Béatrice Lukomski-Joly


Ma page Facebook Ma page Facebook

Sire Jean de Joinville

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

à son saint Roy

 

Fuyez ombres d'étranglements sans traces

Qu'en vos mains rien ne dérange, à mon âme si lasse,

Qu'aux rênes des harnais tenus sans vergetures,

Mes mains souffrent de plus de talents que de pâture !

 

Mon cheval est allé par mille terres guerroyer,

Aux armures lourdes chevauchées l'épée a tournoyé.

Dans l'air des salves au feu grégeois, ma tente a flambé.

Nous n'avions rien vu de tel au feu des enjambées.

 

Des jours de lutte, aux blessures frappées dans le sable,

J'ai combattu l'hydre, l'âme plus armurée que mon râble ;

Pugnace et sans peur, j'ai lutté contre l'oiseau noir,

Quand notre ciel s'obscurcit en ce terrible soir.

 

Pour Lui, mon Roy, au manteau bleu azur du lys,

J'ai arpenté les déserts, pris la route depuis Senlis ;

Aux sables riches de vipères rampantes,

J'ai levé le mord de mes juments titubantes.

 

 

Le désert a assailli le camp, et le camp a sombré.

Blessé, j'ai pansé mon cheval avant mes côtes fêlées,

Bien que mon surcôt finement tissé d'or et de bleu roi,

Sous la cotte de mailles argentée ait été lourd en poids.

Lui et moi au cachot, sous un ciel de tempérance,

J'ai mandé le coffre du saint trésor pour sa délivrance.

Respectés des Sarrasins pour un tel amour sans faille,

Toujours, fûmes reçus en rois, jamais en parias de mailles.

 

Il était beau ; il était grand, la chaîne fine des flagellations

Accrochée à sa main ivoire, il pensait mériter cette punition.

Quand au cachot, sans titre et la robe de lin reconnue,

Il essuya mes plaies d'un pan de sa chainse tenue.

 

Quand au retour, la nef Montjoie nous portât religieux,

Portant le souvenir de la sainte ceinture de Dieu,

Chacun, silencieux, sur mer houleuse, priait  cette offrande,

Avec Marguerite portant l'enfant que Blanche ne connut pas.

 

Dans la nef de la cathédrale de Sens, porteurs sacrés et adoubés,

De la vénérée église de Villeneuve l'Archevêque, parée d'abbés,

Je vécus avec lui la lumière des très saints vœux réalisés,

Remontant l'Yonne* vers la belle Lutèce adorée, sous les alizés.

 

Jehan n'en a jamais rien dit, l'obligé humilité à ses deux rois*.

Aux rênes des harnais, ayant arraché la peau sous nos soies,

Aux chevaux, noble amis, arrachés à nos amours par les lances,

J'attends encore mon cheval, car rien ne ramènera sa vaillance !

 

Reconstitution de l'armure et des armoiries de Sire Jean de Joinville à  l'auditoire de Joinville Haute Marne

* Deux rois : Louis et le Christ

 

*Pourquoi l'Yonne et non la Seine ? parce que tous ces lieux longent la rivière d'Yonne et que nous savons maintenant grâce aux images satellite que c'est réellement l'Yonne qui coule à Paris. La Seine étant une appelation contrôlée, le doux nom de Seine est resté.

 

La ville de Joinville, Haute Marne, possède depuis le XIIIème siècle, en l'église de Notre-Dame, un véritable trésor, la Sainte Ceinture Saint Joseph, qui fut ramenée de la Croisade par Saint Louis et donnée au Sire de Joinville, Jean.

http://www.ecrivains-haute-marne.com/route_70.php

https://books.google.fr/books?id=e5h3kv_lAHYC&pg=PA78&hl=fr&source=gbs_toc_r&cad=4#v=onepage&q&f=false

 

La profondeur du jour

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

 Rembrandt  "Sainte famille"  https://fr.wikipedia.org/wiki/Rembrandt

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_tableaux_de_Rembrandt

 

Quand le regard divin m'emportant au large,

Berce les destinées au rivage des vies en marge,

Qu'enfants ornent d'espoir, et que fleurs relèvent,

Je pense le monde et la philosophie qui se lève.

