnes Ain  1990 - épuisé -  Aujourd'hui Livre d'art, de collection.

https://booknode.com/le_genie_02246894

3 / Poèmes solaires, poèmes lunaires - Aux éditions du Bord du Lot 2017

http://www.bordulot.fr/detail-poemes-lunaires-poemes-solaires-256.html 

4 / Le sentier - Roman - 2019

5 / Lumière et ténèbres - Poèmes, Conte,  Nouvelles -2020

6 / La table dressée et le Roi - Conte - 2021

7 / En l'an trente-trois de mon âge - poèmes et prose - 2022

Ici :  https://www.amazon.fr/B%C3%A9atrice-Lukomski-Joly/e/B07VKNFDFT?ref_=dbs_p_pbk_r00_abau_000000

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article