 

Et jamais ne doutons que la beauté des natures d'or

Est à la terre le message de l'automne en réconfort,

Quand se lève au loin l'étoile arrivant scintillante

Que saisons murmurent à décembre, bienveillantes.

 

Quand la claire vision des nuées s'ouvre sur l'azur,

Caché de firmament mouillé de froidure obscure,

C'est le long manteau bleu des rois scrutant le ciel,

Qui anime sa traîne mariale, vers l'éclat du futur.

 

Et jamais ne doutons que l'homme est le nectar,

De la vigne est le fruit, des horizons est la tiare,

Veillant le torrent des multitudes allant en chemin,

Qu'abondance de cœur aimant, réclame de l'Humain.

 

Quand le soir relie les étoiles, après le labeur du jour,

Pour qu'hommes cueillent à la lumière de l'amour

La parure du voile qui se brode avec forte sagesse,

C'est le lever des regards qui accompagne sa liesse.

 

Et jamais ne doutons des valeurs quand le doute vient,

Car il n'y a de plus grande joie quand à la nuit qui vient,

Nous apprenons qu'elle apporte la profondeur du jour,

Et que nous allons, sereinement, le sceptre en secours.

 

 

Sommeil conscient -2-

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Peinture du peintre Rassouli

http://www.rassouli.com/bio.htm

http://www.rassouli.com/galleries.htm

 

Le sommeil semblait lourd.

La nuit dormait aux astres assoupis,

Quand  je me vis voler

Au lointain de mes pensées,

Aux pensées de vie m'habiller,

Telle une étoile.

 

Là,

En promenade,

Dans la magnifique contrée astrale,

Et au-delà, 

Volant vite,

Je fredonnai, consciente,

Mes imperfections,

Ma volonté, 

L'Amour, 

Les ayant sous les bras

Comme un bagage offert.

 

Sous les pieds des ondes,

Je ne vis ni Anges en repli,

Ni de célestes étoiles

Sous leur firmament ondulant;

Ni Archanges,

Ni Archés aux doux tremplins

D'une espérance en devenir,

Que les ailes de tous créaient mon chemin,

Me laissant libre d'être.

 

Seule la lumière volait

Tout alentour,

Engrangeant mes demandes,

Accomplissant le pardon des voeux,  

Soumis aux aléas du temps.

 

Je volais seule,

Dans la lumière rafraîchissante,

Aux déliés des pensées.

La lumière s'écarta,

S'habita de Son Être qui me reçut,

Me regardant avec amour ,

Offrant l'amour, le déversant .

J'étais dedans,

Une fois encore,

Consciente de son être,

Quand Il apparut pleinement,

Le sourire du Père qui aime,

Le Dieu des destinées qui le choisissent,

Le Dieu fait homme.

Que ma mémoire à ses paroles

N'enleva pas la joie,

La joie immense d'être  consolée,

D'être regardée.

 

Je comprenais:

"Tu as vu l'autre, et tu lui as dit non !

Tu as choisi et tu as souffert,

Je te reconnais, Viens !

A la Rose tu as reconnu le levain

Des pistils au calice.

Et, aux épines

Que le venin du serpent

Sous  sa gorge terrible,

Aux mots enjoliveurs,

T'ont défiée,

Un soir de pleine lune,

Tentatrice puis en attaque

Tu dis non !"

 

La lumière

Et son Être disparurent,

Me laissant au réveil,

Du sommeil 

Comme d'un sommeil

Qui n'était que légèreté,

D'où le voile était levé.

 

Je L'avais  revu;

Il consolida mes étaits.

J'avais volé si haut que Le voir ,

Le vivre dans cet immense amour,

Qui n'a pas de verbes

Pour décrire la puissance du Verbe

Me fut la merveilleuse confirmation

Dans le bâptème renouvelé.

 

Il me dit:

"A quoi me reconnaîtras-tu

Quand du soleil, tu ne seras pas loin ,

De Ma Face et de celle de l'ange de lumière?"

 

Je répondis:

" Au Christ Roi seul

Appartient l"amour

Dans la lumière ."

 

Il me dit :

" Tu as pensé Mon Union,

À la terre, au Dieu morcelé,

Tu as reconnu mon double sacrifice"

 

Je répondis:

" Il ne peut y avoir eu le sacrifice du Père 

Sans que le Fils ne lui rende hommage;

À chaque brin de Nature qui L'habite,

Tu l'as rejoint Le faisant Ton corps, 

Né de l'Esprit engendré par le Père,

 

Tu as voulu rédempter,

Non seulement l'Homme,

Mais Ton Père sacrifié dan sa création !

C'est tout cela la vérité du Graal

Que les Hommes ignorent ."

 

Les oiseaux

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

LES OISEAUX DE L'HIVER

 

tous tableaux de http://licornamuseum.over-blog.com/1965/06/nizovtsev-viktor-1965.html

http://www.mcbridegallery.com/nizovtsev.html

 

Bientôt, nous reverrons les soleils flamboyants

Qu'hivers enfantent, en prenant leur temps,

Et de février, qu'arbres alanguis attendent,

Les joyaux de l'été préparent leurs offrandes.


Rien ne ressemble plus aux ténèbres, rien !

Que mars a voulu sans discorde, ni vêpres ; rien !

Quand de nos pas nous avons foulé son sol,

Nous, les égarés insensés, enfin voyons les lucioles !


Février rend à l'hiver le cœur de son règne,

Honorant sa parole d'une plume de paon qui se baigne.

Un nuage grisé-bleu se dissout sans laisser d'ombre

Et dans sa lumière, nous révèle sa pénombre.


Être au cœur de sa royauté  ! Vivre au Panthéon  !

Sur son trône puissant, il va de claires visions

Que les oiseaux absorbent du vert rameau,

Révélant enfin le secret des blancs manteaux.

 


 

Âmes délaissées, promeneurs livides, badauds !

Que ne voyez-vous la parure des blancs crédos

Que ruisseaux chantent, soirs et matins, nuits et jours,

Sans lassitude, sans trahison aux ailes de leurs atours.


Et février a murmuré à l'hiver, son solstice accompli,

Et février a dit à la colombe de commencer son nid.

 

Sans témoin, sinon le temps qui le secourt sous sa terre,

Il a dit sa flamme vive, son solstice d'été dans l'éther !


Quand l'hiver est venu, sombre, pourtant de lumière,

Quel oiseau a chanté la naissance de sa neige ouvrière ?

A-t-il manqué de grains que ciel offre en abondance ?

A-t-il cessé de fredonner les levers du matin d'alliance ?

 


Vous dirais-je l'heure de leur plain-chant dans la nuit 

Quand toujours abrités de soleil, ils chantent à minuit,

Et qu'au Phoenix ils inclinent solennellement la tête

Une heure avant que l'émeraude ourle l'horizon des poètes ?

 

Et le vent a pris sa trompette pour jouer son février.

Aux langueurs des retours du printemps des fées,

Il a entamé la symphonie des seuils mesurés

Que les arbres ont vu de leurs bras levés, transfigurés.


Que viennent les soleils flamboyants, demain, signes,

Parce que je les aurais vus portés par les blancs cygnes

Qui auront reçu la métamorphose d'un des leurs en Phoenix.

Et février adore ses étoiles pour la venue de son hélix.


Et la mort que l'hiver aimerait faire croire outrage et abus

N'est plus qu'une confusion qu'hommes n'ont pas crue,

Car de parole d'oiseau en plein vol, l'ange a bu la vie

Sans qu'un battement d'ailes n'ait révélé sa philosophie.

 


Bénissons maître hiver qui point n'a de grisaille,

Quand son froid enveloppe nos étés d'épousailles !

Sans hiver, point d'été ; sans été, point d'hiver !

Comme j'aime février annonçant le chant des piverts !


Les oiseaux de février s'en sont doucement allés,

Libres dans le vent, libres dans le bois de nos allées ,

Laissant leurs vols aux branches que le temps broie,

Sans que bourgeons n'aient à souffrir du froid.

 

 

LES OISEAUX DE PÂQUES


Les oiseaux de mars ont vu les abeilles se réveiller

Quand d'avril, ils ont rappelé à la vie les fleurs de cerisiers.

Naître ! des saisons pour aimer à l'infini le printemps !

Mars n'a pas fait ombrage à l'hiver, ni au temps.


Voilà qu'ils sont à l'âme la fleur des renouveaux !

Voilà que la terre s'éveille au printemps des oiseaux !

Voilà que le ciel dit au monde sa ferveur des nuances !

Voilà le chant de la terre que le soleil crée de confiance !


Il n'y eut que la chrysalide des papillons pour bénir.

Éclosion des verts babils au chœur des natures ! Éblouir !

Les oiseaux d'avril ont reçu, des ailes de l'hiver,

Le sein des étoiles qui n'a pas eu à rougir du calvaire.

Les bras pleins des bouquets qui adviennent, recueillis,

Parce que seuls les oiseaux parlent la langue de l'Esprit,

Ils ont témoigné des ruisseaux désaltérant les cœurs ouverts,

Quand la terre engrange la chaleur de la vie. Et roses révèlent l'hiver !

 

 


 

La mélodie naît des oiseaux quand encore mai se terre,

Ne révélant des lèvres que ses célestes mystères,

Quand le roulis des pierres sous le ruisseau chante l'ombe,

Des gaîtés ardentes, adorant du chant, sa colombe.


Dort ma terre ! au grand repos se sacrifie l'été

Que les oiseaux de l'an révèlent à mots cachés.

Lève-toi ma terre ! au grand lever des naissances

Que mai apprend de ses plumes, je suis l'encens.


Et si au matin du terrible crépuscule dans la nuit,

J'ai levé le voile des cauchemars pour sa vie,

Il s'est  évanoui pour regarder l'Amour.

Je me suis  relevée  à la volonté des oiseaux à l'entour.


Couchée, glacée du soir au matin, tout le jour,

Inanimée, la vie inhabitée, sans grâce, ni secours,

J'ai adoré les oiseaux,  et les anges ont étendu leurs ailes,

Assurés du beau retour qu'ils ont remis entre mes mains.

 


 

J'ai parlé la langue des oiseaux, les mains en offrande,

Le cœur offert à la blancheur du cygne que veut le goéland,

Éloignant le dernier soupir pour, à nouveau, son inspir

Qu'elle a revêtu de sa coiffe à la lumière sans mourir.


Elle a, alors, écrit en lettres de feu le langage des Anges,

Elle, elle qui les a priés toute sa vie, les devinant partage,

Sans qu'elle ne les ai vus recueillis par-dessus sa tête couronnée

Et cependant nimbée de lumière que mai a dessiné du Fils né.


Les oiseaux de Pâques ont révélé, du chant le plus mélodieux,

Toute la sagesse antique transformée par le suaire-Dieu

Que Gaïa aime pour son saint Graal établi à jamais.

Ainsi parlent les oiseaux en ciel blond de mai.

 

tableau d'Emma Harrisson

 

LES OISEAUX DU PRINTEMPS

 

Les hirondelles de mai ont bâti leur maison de paille,

Les plumes frissonnantes, l'or dans les yeux en intailles.

Je me souviens encore de leurs regards de miel,

Au mien, dévoués, leur duvet pour ma capeline de ciel.


Dans leur nid je repose, sculptant la blanche rose

Qu'élisant hôtesse de leur prose, je marie et arrose.

Elles ont appelé les oiseaux de juin qu'aime avril.

Ils m'ont trouvé mignonne en leur nid théophile.


Je leur ai dit « Si Richard vous aimez de Parsifal,

Si frémir de notes à l'abri de ma mémoire triomphale,

Si des heures de joie et de prière, vous m'adorez,

Je ferai de votre demeure, mon salon épistolier.


Vos maisons tressées d'amour seront ma voie

Que larmes ne terniront pas en notre joie.

L'une d'elle, riche d'airelles rouges cueillies,

Offre son duvet à mon entendement embelli.

 


 

Il laisse son chant clamer la symphonie des flûtes et des violons,

Il répond du chant le plus mélodieux aux vallons :

«  Si de nos regards d'oiseaux heureux en plein vol,

Tu prends le ciel éclatant en nos ailes bénévoles,

Si à nos petits, tu offres l'abondance du petit grain

Et du vermisseau, que Dieu conçoit, aime le levain,

Tu embrasses le cœur du rayon qui brille dans le don

Et t'offrons d'abri, nos nids d'éteule pour pardon.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Es-tu assez sage pour habiter notre lit de chaume ?

Douce pour adorer les lèvres du soleil qui embaument ?

Nous secourent, en nos becs acérés, la justice,

Qu'avec la colombe d'avril berçons d'accueil au calice ?


Ô fruit des bâtisseurs qui t'observe de notre fenêtre 

Soit le vol des jours vers nos ailes mi-ciel, mi-terrestres !

 

- Mais quelle fenêtre à ma noble voix, amie,

Si nous ne partageons ensemble le même abri ?

 

Une seule vitre de lumière nous sépare.

Je ne sais qui de nous a choisi l'autre et le prépare,

Vous, dans votre certitude que je vous aime de vérités

Où moi dans l'évidence que vous m'aimez de sincérité ? 


Nous t'avons abandonné à la rose, et la rose te choisit.

Sois digne car nulle rose n'aime la flagornerie. »

 

Petites hirondelles naissent des amours du ciel

Qu'esprit  berce ; et leur mère les donne, providentielles.


Dans mon logis, elles peuvent s'y blottir, confiantes.

J'entends le chant des hirondelles en louanges riantes,

Que l'éclat de l'amour à ma fenêtre abrite.

Proches des hommes, leur symphonie palpite.


Les hirondelles de mai ont dit aux oiseaux de Pâques

De bénir la rose déposée à mes pieds, pour la saint Jacques.

Elles ont écrit en lettres de feu le langage des Anges,

Elles, qui les ont priés toute leur vie, les devinant partage.
 

M'ont-elles vu recueillie au-dessus de leurs têtes couronnées

Nimbées de lumière que mai dessine de son Fils né ?

Les oiseaux ont révélé du chant le plus mélodieux,

Toute la sagesse antique transformée par le suaire-Dieu.


Noble cadeau de la vie à mes tristesses sans fin

Lorsqu'elles observent de ma mélancolie, son parfum.

L'une, missionnaire, cogne de son bec à ma vitre

Et soupire de ne me voir lever les yeux de mon pupitre.


Au-dessus des nuages, des pluies, des saules élégants,

Elles virevoltent, papillonnent, psalmodient, céans,

L'air des dimanches que messe, avec pudeur,

Me raconte dans mes os meurtris des durs labeurs.


Me donnent-elles le courage, quand vacillante,

Amicales à mon âme sacrifiée, elles chantent,

Que leur fidèle présence m'est un doux serment.

« Souviens-toi ! » disent-elles à l'heure du tourment.

 

Petit bec cogne encore et encore à ma vitre vagabonde,

Réclamant ma vaillance jusqu'à ce que je réponde.

Et que vois-je ? Hirondelles à mon regard damassé,

Plantant l'aiguille du courage en mon corps lassé.

 

 

LES OISEAUX DE L'ETE


Vont-elles exhorter les cygnes quand priant d'amour

Elles me tissent un lit de plumes de leur sourire à l'entour,

Et que derrière écueils acérés et vastes soupirs,

Elles filent de laurier la vie et la nimbe d'un demi-soupir.


Heureuses sont-elles de toujours me troubler d'ellipses

Quand ma plénitude déserte, quand ma joie s'éclipse,

Quand rêverie me faiblit, quand spleen m'endolorit,

Ce qu'à Weimar j'ai laissé de beautés et d'harmonie.


Oh ! m'offrez-vous les fleurs et les épis de la vie

Que j'invite encore tout le prestige des lys sur l'Ilm

Que mes cygnes aux rives de ma rivière ondulante

Chantent avec elles l'incroyable guérison sibilante!

 


 

Cygnes s'étourdissent à danser avec les gorge-bleus

Par delà les étoiles, par delà les nues bleues,

Prenant de mes hirondelles l'habit sombre des jours

Qui ont trouvé en mes belles-de-jour, l'amour.


Oh ! que je voudrais être leur vol léger à ma lèvre

Qui de rien ne se soucie quand l'épi de seigle se lève,

Quand mes chats à ma fenêtre guettent leur vol épris

Que jamais elles ne craignent pour rester mes amies.


Souvent hirondelles, à ma fenêtre se lèvent

Dansant chorégraphies que mes cygnes rêvent.

Aux berges de ma rivière d'Yonne se relèvent

Dansant les renouveaux que mes vies réclament d'Eve.

 

 

LES OISEAUX D'AUTOMNE


Puis les oiseaux de l'été ont joyeusement déserté,

Laissant tristes ma maison et mes fenêtres,

Inoccupées, abandonnées, le chant inhabité,

Me sacrifiant orpheline à leurs belles-lettres.,

 

Ils sont partis. Ont-ils frappé, hier, au carreau

Que leur au-revoir mélancolique m'a blessé,

Et de leurs ailes revêtues de noirs boléros,

M'ont dit leur long voyage vers le retour de l'été.


Est-il plus céleste accord que l'adieu d'une plume

Qui, laissant sa plainte sur la margelle blanche,

Clame sa félicité d'avoir eu pour amie la brume

Au matin du grand partir pour une âme franche ?


Est-il plus amère chanson que l'oiseau envolé

Qui, clamant son retour après l'hiver achevé,

N'est pas assuré de nous revoir, son vol inachevé,

Comme d'une volonté d'offrir encore son ballet ?


De leurs petits becs, de leurs beaux yeux de jais,

Ils ont supplié de leur mémoire ancrée à ma vitre,

Le geste du gardien à leurs nids de terre douillets

Toute la joie de l'attente des nuits à mon pupitre.


Les oiseaux de l'été ont laissé leurs maisons tristes

Et désertes sous les pluies balayant leurs duvets

Que mes doigts ont caressés, quand mélodistes,

Ils ont crié leur exode dans les étoiles bleutées.

 

TOUS AUTRES TABLEAUX  de VICTOR NIZOVTSEV. PEINTRE RUSSE


 

L'Aspic aux allures d'Ange

Rédigé par béatrice Lukomski-Joly Aucun commentaire

Voyant ici et là l’insuffisante bravoure,

insignifiante autant que futile courage,

va la gente humaine insouciante

dans le chemin de ses jours sans adage.

 

Endormis comme aucun temps n’a connu

vont les hommes vers la Bête,

la laissant venir dans ses pensées cornues,

qu’ils sommeillent fiers de leurs amulettes.

 

Les voyant préférer la folle légèreté,

l’indifférence, l’indolence et l’inertie,

ils errent dans les catacombes des idées

ignorants de leur force solaire à Minuit.

 

Car du Minuit des Mondes, rien n’ont-ils vu,

ni en images ni en pensées vivantes

les laissant hagards sur le chemin tordu

quand le Cornu embrassera foule fuyante.

 

Il ne faut qu’un pas avant que Vouivre soit,

naître encore d’un cri avant la pluie,

quand le Téméraire suspendu aux deux bois

lèvera sa parure sombre au son du bruit.

 

Il sera si tard en les nuits que pleurs jailliront,

et vaincre l’Aspic aux allures d’ange

ne prendra qu’une mesure d’aimer sur le pont

si le coeur vendange Michaël en Soi l’Archange.

 

Car il n’est d’Archange à vos œuvres

qu’en la vaillance des âmes en l’Esprit

qui auront prié sans relâche leurs heures

ayant délaissé le leurre des armoiries*.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:John_Martin_Le_Pandemonium_Louvre.JPG

https://onefootwalking.wordpress.com/2010/10/23/lucifer-and-ahriman-part-i/

 

* J'entends par "armoiries" tout ce qui est illusion matérialiste : luxe, chimères, commerces, abondance, confort et les comportements et attitudes allant de pair avec ces attributs contre autrui.

J'entends par Aspic, Téméraire, Vouivre  la même entité : la Bête.

Fil RSS des articles